Navigation – Plan du site
Dossier : «Peut-on parler de musique noire ?»
Document - Ralph Ellison sur Richard Wright

Présentation du texte de Ralph Ellison

Presentation of Ralph Ellison's Text
Emmanuel Parent
p. 233-235
Référence(s) :

Ralph Ellison, « Richard Wright’s Blues », The Antioch Review, été 1945

Texte intégral

1En 1945,  soit six années après la parution fracassante de Native Son, l’écrivain afro-américain Richard Wright était au sommet de sa carrière. Il est alors sur le départ pour la France, à l’invitation du gouvernement français, pour rejoindre les intellectuels de Saint-Germain-des-Prés. À cette époque, Ralph Ellison n’était pas encore l’auteur reconnu qu’il deviendra en 1952 lors de la parution de Invisible Man, le grand roman de l’expérience afro-américaine de l’après-guerre. Mais les deux écrivains, qui se sont rencontrés à New York dès 1937, sont encore très liés, avant que l’exil français de Wright et des partis-pris idéologiques ne les séparent peu à peu, jusqu’à la mort de Wright survenue en 1960.

2Au sortir de la Seconde Guerre mondiale donc, le jeune intellectuel et ex-musicien qu’était alors Ellison fait paraître une longue recension de Black Boy : « Richard Wright’s Blues ». Avec ce titre, Ralph Ellison entendait peut-être formuler un certain signifying à l’encontre des talents musicaux de celui qui était alors son mentor littéraire. Non que l’appréciation formulée dans cet essai éloquent ne fût pas sincère. Il y défend au contraire farouchement le texte de Wright contre ces lecteurs blancs et noirs qui ont été déroutés par cette autobiographie refusant de prendre la défense de l’expérience afro-américaine. Ce qui a choqué dans Black Boy, c’est la description lucide, froide et sans concession de la violence et la rudesse de l’expérience noire. Pourtant, la tradition du pessimisme exacerbé, presque rhétorique, contenu dans les blues, nous dit Ellison, est le point d’entrée pour comprendre la culture noire sur son propre terrain. Black Boy est l’expression d’un tel pessimisme, et non un point de vue déformé, anormal sur une enfance noire dans le Sud.

  • 1  Un jugement porté par Ellison mais aussi par Count Basie. Le Count lui-même aurait reconnu devant (...)

3Ralph Ellison prend donc dans cet essai le parti de Wright. Toutefois, en choisissant pour titre « Richard Wright Blues », Ellison ne pouvait pas ne pas avoir en tête le « King Joe Blues », une collaboration historique de Wright avec Paul Robeson et Count Basie en 1941. Ellison a toujours été très clair sur ce qu’il pensait des hommages explicites de Wright au folklore afro-américain. Ils avaient échoué, faute d’une connaissance suffisante de la culture populaire noire américaine. Black Boy, en revanche, était enfin la vraie contribution de Wright à l’esprit des blues afro-américains, là où la tentative d’en évoquer directement la lettre en 1941 n’avait abouti qu’à un pastiche assez pathétique1. S’il est vrai que Wright a tenté de comprendre la pertinence littéraire des « dirty dozens », par exemple, qu’il a écrit des liner notes pour des albums de Quincy Jones ou de Big Bill Bronzy à la fin des années cinquante, ou qu’il a loué les chants de douleur dans Twelve Million Black Voices, on s’accorde généralement à dire que « la musique n’était pour lui rien de plus qu’une projection de douleur à partir de laquelle les Noirs essayaient de se préparer une nourriture compensatrice » (Gilroy, L’Atlantique noir, 2003 : 210-211).

4Dans ce contexte, on imagine l’étonnement qu’a dû procurer à Wright la lecture de l’essai d’Ellison, qui affirme d’entrée de jeu que « la forme spécifique d’art populaire qui concourut à forger l’attitude de l’écrivain face à sa vie et qui incarna l’impulsion qui devait s’avérer essentielle à la qualité et au ton de cette autobiographie, était les blues afro-américains ». Pour Wright, l’art vernaculaire noir n’était qu’une forme culturelle mutilée qu’il fallait respecter et dont on pouvait éventuellement s’inspirer. Ellison, qui fonde sa théorie des blues dans cet essai, y décèle quant à lui la quintessence de la réponse noire à la modernité, une sorte d’apothéose de l’approche existentielle d’une réalité quotidienne devenue démentielle et hors de contrôle…

5Au-delà de la question des blues, ce texte est un document de valeur sur les prémices des études postcoloniales et afro-américaines. En effet, des penseurs comme Wright, Ellison mais aussi Claude McKay ou C.L.R James ont contribué dès le milieu du siècle passé à questionner la vision européenne des rapports raciaux, en décentrant la problématique raciale de la seule question noire pour la relier à la culture occidentale dans son ensemble. Ils tentèrent de démystifier « ces problèmes émotionnels et psychologiques qui font inévitablement surface lorsque Blancs et Noirs essaient de se comprendre mutuellement ». Comme le confiait Richard Wright à Maurice Nadeau à son arrivée à Paris, sur les quais de la gare Saint-Lazare en 1945, alors que son hôte l’interrogeait sur l’état du problème noir aux États-Unis : « Il n’y a pas de problème noir, seulement un problème blanc. »

Haut de page

Notes

1  Un jugement porté par Ellison mais aussi par Count Basie. Le Count lui-même aurait reconnu devant le producteur John Hammond que « c’était certainement un honneur de travailler avec M. Robeson, mais l’homme ne pouvait tout simplement pas chanter le blues ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Parent, « Présentation du texte de Ralph Ellison », Volume !, 8 : 1 | 2011, 233-235.

Référence électronique

Emmanuel Parent, « Présentation du texte de Ralph Ellison », Volume ! [En ligne], 8 : 1 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://volume.revues.org/1189

Haut de page

Auteur

Emmanuel Parent

Après des études de philosophie et de musicologie, Emmanuel Parent a obtenu un doctorat d’anthropologie à l’EHESS en 2009. Sa thèse interrogeait la vision de la culture américaine et de la musique populaire chez l’intellectuel afro-américain Ralph Ellison. Aujourd’hui affilié comme post-doctorant au LAHIC, ses travaux de terrain se déroulent depuis 2011 dans le Sud des États-Unis (Louisiane, Géorgie, Caroline du Nord). Depuis 2004, il est membre du comité de rédaction de Volume ! la revue des musiques populaires. Il travaille par ailleurs au Pôle régional des musiques actuelles des Pays de la Loire, en tant que chargé de l’observation.
parent.emmanuel@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page