Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Bruits. Exposition du Musée d’ethnographie de Neuchâtel

Du 02 octobre 2010 au 15 novembre 2011
Fanny Wobmann-Richard
p. 314-318
Référence(s) :

Exposition du Musée d’ethnographie de Neuchâtel (Suisse). Du 2 octobre 2010 au 15 novembre 2011.

Texte intégral

Bruits - afficheAfficher l'image
Crédits : Musée d'ethnographie de Neuchâtel

1Quoi de plus pertinent à première vue que de parler de bruit et de musique pour aborder le patrimoine immatériel, et quoi de plus logique que d’aborder l’immatérialité pour parler de musique ? Mais l’on voit bien où peut se situer le problème quand il s’agit d’exposer le son. Comment le faire entendre tout en le mettant en perspective ? Comment le faire résonner ? Comment élargir la palette des sens stimulés dans les musées, étape qui paraît indispensable dès lors que l’on se penche sur l’immatériel ?

2Peu d’expositions se sont jusqu’ici lancées dans l’entreprise de dépasser le côté matériel de la musique (exposer des instruments, des partitions ou des objets ayant appartenu à des musiciens célèbres) pour proposer un réel environnement sonore, destiné à faire ressentir et à questionner. La difficulté reste celle de mettre à disposition les sources et de les diffuser dans les espaces, en particulier lorsque ceux-ci sont ouverts.

3Des expositions récentes, comme We want Miles (16.10.09 - 17.01.10) ou Lénine, Staline et la musique (12.10.10 - 16.01.11) à la Cité de la musique à Paris, offraient un premier lien avec le son en donnant la possibilité aux visiteurs d’écouter des bandes sonores en même temps qu’un parcours pédagogique avec leurs propres écouteurs ou avec des casques prêtés par le musée, ou de s’isoler dans de petites salles pour profiter de certains morceaux.

4L’exposition L’air du temps du Musée d’ethnographie de Genève (13.03.09 - 26.09.10) allait plus loin en proposant une réflexion sur les défis que soulèvent la constitution, la conservation et la valorisation d’archives musicales. Présentant peu d’objets, elle offrait au visiteur une réelle immersion dans des univers sonores, à l’aide de différents dispositifs, comme une table de mixage diffusant du son dans toute une pièce ou des haut-parleurs placés à des hauteurs différentes émettant chacun une séquence instrumentale différente.

5Premier volet d’une trilogie sur le patrimoine immatériel en collaboration avec l’Institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel, l’exposition Bruits entre elle aussi dans cette réflexion. Autour des notions de bruit, de son, de parole ou de musique, l’exposition interroge le rapport qu’entretiennent les sociétés humaines avec leurs productions sonores, incarnations par excellence de l’immatérialité. Utilisant un grand nombre de dispositifs différents, allant du son « naturel » produit par le visiteur, au clip vidéo sur un iPad en passant par des morceaux diffusés dans l’espace ou des extraits d’archives à écouter grâce à des casques, elle parvient à faire entendre aussi bien qu’à faire voir pour mieux questionner. Le visiteur y entre comme dans un conte un peu effrayant, happé par la bouche de l’arche patrimoniale qui avale et digère les sons pour les lui restituer décortiqués et prémâchés. Légèrement autoritaire, cette dernière finit par laisser le public construire sa propre histoire, faire son propre voyage dans l’univers des sons d’ici et d’ailleurs.

6Bruits. Le titre résonne comme un appel énergique à l’entrée de l’exposition. Il résonne encore dans les escaliers ouatés et insonorisés qui montent vers la première salle et prend tout son sens une fois le premier pied posé dans l’univers marin qui apparaît. Des coquillages éparpillés sur le sol craquent comme sous l’effet des vagues et entraînent le visiteur dans un univers sonore caractérisé par la fugacité. Présentés également dans des vitrines en tant qu’objets de la nature utilisés, collectionnés et documentés par les sociétés humaines à différentes époques et dans différentes régions du monde, les coquillages ne font pas sens sans leur part d’immatérialité. Enregistreurs des bruits de la mer dans les souvenirs d’enfance, ils ouvrent l’exposition sur cette tension permanente entre le matériel et l’immatériel, et deviennent grains de sable, peu à peu écrasés par les nombreux pieds visiteurs.

7Échoué sur ce récif, un imposant sous-marin, Nautilus imagé, ouvre ses portes et se révèle riche et dense, récit poétique et critique en plusieurs tableaux thématiques successifs. La construction muséographique permet une « lecture en mille-feuille », ainsi que la nomment les concepteurs de l’exposition, le visiteur pouvant choisir, selon son degré d’intérêt et de connaissance, le niveau jusqu’auquel il souhaite creuser dans le contenu qui lui est proposé.

8Le public est tout d’abord invité à entrer dans une cale, dont le sol est jonché de caisses. La poésie perdure mais un début de classement apparaît, les prémisses d’un point de vue scientifique indiquant que le bruit n’est pas un critère objectif mais bien un jugement de valeur. Lorsque le visiteur marche sur les caisses portant des inscriptions, des musiques se font entendre, des sons qui, dans le contexte précis d’un lieu et d’une époque, ont été stigmatisés comme bruits. Le dispositif de la salle conduit à une confrontation directe avec une clameur ouverte qui peut devenir agaçante, comme pour souligner son caractère potentiellement discriminatoire. Le son prend ici toute la place, tout en restant mystérieux car accompagné de très peu d’explications, évoquant ou non un souvenir, une sensation.

  • 1 Musicologue ayant travaillé à Neuchâtel avec Jean Gabus.

