Navigation – Plan du site
Notes de lecture

John Lydon, Rotten par Lydon

Laurent Dussutour
p. 122-123
Référence(s) :

1997, Traduit de l’anglais par Sophie Lo, Paris, Camion blanc, 333 p.

Texte intégral

John Lydon, Rotten par LydonAfficher l'image
Crédits : Camion Blanc

1La traduction française de No Blacks, No Dogs, No Irish, écrite par le chanteur/leader des Sex Pistols est une autobiographie sociale et esthétique. Basé sur des chapitres rédigés de la main même de l’auteur, ainsi que sur des témoignages oraux d’acteurs de l’ascension sociale d’un jeune prolétaire irlandais dans le Royaume-Uni des années soixante-dix, l’ouvrage offre un riche aperçu d’un phénomène culturel souvent dédaigné, le punk rock. Le refus d’un pur esthétisme défendu officiellement par le manager historique du groupe : Malcom Mac Laren le dispute à l’engouement pour une révolte sociale et pour une subversion culturelle. De fait, l’auteur va à l’encontre d’un sens commun du punk rock originel qui ne verrait dans celui-ci que manipulation, complot et autodestruction : le travail musical des Sex Pistols était acharné, nonobstant un déficit de virtuosité du fait de la non-possession des codes autorisés de l’écriture musicale par les membres du groupe. Ce refus du don musical sera converti dans une simplicité de l’écriture ainsi que dans une outrance visuelle (mode, graphisme) aux forts accents situationnistes.

2Dans les premiers chapitres de l’ouvrage, Lydon livre une part de son enfance et de sa culture d’origine, restituant des statistiques sur le taux d’enfants de la classe ouvrière britannique atteints par la méningite, dont il est lui-même victime, comparé au taux en vigueur dans les classes supérieures. Un relatif sociologisme marque l’ouvrage. Objectivant les sources de son engagement artistique dans un désir de subversion sociale, le chanteur des Sex Pistols fait part de sa trajectoire sociale comme le fruit de ses fantasmes identitaires. Stigmatisation sociale et « image du je » se conjuguent dans une représentation fantasmée de soi, autorisant l’auteur à une idéalisation fortement hagiographique de lui-même. Et ce, sans pour autant se conformer aux codes culturels des groupes sociaux dominants que, progressivement, il intègre. La prétendue « subversion » dont il se fait le héraut est aussi le fruit d’une ascension sociale inédite, le poussant au déni par la plaisanterie et la provocation des normes en vigueur au sein des industries culturelles britanniques de la fin des années soixante-dix. L’homologie avec les contradictions de la personnalité de Mozart, issues des modalités de son ascension sociale, pourrait offrir des perspectives à l’appréhension sociologique du « génie » et du « libre artiste » dans le domaine musical : fort porté sur la scatologie et les plaisanteries douteuses, Mozart choquait la société de cour, sauvant ainsi son ego des contradictions d’une position sociale reconnue, acquise contre son origine domestique. (Elias, 1991 : 160 et s.)

3Lydon, pour sa part, rationalise son engagement dans le punk rock à la manière d’une contre-stigmatisation, rappelant sa participation à la polyphonie du changement culturel alors en cours, via également son engouement pour l’importation du reggae auprès du public blanc. Surtout, il propose une lecture métisse du punk rock originel, en rappelant les liens historiques des fondateurs britanniques de ce mouvement musical avec les jeunes Jamaïcains : jeunes Blancs déclassés des classes populaires et moyennes et jeunes Noirs d’origine antillaise en ascension sociale sublimant l’indignité de la génération de leurs parents, pouvaient proposer une esthétique nouvelle et contribuer à extraire le reggae du marché « ethnique » où il était jusqu’alors cantonné.

4Les logiques de constitution du marché du disque marquent l’ouvrage. Ainsi, c’est au label Virgin, alors considéré comme un « indépendant », que Lydon doit sa découverte du reggae « authentique » en Jamaïque. Quant aux majors, elles ne sont créditées d’aucune empathie créative envers les artistes, l’auteur les considérant comme des employeurs. Pour autant, la créativité des Sex Pistols est présentée comme le fruit d’un don artistique, renforçant paradoxalement les schèmes d’imposition esthétique que l’auteur prétendait annihiler. Car, loin de renverser les règles du marché du disque, le punk rock défendu par les Sex Pistols les a renforcées.

Haut de page

Bibliographie

Norbert Elias, John L. Scotson (1997), Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard.

Norbert Elias (1991), Mozart, sociologie d’un génie, Paris, Seuil.

John Savage (2002), England’s dreaming. Les Sex Pistols et le Punk, Paris, Allia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dussutour, « John Lydon, Rotten par Lydon », Volume !, 4 : 2 | 2005, 122-123.

Référence électronique

Laurent Dussutour, « John Lydon, Rotten par Lydon », Volume ! [En ligne], 4 : 2 | 2005, mis en ligne le 15 février 2008, consulté le 30 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/1419

Haut de page

Auteur

Laurent Dussutour

Laurent Dussutour, Docteur en Science politique, professeur d’éducation socio-culturelle
mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page