Navigation – Plan du site
Dossier hip-hop
Global noise?

Tony Mitchell (ed.), Global Noise. Rap and Hip-Hop outside the USA

Gérôme Guibert
p. 150-152
Référence(s) :

2001, Middletown, CT : Wesleyan University Press.

Entrées d'index

Genre musical :

rap / hip-hop
Haut de page

Texte intégral

Global Noise - couvertureAfficher l'image
Crédits : Middletown: Wesleyan UP
  • 1 Rose Tricia (1994), Black Noise : Rap Music and Black Culture in Contemporary America, Hanover, N.H (...)

1Global Noise peut en quelque sorte être perçu comme une réponse au Black Noise de T. Rose 1 qui, bien qu’estimant que la culture hip-hop prend corps dans le monde entier, la perçoit avant tout comme une forme de culture africaine-américaine endémique et essentialisée. L’hypothèse est ici autre : elle se focalise sur les diasporas du hip-hop, en les considérant comme autant de réappropriations possibles d’une forme d’expression culturelle potentiellement adaptable à des problématiques locales.

2Dans son introduction, Tony Mitchell estime ainsi que : « [Hip-hop] has become a vehicule for global youth affiliations and a tool for reworking local identity all over the world » (p. 2). La réception, puis la production du hip-hop dans de nombreux pays est par ailleurs contemporaine d’une période — la première partie des années 1990 — au cours de laquelle le hip-hop américain atteint un stade critique. En effet, après un formidable moment d’affirmation (du tournant des années 1980 à celui des années 1990), il entre en quelque sorte, comme le rock de la fin des années 1970, dans un moment critique caractérisé par l’important succès commercial d’un gangsta-rap souvent poussé à l’extrême et d’un R&B reprenant les recettes éprouvées de l’industrie du disque, même s’il existe toujours une prolifique et pluraliste créativité underground. Pourtant, si de nombreux universitaires américains défendent l’idée que trop peu de recherches prennent en compte l’existence et la spécificité du hip-hop tel qu’il est vécu au sein de minorités américaines, tel que chez les indiens (« Native American rap ») ou les hispaniques (« Latino rap ») — notamment à Los Angeles et New-York — ou bien encore la communauté chinoise, le hip-hop hors de l’Amérique reste peu étudié par la littérature en général (et anglophone en particulier, pourrait-on ajouter).

3Tony Mitchell fait ainsi le constat d’un manque de savoirs, d’enquêtes et de résultats concernant par exemple le hip-hop de Honk-Kong, du Brésil, de la Scandinavie ou du sous-continent Indien qui amènent trop souvent à conclure à la non-existence de tels phénomènes. Or, de telles affirmations paraissent abusives, comme le prouvent les quelques observations de terrain qui ont pu être menées sur ces territoires. De manière générale, on pourrait dire que dans la plupart des cas, le hip-hop local fonctionne comme un moyen d’expression et/ou de résistance utilisée par la jeunesse, souvent issue de minorités ethniques liées à l’immigration et plus largement des milieux populaires. Mais en fonction des contextes géographiques, il prend des orientations différentes, souvent originales et parfois singulières. Il en va ainsi du hip-hop d’Afrique du Sud qui, selon L. Watkins aurait tendance à se reconnaître davantage dans le propos des rappers latino-américains que dans ceux des Africains-Américains. Plus généralement, une étude du hip-hop africain tend à confirmer l’aspect largement imaginaire de l’afrocentrisme (tout comme l’islamisme) revendiqué par les rappeurs américains. La différence de contexte dans le rapport à l’Afrique se retrouve d’ailleurs chez les rappers français qui soulignent que, si les noirs américains paraissent avant tout être des États-Unis, les Noirs en France sont perçus comme d’origine africaine.

