Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Subculture musicale. La musique pratiquée aux marges »

Compte-rendu de la journée d’étude des 18 et 19  mars 2011 à l’Université de Strasbourg
Laure Ferrand
p. 319-322
Référence(s) :

Journée d’étude des 18 et 19 mars 2011 à l’Université de Strasbourg. Centre de recherche CRESS et laboratoire ACCRA

Entrées d'index

Mots clés :

subcultures

Keywords :

subcultures
Haut de page

Texte intégral

1Consacrées à la notion de subculture musicale développée par D. Hebdige, les deux journées d’étude organisées par le CRESS (centre de recherche et d’étude en sciences sociales) et le laboratoire ACCRA (Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques) se sont déroulées à l’université de Strasbourg. Elles ont réuni une dizaine de chercheurs travaillant sur les processus de création, appropriation et expression des musiques populaires. Venus essentiellement des sciences humaines (sociologie, anthropologie, musicologie, esthétique, etc.), ils ont proposé d’aborder une diversité de styles musicaux et par là montrer la richesse de leur travail de terrain : hip hop, noise, lo-fi, jazz, reggae, rock, punk, hardcore punk, metal et musique industrielle.

2En hommage à Hebdige qui s’intéresse au processus de signification des sous-cultures, exprimant un « ensemble de relations imaginaires » (Hebdige, 2008 : 86) et passant toujours par des médiations, un contexte historique et un champ idéologique, les intervenants ont proposé de multiples angles d’approche des musiques. Plusieurs thèmes ont été interrogés : spatialité (local, international), contexte historique, bricolage, style, résistance, marginalité, signes et médiatisation.

3Sous l’angle du territoire et de l’histoire, Sofiane Ailane introduit la journée. En s’intéressant à la musique hip hop au Brésil et plus particulièrement à son appropriation différente en fonction des villes, il note que cette subculture ne fait pas l’objet de la même appropriation ni du même bricolage en fonction des régions. Si dans certaines de celles-ci, elle est appropriée par les classes moyennes de centre-ville, dans des lieux comme Fortaleza, le périphérique est un référent spatial et symbolique.

4Cette question du territoire est également introduite par Amélie Pavard qui a pu rencontrer en Syrie un groupe de rap, Les réfugiés du rap. Entre bricolage dans la fabrication de leur musique et résistance à l’ordre établi, ce groupe décrit son quotidien au sein des camps palestiniens tout en reprenant l’imagerie des rappeurs américains.

5La ville comme territoire en crise a été interrogée par Yvain Von Stebut à travers son travail dans un quartier de Nancy. Si la ville repose sur un modèle pyramidal dont le centre est valorisé et présenté désormais comme « cœur de ville », l’intervenant propose de travailler par la subculture, ici le hip hop, les liens sociaux pour faciliter les échanges et les repositionner dans une ville où l’on pourrait entrer de toute part (U. Eco).

6L’intervention de David Bousquet consacrée au reggae et sound system appuie la relation entre subculture et résistance. Pour lui, le reggae est à la fois subculture et contre-culture dans le sens où il fut une résistance à l’ordre colonial. Il est aussi une musique hybride faisant naître de nombreux styles musicaux et en influençant d’autres (punk, skinhead) jusqu’à son avènement dans les années 1970 avec la commercialisation du reggae roots de Bob Marley.

7De cette manière, Alain Mueller propose d’envisager la subculture comme résultat et non comme point de départ. Son travail sur le hardcore punk le conduit à réfléchir sur ses ramifications dans le monde. À partir de son approche en termes de réseaux et en référence à G. Deleuze, le hardcore punk, né aux USA, se caractérise par des flux circulatoires non hiérarchiques, à l’image du rhizome. À travers ses différentes ramifications, les formes locales conduisent à un partage global de cette subculture hypermasculine.

8Si la subculture peut être une forme de résistance à l’ordre établi, les musiques noise et lo-fi interrogent aujourd’hui la relation entre musique et contestation.

