Navigation – Plan du site
Introduction

Chanson et popular music : des visions complémentaires

Introduction
Chanson and Popular Music: Complementary Perspectives
Barbara Lebrun et Catherine Franc
p. 4-8

Entrées d'index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1Nous avons organisé, en juin 2003, la French Popular Music Conference à l’Université de Manchester (Angleterre). C’était la première fois en Grande-Bretagne qu’une conférence s’intéressait à la chanson française, et sa mise en place répondait à l’intérêt croissant des chercheurs anglo- américains et irlandais pour ce sujet. En effet, les facultés de langues étrangères dans les universités britanniques (et d’autres pays anglophones) se sont tournées vers l’étude de la culture populaire et contemporaine depuis une quinzaine d’années, et quasiment tous les départements de français ont aujourd’hui leur spécialiste de cinéma. La recherche en matière de musique et chanson française et francophone est, pour sa part, en pleine croissance, comme l’attestent les publications de André JM Prévos (1996), Steve Cannon (1997), Chris Warne (1997), Chris Tinker (1999), Peter Hawkins (2000), Mairéad Seery (2001), Rupa Huq (1999 et 2001), Alain-Philippe Durand (2002) et, tout récemment, celles de David Looseley (2003) et Martin James (2003), pour ne citer que les plus marquantes. Tous ces chercheurs anglophones ont bénéficié des concepts et méthodologies développés au sein du domaine des Cultural Studies, leur permettant de s’intéresser non pas à l’objet musical en tant que tel, mais plutôt aux rôles sociaux que tels et tels genres endossent, ou contribuent à modeler. En effet, l’école anglo-américaine d’analyse des musiques populaires (en anglais : Popular Music Studies), venue des Cultural Studies, se distingue par sa méthodologie plurielle plutôt que par l’objet de son analyse. Loin d’établir des distinctions entre différents genres de musique, elle se propose d’analyser toutes les chansons et musiques actuelles en tant qu’elles s’inscrivent dans un contexte socio-culturel et économico-politique. L’analyse sémiologique (littéraire, musicologique et scénique) y est donc inséparable d’une étude des enjeux sociaux, technologiques et souvent politiques, qui ensemble expliquent les passionset les discours que la « chanson » génère. Cette pluridisciplinarité souligne l’inter-dépendance de facteurs culturels, économiques, historiques et raciaux, et rend donc invalides les constats généraux sur la qualité présumée de tel ou tel artiste, de tel ou tel genre.

2En France, où la recherche sur la chanson ne se déroule pas, pour cause évidente, dans les départements de langues étrangères, la plupart des travaux dans ce domaine ont été poursuivis dans des cadres spécialisés, par exemple sous l’angle de la sociologie, de l’histoire, de la musicologie, de l’analyse littéraire, et caetera, et leur dissémination est souvent restée restreinte. La démarche analytique pluridisciplinaire est, d’autre part, bien présente en France, comme le montrent les travaux pionniers de Louis-Jean Calvet (1981) et d’Antoine Hennion (1983), ou la recherche plus récente d’Anne-Marie Green (1997). En revanche, ayant constaté le peu de dialogue entre tous ces homologues, souvent à cause de l’absence de traduction dans l’une ou l’autre langue, nous avons mis sur pied un colloque international dans le but de développer une connaissance réciproque des travaux existants, et de poursuivre des échanges internationaux à l’avenir.

3Si des différences de terminologie, notamment entre « chanson » et ‘popular music’, ont semblé poser problème initialement, nous avons finalement jugé la distinction secondaire dans notre perspective de rendre compte de la diversité et de la vitalité des études sur les musiques (hors musique classique) de France. En effet, qu’elles soient spécialistes ou pluridisciplinaires, toutes ces approches se complètent et s’informent mutuellement. C’est pour cette raison que nous avons souhaité ouvrir la conférence au maximum d’individus intéressés par le sujet, qu’ils soient jeunes chercheurs ou chercheurs confirmés, artistes ou professionnels, enseignants de langue ou responsables d’association, et qu’ils se passionnent pour la chanson folklorique, le café-concert, la chanson à textes, le rock, le rap, le reggae ou la techno (and more !).