4La première partie de l’ouvrage édité par Mitchell concerne l’Europe et commence par la France, la « deuxième nation du hip-hop ». André Prévos analyse l’arrivée et le développement du hip-hop en France, se référant principalement à des articles de la presse nationale et des journaux spécialisés mais en méconnaissant, apparemment, les études universitaires françaises sur le hip-hop (à l’exception de l’incontournable ouvrage de H. Bazin). Il se penche entre autre sur les enjeux liés à la langue utilisée dans le hip-hop — les Français étant parmi les premiers à avoir abandonné l’anglais — et plus globalement, les rapports au pays d’origine. Le chapitre sur le hip-hop anglais montre pourquoi il s’est davantage tourné vers les DJing et l’abstract, ceci pouvant être en partie expliqué par l’influence des musiques jamaïcaines dans ce pays. Concernant l’Allemagne, M. Pennay souligne le rôle qu’a pu jouer la communauté Turque alors qu’en Italie, Mitchell met en évidence la continuité entre punk-rock et hip-hop, notamment dans la dénonciation de la mafia. D’autres chapitres abordent le hip-hop en Bulgarie (C. Levy) et dans les Pays-Bas (M. Wermuth). La seconde partie du livre élargit la focale au monde entier en traitant du hip-hop japonais, coréen, australien, néo-zélandais et canadien. On apprend ainsi qu’au Japon le rap, après avoir été perçu comme une mode sans lendemain, est devenu le porte-parole possible d’une jeunesse écrasée par l’école, les études et l’image d’un Japon économiquement puissant tel qu’il était vécu par les générations précédentes. Les pages sur le hip-hop australien et néo-zélandais évoquent entre autres l’existence de courants musicaux portés par les Aborigènes et les Maori. Au Canada, où le hip-hop local reste marginal — étant donné la proximité des États-Unis — il semble que, plutôt que tensions interethniques, les thèmes abordés soient davantages liés aux difficultés socio-économiques (difficultés de trouver un emploi, conditions de vie précaires). Un phénomène qui pourrait être relié au fait que l’antagonisme linguistique prime sur l’antagonisme ethnique.

  • 2 L’édition française du magazine américain The Source donne à lire ce que peut être une perspective (...)

5On pourrait dire ainsi que Global Noise, par la perspective qu’il adopte et qui emprunte avant tout aux cultural studies mais aussi par les nombreux éléments de comparaison qu’il réalise avec les perceptions et les réalités du hip-hop états-uniens, s’avère très éclairant, parce qu’il renouvelle et enrichit par différents angles d’attaques, aussi bien que par les problématiques qu’il aborde, les travaux des chercheurs français. Il en est ainsi des chapitres sur le hip-hop basque proposé par Jacqueline Urla, sur le Islamic hip-hop écrit par Ted Swedenburg — qui aborde notamment IAM —, des propos sur le rap francophone canadien du regretté Roger Chamberland ou de la notion de « pharaonic hip-hop » proposée par A. Prévos à propos d’IAM (eu égard aux pseudonymes pris par exemple par Akhénaton, Khéops ou Imhotep). Une telle perspective permet évidemment d’expliquer l’existence et le succès de groupes soit-disant porteurs des messages d’une communauté (Manau est ainsi qualifié de « celtic hip-hop ») mais reste d’une certaine manière assez étrangère à la manière dont les acteurs (mais aussi, dans une certaine mesure, les chercheurs) perçoivent le hip-hop en France, notamment dans les débats entre « hip-hop conscient », hip-hop « underground » et le « pur » ou le « vrai » hip-hop 2. Pour autant et avant tout, par l’inépuisable source de données dont ce livre est porteur, comme par la pertinence heuristique des contributions, la pluralité des questionnements qu’il met à jour et la distance concomitante qu’il permet de prendre, il paraît indispensable à toute analyse sur le hip-hop.

Haut de page

Notes

1 Rose Tricia (1994), Black Noise : Rap Music and Black Culture in Contemporary America, Hanover, N.H., Wesleyan University Press.

2 L’édition française du magazine américain The Source donne à lire ce que peut être une perspective communautariste directement importée des États-Unis. Publié dans l’Hexagone depuis presque deux ans, ce magazine a gardé un système rhétorique qui paraît en décalage avec la situation française (articles directement traduits, arguments pro Africain-Américains et anti-républicains). Il en résulte que de nombreux acteurs du mouvement hip-hop relativisent sa pertinence. Comment se reconnaître en effet dans une logique afro-centriste ou « pro black music » lorsque la majorité des rappeurs et du public français est constituée d’Européens ou de maghrébins d’origine (pour reprendre une catégorisation communautariste) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérôme Guibert, « Tony Mitchell (ed.), Global Noise. Rap and Hip-Hop outside the USA », Volume !, 3 : 2 | 2004, 150-152.

Référence électronique

Gérôme Guibert, « Tony Mitchell (ed.), Global Noise. Rap and Hip-Hop outside the USA », Volume ! [En ligne], 3 : 2 | 2004, mis en ligne le 15 octobre 2004, consulté le 25 août 2016. URL : http://volume.revues.org/1996

Haut de page

Auteur

Gérôme Guibert

Gérôme Guibert, docteur en sociologie, université de Nantes
mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page