Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Dirk Budde, Take three Chords... Punkrock und die entwicklung zum american hardcore

Fabien Hein
p. 162-163
Référence(s) :

1997, Karben, Coda

Texte intégral

Dirk Budde, Take Three Chords… CouvertureAfficher l'image
Crédits : Coda

1Dans cet ouvrage, le musicologue allemand Dirk Budde aborde tout d’abord les développements du punk rock en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en Allemagne avant d’analyser, dans une seconde partie, les conditions de sa radicalisation sous la forme du hardcore au début des années 1980. Avant de faire œuvre musicologique, la démarche très didactique de l’auteur vise à combiner éléments historiques et contextes géographiques. Si l’histoire de la musique punk est habituellement localisée en Grande-Bretagne et aux États-Unis, on dispose de très peu d’éléments permettant d’apprécier son évolution en Allemagne de l’Ouest et moins encore dans l’ancienne DDR. Cette nouvelle perspective constitue incontestablement le premier mérite de ce livre. De manière plus générale, l’auteur dresse ensuite un bref panorama des conditions de la diffusion des œuvres punk et hardcore en s’intéressant notamment à leurs labels (Stiff, Rough Trade, SST, Dischord) et fanzines (MRR, Flipside, Zap) les plus influents. Dirk Budde consacre également quelques pages pertinentes aux propos de quelques éminents commentateurs de la question punk, tels Simon Frith, David Laing, Dick Hebdige, Greil Marcus ou Jon Savage. Chacune des deux parties se clôt par les portraits d’une dizaine de groupes majeurs des scènes punk et hardcore. The Sex Pistols, The Clash, The Damned, Buzzcocks, Sham 69, etc., pour la première. The Exploited, Dead Kennedys, Black Flag, Cro-Mags, Minor Threat, etc., pour la seconde. Budde pousse ses investigations jusqu’à présenter un avatar ultime de la filiation hardcore : le grindcore avec son représentant le plus illustre, le groupe Napalm Death. Pour chacune de ces formations, le musicologue berlinois retient l’un de leurs titres emblématiques pour le passer au crible d’une analyse musicologique méthodique. Ce qui lui permet de décomposer très finement l’ensemble de son instrumentation. Ainsi, chaque instrument amplifié (y compris la voix) se trouve analysé en profondeur selon deux critères principaux : sa « couleur » et ses caractéristiques techniques (tessiture, accords, variations, phrases musicales, solos). La batterie bénéficie quant à elle d’un traitement tout aussi raffiné puisque Budde s’intéresse à l’utilisation faite de chacun de ses éléments (Charley, caisse claire, cymbales, toms, etc.). Chacune de ces analyses est en outre complétée par un arsenal d’annotations relatives à des éléments tels que l’atmosphère générale du morceau, la qualité du mixage, l’harmonie, la structure musicale, les formes rythmiques, le tempo, le son, les effets utilisés, la longueur des morceaux et la thématique des textes.

2Au final, on ne peut être qu’ébloui devant la qualité de ce travail. Les analyses extrêmement détaillées produites par l’auteur constituent une innovation remarquable dans le traitement scientifique des musiques populaires. En effet, en procédant de la sorte, Dirk Budde confirme que les musiques punk et hardcore sont parfaitement dignes d’un investissement académique. D’autre part, ce dernier atteste de la possibilité de produire des instruments de mesure réellement efficaces et non discriminants pour analyser ces musiques. La rigueur de la démarche de l’auteur témoigne puissamment de la possibilité de faire évoluer la discipline musicologique en s’emparant d’objets qui lui sont encore étrangers. Plus largement, elle indique la richesse de telles recherches pour autant qu’elles ne cherchent pas à opposer des formes musicales résolument différentes (musique classique par exemple) pour dénigrer la valeur artistique et culturelle de l’une et imposer dans un même mouvement la suprématie de l’autre. Hélas, il faut admettre que ce travail renvoie également à la situation que connaît la recherche dans le domaine en France. Plus que jamais, de telles études prouvent que notre pays a quelque retard comparativement aux travaux allemands et anglo-saxons. Ce qui constitue malheureusement un autre élément permettant d’accréditer la thèse de l’ouvrage récent de François Dosse (La marche des idées. Histoire des intellectuels – histoire intellectuelle, Paris, La Découverte, 2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Hein, « Dirk Budde, Take three Chords... Punkrock und die entwicklung zum american hardcore », Volume !, 3 : 2 | 2004, 162-163.

Référence électronique

Fabien Hein, « Dirk Budde, Take three Chords... Punkrock und die entwicklung zum american hardcore », Volume ! [En ligne], 3 : 2 | 2004, mis en ligne le 15 octobre 2004, consulté le 22 mars 2017. URL : http://volume.revues.org/2013

Haut de page

Auteur

Fabien Hein

Fabien Hein, ERASE, université de Metz
mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page