4Ainsi, la conférence s’est déroulée sur deux jours et a reçu la participation de 25 intervenants venus de France (14), de Grande-Bretagne (6), d’Italie (2), d’Irlande (1) et des Etats-Unis (2). L’aspect pluridisciplinaire de l’analyse des musiques « populaires » de France a été souligné par la présence de chercheurs et doctorants travaillant dans des domaines aussi divers que la littérature et la linguistique française, la sociologie, la muséologie, les études culturelles, l’histoire et les études comparatives, la musicologie et la pédagogie. De plus, deux journalistes, un artiste, une directrice commerciale et un responsable multimédia ont apporté leurs perspectives professionnelles au sujet de la diffusion de la musique française en France et à l’étranger. Bilingue en français eten anglais, le colloque a servi à présenter des travaux sur les thèmes suivants : les rapports entre politique culturelle et culture musicale ; la poésie ; le sentiment d’identité nationale et les processus de légitimation culturelle ; l’influence de la musique anglo-saxonne dans la culture française ; le folklore et les chansons d’amour ; l’imaginaire de la ville ; le thème du travail ; les représentations du corps et de la sexualité ; le multiculturalisme et les identités post-coloniales ; la pédagogie et le développement scolaire ; les pressions commerciales et les stratégies d’export ; les ressources électroniques comme valorisation de la chanson.

5Les 10 articles que nous présentons ici reflètent cette diversité. Nous avons privilégié, sans distinction de genre ou de période, l’attention analytique et méthodologique apportées à la musique (pas toujours) chantée, plutôt que les descriptions matérielles ou prises de position personnelles. Tandis que certains des articles se répondent et parfois se confrontent, il nous a semblé nécessaire de montrer, dans cette collection, le mérite de chacune de ces approches.

6Ainsi, Sophie-Anne Leterrier a accompli un impressionant travail de dépouillement d’archives pour sa recherche sur la chanson populaire de « Malbrouck », permettant de retracer son évolution historique depuis le XVIIIe siècle et les discours politiques qui lui ont été associé. Cette analyse historique est partagée par Carol Gouspy, qui y ajoute une méthode comparative. Elle présente en effet les parallèles et les distinctions entre la diseuse et la romancière comique dans les cafés-concerts parisiens au tournant du XIXe et XXe siècles, s’attachant à décrire les enjeux esthétiques et matériels de l’époque. Joëlle Deniot s’intéresse également à la performance scénique des femmes, et plus précisément aux chanteuses réalistes de l’entre-deux guerres. L’ancrage historique du thème de la souffrance (sociale et amoureuse) sert à aborder le concept de la passion, et à examiner la façon dont la voix chantée est génératrice d’émotion.

7Analysant la carrière de Léo Ferré à travers le modèle sociologique de Pierre Bourdieu, Peter Hawkins démontre à la fois la fascinante ambivalence de l’artiste (dont l’engagement politique s’accompagne d’un fort succès commercial) et les limites de cet appareil théorique (qui souligne le processus de légitimation culturelle mais omet le rôle des facteurs politiques).

8Kim Harrison poursuit l’analyse sociologique en examinant le statut complexe de la chanson française aujourd’hui. A travers l’œuvre et les déclarations de Renaud, elle souligne l’existence de contrastes entre les positions anti-capitalistes de l’artiste et sa place dans l’industrie de la musique, et entre ses qualités d’auteur-interprète et son succès populaire.L’élaboration d’une certaine légitimité culturelle et la recherche d’authenticité sont les thèmes principaux de l’article de Gérôme Guibert, qu’il explore à propos de l’utilisation de la langue, française et anglaise, dans le rock français des années 1980-90. Prenant pour exemple le groupe Les Little Rabbits, il observe les tensions esthétiques, personnelles et commerciales qui influencent le choix de l’utilisation d’une langue, puis l’autre, et en tire des conclusions sur l’évolution de la création d’un rock français original.

9Ces préoccupations historiques et sociologiques sont proches de celles de Sean Albiez, qui met à jour la contribution des compositeurs français dans la constitution, aujourd’hui, d’une culture internationale en musique électronique. Avec les exemples de Pulsar, Richard Pinhas et Jean-Michel Jarre, il démontre le jeu des influences réciproques puisque ces artistes français se sont autant inspirés du rock progressif britannique que des pionniers français en musique contemporaine. Ses remarques sont affermies par les subtilités d’une analyse musicologique.

10Edwin Hill combine aussi la recherche musicologique à l’ancrage socio-historique, en s’intéressant à l’utilisation de l’hymne national « La Marseillaise » par Serge Gainsbourg en 1979 et par le rappeur Big Red vingt ans plus tard. Dans le premier cas, le scandale de l’époque est recontextualisé grâce à une analyse détaillée de l’orchestration reggae, et de ses implications culturelles et politiques. Dans le deuxième cas, l’analyse de la re-militarisation de la chanson permet de tirer des conclusions sur les difficultés de la société française à gérer la crise de l’immigration postcoloniale.

11Le courant théorique post-colonial est au cœur de la contribution d’Ursula Mathis-Moser, qui étudie la place de la figure de « l’Arabe » dans la chanson française contemporaine. Analysant la polyvalence du terme « arabe » aujourd’hui, en particulier par une mise en parallèle des chansons de Sapho et de Serge Reggiani, elle explore, à travers un corpus stricte, les raisons matérielles, sociales et stylistiques pour lesquelles la chanson semble reproduire l’exclusion tacite des Maghrébins de la société française.

