Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Séminaire du JCMP (Jazz, Chanson et Musiques Populaires actuelles), OMF, 2009-2011

Compte-rendu
Bérenger Hainaut
p. 255-258

Texte intégral

  • 1 L'Observatoire Musical Français – ou OMF – est l'une des deux Équipes d'Accueil dédiées à la musico (...)

1Parmi les champs étudiés en musicologie, celui des « musiques populaires actuelles » fait certainement partie des plus récents. Témoignage de cette apparition tardive au sein du milieu universitaire, il a fallu attendre 2005 pour qu’un groupe de recherche consacré à ces musiques se forme au sein de l’OMF1 sous l’intitulé : JCMP (Jazz, Chanson et Musiques Populaires actuelles). Considérant le mode d’existence particulier de ces différentes musiques – qui sont plus souvent fixées par un support phonographique qu’à l’aide d’éléments d’une écriture musicale –, l’équipe du JCMP développe une approche pluridisciplinaire de ses objets d’études, et s’attache donc à mêler à des techniques d’analyse musicale adaptées, un regard ethnographique à même de prendre en compte les enjeux propres à ces répertoires.

2Il manquait aux activités du groupe un séminaire doctoral permettant de concrétiser régulièrement ce travail collectif, tout en y associant la réflexion d’autres chercheurs. Cette lacune est comblée depuis maintenant deux ans : à cette occasion, les quelques lignes qui suivent vont tenter de dresser un portrait d’ensemble de ce séminaire, plutôt que de réaliser le compte rendu d’une de ses séances en particulier.

  • 2 Ces rencontres, qui se tiennent en Sorbonne le samedi après-midi, sont signalées sur le site du gro (...)
  • 3 L'enregistrement de cette séance inaugurale sera prochainement mis en ligne sur le site du JCMP.

3Jusqu’à présent, le séminaire du JCMP a comporté cinq séances par année universitaire2. Lors de sa séance inaugurale le 7 novembre 2009, la pluridisciplinarité était déjà au cœur des débats puisqu’à cette occasion, les musicologues et sociologues du groupe avaient invité Howard Becker, sociologue et musicien de jazz3. Celui-ci était venu présenter son dernier ouvrage – Do You Know…? The Jazz Repertoire in Action –, co-écrit avec Robert Faulkner et dédié à l’étude des moyens musicaux dont disposent certains musiciens de jazz pour collaborer rapidement, alors qu’ils ne se connaissent pas d’emblée. Les auteurs, qui ont tous deux une longue expérience du milieu du jazz, ont pour l’occasion réalisé une série d’observations participantes, se plaçant « en situation » pour tenter de comprendre comment ces musiciens jouent ensemble. Dans son analyse, Becker – à travers ses « mondes de l’art » – mobilise le concept de « convention musicale » : l’étude des interactions qui se produisent entre les différents acteurs d’une musique demande en effet de se pencher sur le matériau musical contribuant à ces interactions ; les «  conventions musicales  » alors mises au jour permettent notamment de comprendre le « faire ensemble » de la musique. Au cours de la discussion qui a suivi cette première conférence, Hyacinthe Ravet a souligné le réel croisement entre sociologie et musicologie réalisé ici à l’aide de ce concept particulier. Elle rejoignait d’ailleurs Catherine Rudent qui, à la suite de Becker, avait déjà remarqué le caractère prolifique de cette notion aux multiples dimensions : sociale, esthétique et cognitive (Rudent, 2000 : 96).

4Implicitement, c’est encore cette idée de convention qui soutenait l’intervention d’Allan Moore, le 6 février 2010. Au cours de celle-ci, le musicologue anglais a en effet présenté le fruit de ses travaux en cours, visant à mettre en avant une dimension du son encore peu explorée par l’analyse musicale : la spatialisation du son des musiques enregistrées. Le propos de Moore était double : après avoir montré qu’entre 1965 et 1972 s’installe une configuration spatiale des sources particulière (que l’auteur nomme « normative mix » : on retrouve ici le versant esthétique de la convention musicale), le chercheur s’est orienté vers une première tentative « d’herméneutique de la spatialisation », reposant notamment sur les concepts proxémiques théorisés par l’anthropologue américain Edward Hall. Pour appuyer ses propos, Moore a développé – en collaboration avec Ruth Dockwray – un outil qu’il nomme la soundbox, figurée à l’aide d’un cube en perspective. Cette méthode analytique a été particulièrement discutée par l’assistance, et certains de ses aspects semblaient encore en cours d’élaboration : Moore avait en effet peu publié à ce propos avant cette conférence, à travers laquelle le chercheur offrait pour une des premières fois ses idées à la confrontation.

