Navigation – Plan du site
Appels à contributions

Musique et contre-culture(s) : le rock, les sixties, les États-Unis et au-delà

Dossier dirigé par Sheila Whiteley, Professor Emeritus à l’Université de Salford
avec une introduction d’Andy Bennett (Griffith University, Australie)

Ce numéro est désormais publié – consulter la table des matières ici.
Date limite de soumission : 15 octobre 2011

Pendant les années 1960 aux États-Unis, toute une génération de baby-boomers proposa une culture radicalement opposée à l’American Way of Life et ses hiérarchies culturelles, qui s’exprima par un ensemble hétérogène de références culturelles, d’idées, de modes de vie, de styles et, emblématiquement, de musiques, mouvement culturel baptisé « la » contre-culture. Cette culture multiple a marqué les générations qui l’ont vécue et suivie, révolutionnant le paysage politique et culturel et la scène musicale mondiale, laissant un héritage sans cesse réactivé, polémiquement (punk, metal satanique) ou non, se revendiquant de l’esprit (Goa trance, Kosmische Musik, alternative hip-hop) et/ou de la lettre (freak folk, neo-hippies, stoner) du mouvement, en remettant au goût du jour des éléments musicaux, techniques, gestuels, identitaires (mode, présentation de soi), ou rituels (protest songs, sit-ins, grands festivals « alternatifs ») de la période. Le mouvement suscita également une réaction forte dans le monde politique et culturel (« culture wars », PMRC de Tipper Gore dans les années 1980…).

L’hagiographie progressiste du mouvement voudrait que la contre-culture fût multiculturelle, multiraciale, féministe, contestataire, solidaire. Pourtant, plusieurs signent tendent à nuancer le bilan. Si l’on identifie ce mouvement essentiellement au rock (et ses subgenres : blues-rock, pop, rock psychédélique, rock progressif, hard rock) et à la folk – majoritairement pratiqués et écoutés par des Blancs – d’autres genres musicaux peuvent être considérés comme solidaires de nombreuses de ses caractéristiques. Le free jazz ou les musiques jamaïcaines (« noires ») participent-ils de la contre-culture des années 1960 ? La soul d’un chantre de la réussite individuelle et du capitalisme américain comme James Brown œuvra à l’intégration des Afro-Américains dans le contestation. La contre-culture se développa au cœur de l’Occident, mais déclencha également une passion, parfois caricaturale, de l’ailleurs exotique. Quel fut par aulleurs l’écho du « Tiers-Monde » au sein de la contre-culture (raga rock, orientalisme) et inversement, du mouvement au-delà du monde occidental ? C’était l’époque du Summer of Love, de l’égalité entre les sexes, mais elle glorifia également ses chanteurs et guitaristes érigés en stars ultra-virilisées, et les figures féminines du mouvement en sont minoritaires.

Dans une optique pluridisciplinaire (histoire culturelle, études littéraires, musicologie, sociologie, sciences politiques, esthétique, philosophie…), ce numéro de Volume s’intéressera par le détour de la musique à ce courant culturel hétérogène, son identité éclatée, sa circulation planétaire, ses origines, son influence et ses héritages. Nous invitons ainsi les chercheurs à étudier le phénomène de « la contre-culture » musicale mais aussi à en interroger la définition esthétique, culturelle, politique, historique et chronologique : que fut la contre-culture, et comment la musique l’a cimentée ? qu’est-ce qui l’identifie non seulement spécifiquement dans les années 1960-1970, mais aussi plus généralement au-delà : ses caractéristiques « formelles » (caractéristiques musicales, styles), son idéologie (militantisme, modes de vie) ou ce à quoi elle s’oppose (le système, les « valeurs américaines traditionnelles », la guerre, le capitalisme) ? Les sixties sont constamment débattues dans les milieux de l’art, de la presse culturelle et de la politique : la contre-culture est-elle le berceau « des » contre-cultures actuelles ?

Il s’agit ici de pistes de recherche. Tout article sur musique et contre-culture(s) sera soumis au comité éditorial de Volume ! Voici quelques autres suggestions (non-exhaustives) de pistes à étudier :

  • les genres musicaux (« San Francisco sound », jazz-rock, rock progressif, psychédélique, hard rock, free jazz, soul…), leurs généalogies (musique, culture, technologie, politique) ;

  • le rôle de l’évolution technologique (instrumentation, techniques d’enregistrements, sonorisation…) ;

  • les subcultures (hippies) de la période, leurs stars et moments phares, leur signification,

  • thèmes (sexe, drogue) et imaginaires ;

  • leurs héritages : permanences et ruptures (punk, techno, free parties, freak folk…), et inversement : « récupération » et dévoiement par la culture dominante ;

  • les circulations contre-culturelles entre musiques, arts (littérature beat), politique, mouvements sociaux ;

  • les questions de genre, de classe, de race, de sexualité, d’identité ;

  • l’influence du « Tiers-Monde » sur la contre-culture (orientalisme, africanisme…), la géopolitique de la contre-culture et ses nouveaux centres de gravité ;

  • la perception actuelle de la contre-culture : célébrations et condamnations dans les médias, les débats intellectuels, les mondes de l’art ;

  • les contre-contre-cultures réactionnaires, « de droite », à l’époque et depuis (revivals conservateurs, skinheads, rock against communism…)

L’envoi d’une proposition d’article (300 mots environ) avant la date limite de remise des articles définitifs est la bienvenue.

Les contributions sont à envoyer avant le 15 octobre 2011, par email avec résumé, mots-clés (y compris liste des musiques / groupes / artistes étudiés), bibliographie et biographie succinte de l’auteur, aux adresses suivantes :

editions[at]seteun[dot]net & jedediah-sklower[at]hotmail[dot]com

Elles seront d’abord évaluées par le comité de rédaction de Volume ! avant d’être envoyées en relecture selon les normes scientifiques d’usage (double relecture anonyme par des spécialistes).

Nous prions les auteurs de bien suivre les normes de formatage de la revue, leur respect simplifiant le processus éditorial et le travail de mise en page, et écourtant ainsi les délais : cf. les instructions aux auteurs.

Processus éditorial : cf. l’article.