12Finalement, Juliette Dalbavie nous emmène en balade dans l’espace Georges Brassens de Sète, où son approche muséologique permet de comprendre les techniques choisies par les concepteurs pour rendre accessible, dans les conditions a priori visuelles du musée, l’œuvre essentiellement sonore de l’artiste. Cette étude contribue aussi à questionner le rôle légitimant de l’exposition, et le rôle de médiateur du musée en France, ce qui recoupe les débats soulevés par les auteurs précédents sur le statut complexe de la chanson aujourd’hui.

13Cette introduction est enfin l’occasion pour nous de remercier toutes celles et tous ceux qui ont rendu cet événement possible, et ont marqué leur intérêt lorsqu’ils ne pouvaient pas se déplacer. Nous remercions aussi, pour leur soutien culturel, logistique et/ou financier, nos sponsors : la British Academy, l’Alliance francaise de Manchester, le Bureau des musiques actuelles de Londres, l’Association Chroma/Zebrock de Seine-Saint-Denis, le Hall de la Chanson (Paris) et l’Université de Manchester.

Haut de page

Bibliographie

Calvet (L.-J.), Chanson et société, Paris, Payot, 1981.

Cannon (S.), ‘Paname City Rapping : B.Boys in the Banlieues and Beyond’, in Hargreaves (A.) and McKinney (M.) (eds), Postcolonial Cultures in France, Londres, Routledge, 1997, p. 150-166.

Durand (A.-P.) (ed), Black, Blanc, Beur : Rap Music and Hip-Hop Culture in the Francophone World, Lanham, Scarecrow press, 2002.

Green (A.-M.), Des jeunes et des musiques. Rock, Rap, Techno, Paris, L’Harmattan, 1997.

Hawkins (P.), Chanson, The Singer-Songwriter in France from Aristide Bruant to the Present Day, Ashgate, 2000.

Hennion (A.), ‘The Production of Success, An Antimusicology of the Pop Song’ (1983), in Frith (S.) and Goodwin (A.) (eds). On Record, Londres, Routledge, 1990, p. 185-200.

Huq (R.), ‘Living in France, The Parallel Universe of Hexagonal Pop’, in Blake (A.) (ed), Living Through Pop, Londres, Routledge, 1999, p. 131-145.

Huq (R.), ‘The French Connection : Francophone Hip-Hop as an Institution in contemporary Postcolonial France’, Taboo, Fall/Winter 2001, p. 69-84.

James (M.), French Connections : From Discothèque to Discovery, Sanctuary, 2003.

Looseley (D.), Popular Music in Contemporary France : Authenticity, Politics, Debates, Berg, 2003.

Prevos (A.), ‘The Evolution of French Rap Music’, French Review, April 1996, vol. 69, 5, p. 715-25.

Seery (M.), ‘Essence ordinaire de Zebda : carburant pour une ‘République en panne’ ?’, The Irish Journal of French Studies, Dublin : ADEFFI, vol. 1, 2001, p. 15-24.

Tinker (C.), Léo Ferré, Georges Brassens and Jacques Brel : A Study of Personal and Social Narratives, PhD thesis, University of Birmingham, Department of French Studies, 1999.

Warne (C.), ‘The Impact of World Music in France’, in Hargreaves (A.) and McKinney (M.) (eds), Post-Colonial Cultures in France, London : Routledge, 1997, p. 133-49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Lebrun et Catherine Franc, « Chanson et popular music : des visions complémentaires », Volume !, 2 : 2 | 2003, 4-8.

Référence électronique

Barbara Lebrun et Catherine Franc, « Chanson et popular music : des visions complémentaires », Volume ! [En ligne], 2 : 2 | 2003, mis en ligne le 15 octobre 2005, consulté le 25 mars 2017. URL : http://volume.revues.org/2207

Haut de page

Auteurs

Barbara Lebrun

Barbara Lebrun is a Lecturer in Contemporary French Culture and Politics at the University of Manchester. Her research is in the area of contemporary French popular music and covers a wide range of interests, including record production and the music industry, audience reception, the place of gender and the body in performance, notions of identity, multiculturalism, exoticism and nostalgia, as well as social distinction and the sociology of taste. Her recent research has taken a turn towards the consideration of commercially successful 'pop' in France (variétés) and she has ecome particularly interested in the career of the best-selling female singer Dalida, as well as the role of the body in French and francophone popular music performance.
mail

Articles du même auteur

Catherine Franc

Catherine Franc is a Senior Language Tutor at the University of Manchester. She has been teaching in the French Department since 1994 and is also an associate lecturer for the Open University. Her more recent work concerns the representation of the past, and particularly the Middle Ages, in French popular culture, more particularly regional music.
mail

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page