9L’exposé réalisé par Sarah Benhaïm en est particulièrement révélateur. La musique noise, née de plusieurs genres musicaux, est d’après son travail de terrain une musique essentiellement produite et écoutée par des individus issus de classes moyennes, et est un courant qui se revendique comme apolitique. Cette perspective semble paradoxale puisque le bricolage dont cette musique fait l’objet est révélateur du style qui anime les subcultures : une revendication du « Do it yourself » dont les objets sont fabriqués à la main et dont les prestations sont le plus souvent gratuites.

10La musique lo-fi présentée par Julien Delobelle pose les mêmes questions ainsi que celle de l’usage des nouvelles technologies pour faire de la musique. Le bending illustre son caractère artisanal que ce soit dans l’utilisation d’objets courants (type « Dictée magique », poupées) que dans l’enregistrement musical.

11Ce paradigme du DIY est qualifié par Fabien Hein de « pédagogique », dans son intervention consacrée à l’entrepreneuriat punk. Ce courant musical né dans les années 1970 a érigé et promu ce qu’il nomme un « processus d’empowerment ». Il vise à stimuler l’initiative de chacun à travers une appropriation du savoir et une réflexivité émancipatrice. Cette formule devient une mise à l’épreuve permanente (production, distribution, promotion et management) et accroît la persévérance des acteurs.

12Ces interventions ont notamment posé la question de la relation entre subculture et médiatisation, subculture et culture de masse.

13Mon intervention sur la production et la circulation de bootlegs dans le rock illustre cette double relation. Si les disques pirates sont produits par les amateurs et circulent à travers des espaces spécifiques, ils font également l’objet d’un processus de déviance puisqu’ils sont une pratique illégale et sont étiquetés comme tels par les maisons de disques.

14Sous un autre angle, la médiatisation négative des subcultures – pointée par Hebdige – se retrouve aujourd’hui dans la tribu metal-gothic présentée par Nicolas Walzer. La perception médiatique et institutionnelle de la musique metal stigmatise ce mouvement à travers son association au satanisme et à la jeunesse. Le succès du festival Hellfest a conduit à la « panique morale » (D. Hebdige) des institutions et amène le sociologue à réfléchir sur la stigmatisation de la marge.

15Les écrits de Greil Marcus, présentés par Aurélien Bécue, présentent au contraire un récit où l’histoire n’est pas marginale. À travers sa dimension narrative, Marcus propose une mise en lien du punk avec d’autres périodes historiques et ainsi un texte hybride mêlant analyse de texte, musique, analyse sociale et politique.

16Enfin, les interventions de Pierre Carsalade et Giancarlo Siciliano problématisent le jazz et la musique industrielle d’un point de vue esthétique. Le premier applique la notion de bricolage (C. Levi-Strauss) au jazz qui utilise et associe des éléments musicaux différents. Le jazz agence des aspects hétérogènes à travers les techniques de l’arrangement, l’altération et la dissonance.

17Giancarlo Siciliano nous présente le parcours du groupe allemand Einstürzende Neubauten. À partir d’extraits musicaux, nous avons pu entrevoir l’émergence et la création d’une esthétique nihiliste, et paradoxalement voir comment cette esthétique peut construire un discours spécifique.

18Au final, cette initiative menée brillamment et justement par les jeunes organisateurs a fait de ces rencontres une mise en lumière de la richesse et de la diversité des travaux en cours.

Haut de page

Bibliographie

Hebdige D. (2008), Sous-culture. Le sens du style, Paris, La Découverte

Le programme de la journée d’étude : http://sspsd.u-strasbg.fr/IMG/pdf/PROGRAMME_Subculture_musicale_2.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Ferrand, « « Subculture musicale. La musique pratiquée aux marges » », Volume !, 8 : 1 | 2011, 319-322.

Référence électronique

Laure Ferrand, « « Subculture musicale. La musique pratiquée aux marges » », Volume ! [En ligne], 8 : 1 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://volume.revues.org/1222

Haut de page

Auteur

Laure Ferrand

Laure Ferrand est Docteur en sociologie à l’Université René Descartes - Paris 5. Membre du laboratoire du CEAQ (Centre d’étude sur l’actuel et le quotidien) et responsable du GREMES (groupe de recherche et d’étude sur la musique et la socialité).
mail

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page