5Si Moore proposait de partir d’une technique particulière pour analyser des corpus divers, Franco Fabbri a de son côté pris l’exact contrepied de cette démarche lors de sa présentation du 6 novembre 2010 : à cette occasion, il a en effet semblé mettre toute son expérience de la musicologie au service d’un unique répertoire – celui des « cantautori », « auteurs-interprètes » de chansons dans l’Italie des années 1960 et 1970. En somme, Fabbri s’est penché sur son objet d’étude avec un maximum d’approches différentes, cette pluralité lui permettant de cerner celui-ci avec le plus de netteté possible. Il s’est donc intéressé à l’histoire des cantautori et à leurs conditions d’émergence, s’est préoccupé brièvement de leur style musical (notamment en abordant la forme des chansons considérées), a proposé des éléments de sémiologie musicale, etc. C’est que le chercheur approche son sujet à l’aide du concept de « genre », qu’il définit par des « normes » musicales, « comportementales, sociales », mais aussi économiques. Si donc Fabbri préfère les « normes » aux « conventions » beckeriennes, une certaine pluridisciplinarité est ici encore une fois de mise – bien que Fabbri questionne plus particulièrement son versant musicologique – et riche en perspectives.

6Les conventions servent aussi de point de départ à Derek Scott. Ce dernier s’est intéressé à l’émergence de la notion de « musiques populaires », et lors de sa conférence du 19 février 2011, il défendait l’idée suivante : dans la Vienne du xixe siècle, qui voit les musiques de danse atteindre une popularité remarquable, le terme « populaire » se réfère non seulement à la réception de la musique, mais aussi à la présence de certains éléments musicaux. Constatant comment les transformations sociales ont entraîné une relative polarisation entre une musique dite « de divertissement » – « légère et commerciale » – et une musique « sérieuse », Scott cherche ensuite à s’éloigner de l’histoire sociale pour se pencher sur les conventions musicales propres aux musiques populaires en s’appuyant sur deux constats : d’une part, les idiomes musicaux produits par les musiques populaires étaient suffisamment différents du répertoire classique pour créer de sérieux problèmes aux interprètes non familiarisés avec ces nouvelles conventions ; d’autre part, certains critiques de l’époque rejetaient des musiques dites « populaires » sur la base de traits stylistiques clairement perçus – la « marque » des musiques populaires –, que ces musiques soient réellement populaires ou non.

7Bien sûr, le prisme des conventions ici choisi ne permet qu’une synthèse parmi d’autres du travail réalisé au sein de ce séminaire : il ne s’agit dès lors que d’un bref aperçu de la diversité de celui-ci. Par ailleurs, ce bilan ne rend pas justice à la qualité des présentations réalisées par tous les intervenants non cités ici, faute de place. Le séminaire du JCMP reprendra dès novembre prochain.

Haut de page

Bibliographie

Faulkner R. & Becker H. (2009), Do You Know… ? The Jazz Repertoire in Action, Chicago, University of Chicago Press.

Rudent C. (2000), « L’analyse du cliché dans les chansons à succès », in Green A.-M., Musique et sociologie : enjeux méthodologiques et approches empiriques, Paris, L’Harmattan, p. 95-121.

Haut de page

Notes

1 L'Observatoire Musical Français – ou OMF – est l'une des deux Équipes d'Accueil dédiées à la musicologie au sein de l'université Paris-Sorbonne.

2 Ces rencontres, qui se tiennent en Sorbonne le samedi après-midi, sont signalées sur le site du groupe : http://www.omf.paris-sorbonne.fr/omf-articles.php3 ?id_rubrique =98&id_article =615.

3 L'enregistrement de cette séance inaugurale sera prochainement mis en ligne sur le site du JCMP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bérenger Hainaut, « Séminaire du JCMP (Jazz, Chanson et Musiques Populaires actuelles), OMF, 2009-2011 », Volume !, 8 : 2 | 2011, 255-258.

Référence électronique

Bérenger Hainaut, « Séminaire du JCMP (Jazz, Chanson et Musiques Populaires actuelles), OMF, 2009-2011 », Volume ! [En ligne], 8 : 2 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://volume.revues.org/2766

Haut de page

Auteur

Bérenger Hainaut

Étudiant à l’université Paris-Sorbonne, Bérenger Hainaut achève actuellement un master de Musique et Musicologie consacré au style black metal.
mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page