9Le murmure se fait plus précis dans le tableau suivant qui évoque une salle des machines diffusant des détails sur les chercheurs ayant analysé ces sons et ayant affirmé que ces derniers ne constituaient pas du bruit mais bien de la musique. Citations de philosophes, folkloristes ou compositeurs ayant légitimé le bruit des autres et lui ayant fait intégrer progressivement, selon les cartels, « les domaines de l’ordre, du sens et de l’esthétique ». Ainsi par exemple, l’exposition aborde John Cage qui remet en question la notion de silence ou introduit celle de hasard et d’indétermination dans des compositions innovantes (Cage, 2003), Zygmunt Estreicher 1qui analyse aussi bien Rousseau et Beethoven que les chants populaires jurassiens ou les musiques bororo, ou encore Nik Cohn, qui écrit une histoire engagée et romanesque du rock’n’roll (Cohn, 1999).

10Après la cacophonie de la salle des machines, le silence de la salle de contrôle est assourdissant. Dans une métaphore militaire d’urgence et d’insécurité, la recherche universitaire et scientifique est présentée comme un moyen de se défendre contre la menace de disparition de la culture et en particulier du patrimoine culturel immatériel. Il faut préserver ce dernier, urgemment, le collecter là où il existe encore, enregistrer ce chant, documenter cette danse, filmer ce rite. Des écrans de contrôle qui clignotent présentent les dispositifs mis en place pour contrer cette menace, comme la convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, ratifiée par la Suisse en 2008. Au centre de la pièce, renforçant le côté ironique du propos, le périscope offre au visiteur une vision de la fresque Bastokalypse de M.S. Bastian et Isabelle L., mettant en scène différents symboles et événements autour du thème de l’Apocalypse.

11Après la collecte, la conservation est abordée dans la médiathèque du sous-marin, une sorte de salon à l’esthétique colorée. Des archives, des recherches de terrain, des instruments de musique ou des appareils enregistreurs, reflets de l’évolution des techniques, permettent au visiteur de découvrir les collections audiovisuelles du MEN en six tableaux visuels et sonores. L’écho des réserves résonne à travers l’idée d’une machine infernale, tour à tour capable de classer le patrimoine, de congeler ce dernier ou de faire parler le côté immatériel des objets. Utopie ou alternative désespérée et effrayante à la perte et à l’oubli ? Derrière une approche muséographique de la musique à première vue plus traditionnelle que dans les autres salles mais pleine d’imagination, l’exposition pose ici une des questions fondamentales soulevées par la sauvegarde du patrimoine immatériel.

  • 2 Texte cartels.

12Puis le visiteur passe la porte de la dernière salle. Sorti du sous-marin et par la même occasion de la prison ethnographique et du navire patrimonial, il arrive sur les dunes, univers plus actuel. À travers une métaphore spatiale évoquant un festival et à l’aide des outils les plus modernes de la technologie, l’exposition montre comment les données jusqu’ici patiemment réunies sont maintenant « joyeusement piratées, détournées et intégrées à de nouveaux jeux culturels, économiques et sociaux 2 ».

13Au sein d’un décor dont la théâtralité esthétique émerveille, six postes, du festival off à la grande scène en passant par le bar et le stand de l’office du tourisme, abordent différents enjeux contemporains, tels que les manières de se réapproprier la tradition, l’exploitation des archives sonores ou la nouvelle consommation de la musique, entre contraintes et libertés.

14Un grand sentiment de liberté perdure au moment de passer le rideau final, le visiteur plongeant dans la mer comme une invitation à venir découvrir le deuxième volet de la trilogie tentant d’interroger et de faire connaître ce patrimoine immatériel si intrigant. Liberté de forme et de contenu, les multiples lectures offertes, bien que pouvant effrayer un peu et retenir certains, répondant au pari difficile d’exposer les sons. Liberté de la découverte et de la jouissance, comme une manière de voyager dans le monde quelque peu obscur de l’ethnomusicologie tout en s’amusant. Et liberté rêvée d’aller plus loin, dépasser cette matérialité dont il est difficile de se défaire, la laisser un instant de côté, complètement, pour ne pas voir que c’est impossible.

Site de l’exposition : www.expo-bruits.ch/

Site du musée : http://www.men.ch/​bruits

Haut de page

Notes

1 Musicologue ayant travaillé à Neuchâtel avec Jean Gabus.

2 Texte cartels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Wobmann-Richard, « Bruits. Exposition du Musée d’ethnographie de Neuchâtel », Volume !, 8 : 1 | 2011, 314-318.

Référence électronique

Fanny Wobmann-Richard, « Bruits. Exposition du Musée d’ethnographie de Neuchâtel », Volume ! [En ligne], 8 : 1 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://volume.revues.org/1211

Haut de page

Auteur

Fanny Wobmann-Richard

Titulaire d’un bachelor en sociologie de l’Université de Genève et d’un master en muséologie et sociologie de l’Université de Neuchâtel, Fanny Wobmann-Richard effectue actuellement un stage au Musée d’ethnographie de Neuchâtel, collaborant à la création de la prochaine exposition temporaire. Au bénéfice d’une formation parallèle de comédienne et d’une pratique de la mise en scène et de l’écriture de fiction, elle s’intéresse aux questions d’influence réciproque des disciplines artistiques et académiques. Son mémoire de master portait ainsi sur l’utilisation de l’art contemporain dans les musées d’ethnographie, comme porte ouverte éventuelle sur l’innovation au sein de ces derniers.
fanny.wr@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page