Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Journée d’étude sur le rock et le metal

Laura Maschio
p. 259-261

Entrées d'index

Genre musical :

heavy metal / hard rock
Haut de page

Texte intégral

« Regards et perspectives des Sciences sociales », synthèse de la journée d’étude du 20 mai 2011 à l’université Paris Descartes-Sorbonne, organisée par Laure Ferrand et Alexis Mombelet, membres du Centre d’étude sur l’actuel et le quotidien (CEAQ), Groupe de recherche et d’étude sur la musique et la sociabilité (GREMES).

1L’amphithéâtre Émile Durkheim s’est vu occupé en ce vendredi de mai 2011 d’un auditorat encore peu coutumier des bancs universitaires puisque composé de chercheurs de tous horizons réunis autour d’un intérêt commun pour le rock et le metal, considérés sous l’angle des sciences humaines et sociales. La journée se voulait en effet marquée du signe de l’interdisciplinarité dans la présentation de travaux variés ayant pour similarité de prendre au sérieux des objets qui ne le semblent pas afin de dresser un panorama des travaux francophones actuels.

2Après une introduction proposée par Michel Maffesoli, directeur du CEAQ, revenant notamment sur l’historique des recherches sur le rock, et un aperçu du programme par les organisateurs, la journée s’est ouverte par une table ronde intitulée « Penser les musiques » présidée par Alexis Mombelet. La première communication, proposée par Gerhardt Stenger, a consisté en une analyse du mouvement « yé-yé » à travers le regard d’Edgar Morin, soulevant un point récurrent tout au long de la journée, à savoir la rupture entre naturel et culturel. La fin du cycle s’est avérée d’avantage sociologique avec une présentation par Laure Ferrand de l’approche des cultural studies et de Simon Frith, impliquant un basculement du rock de sous-culture à accompagnateur du quotidien, puis une analyse de la représentation des genres et sous-genres musicaux à la télévision envisagée à travers la notion de légitimité culturelle par Laura Maschio.

3La matinée s’est terminée par une seconde table ronde, animée par Céline Schall, centrée sur une « Appropriation en marge » du rock et du metal, dont est ressorti un besoin de démarcation de la part des acteurs de ces sphères musicales, qu’ils soient artistiques, à travers les friches culturelles, véritables lieux de sociabilisation, présentées par Fabrice Raffin, ou politiques, pour Eliel Markman, dans son étude de la fonction du rock dans la dictature argentine des années 1970.

4Le programme de l’après-midi s’est déroulé identiquement avec un premier cycle, présidé par Nicolas Bénard, axé sur l’idée de « Vécu collectif ». Corentin Charbonnier a alors évoqué le phénomène de socialisation et de légitimation du métalleux par sa participation à des évènements faisant autorité, ici le Hellfest, aspect ensuite prolongé sous l’angle des sciences de la communication par Céline Schall via le prolongement d’un « être ensemble » amené par le concert grâce au DVD de metal, observé ici comme un dispositif de médiation. Enfin, Pierre Garcin a soulevé l’importance de la communauté virtuelle, permise par Internet, dans la création de nouvelles formes de liens publics/artistes, estompant peu à peu leurs frontières respectives grâce à une participation plus active des amateurs de musique.

5Ultime séquence de la journée, la quatrième table ronde, dirigée par Laure Ferrand, était intitulée « Esthétique et imaginaire ». Méi-Ra St-Laurent a tout d’abord proposé une approche musicologique visant à montrer les rapprochements opérés entre musique classique et metal symphonique à travers l’étude de cas du groupe Therion, opposé à la musique dite savante de Richard Wagner. Nicolas Bénard a ensuite introduit le paradoxe de l’utilisation d’images de guerre dans l’univers de certains artistes metal, tantôt dénonciateurs, tantôt fascinés par la violence militaire. Ce rapport à une esthétique relevant parfois de la bestialité a également été évoqué par Amanda Studniarek qui s’est intéressée à l’œuvre de Marilyn Manson, empruntant la notion de chaosmos d’Edgar Morin pour mettre en évidence la continuité du chaos dans l’univers proposée par l’artiste via un travail de construction de la déconstruction. Alexis Mombelet s’est enfin attaché à montrer que le metal est une culture de l'ubris, de la démesure, tant sur le plan musical qu'au regard de son imaginaire et des comportements qui lui sont associés.

6Cette journée d’étude sur le rock et le metal s’est clôturée sur une communication de Jean-Marie Seca fondée sur l’interrogation du bien fondé pour un chercheur de bâtir une analyse du rock en le définissant comme une esthétisation de la colère. La richesse de cette réflexion, autant que celle des treize précédents participants, nous aura permis de souligner l’intérêt indéniable de telles journées dans la construction d’un domaine de recherche encore jeune, situé à la croisée des disciplines et qui semble, aux vues de l’aperçu proposé, amené à connaître des enrichissements significatifs dans le futur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Maschio, « Journée d’étude sur le rock et le metal », Volume !, 8 : 2 | 2011, 259-261.

Référence électronique

Laura Maschio, « Journée d’étude sur le rock et le metal », Volume ! [En ligne], 8 : 2 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://volume.revues.org/2770

Haut de page

Auteur

Laura Maschio

Laura Maschio est une jeune chercheuse en sociologie et communication. Future doctorante, elle est titulaire d’un Bachelor en Systèmes d’Information et de Communication et d’un Master en Sciences de la Communication et des Médias de l’université de Genève, Suisse. Ses principaux champs de recherche sont les musiques actuelles, la télévision, la médiation culturelle et le théâtre de rue.
mail

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page