Skip to navigation – Site map
Notes de lecture sur le jazz

Gérard Régnier, Jazz et société en France sous l’occupation

Philippe Gumplowicz
p. 264-266
Bibliographical reference

Paris, L’Harmattan. Collection « Musiques et champ social », 2009, 300 p.
ISBN : 978-2-296-10134-0.
Préface de Pascal Ory.

Index terms

Geographical index :

France

Chronological index :

1940-1949
Top of page

Full text

This article has been published in open access since 15 December 2013.

Gérard Régnier, Jazz et société en France sous l’occupation - couvertureFull size image
Credits : 2009, L'Harmattan
  • 1 Ludovic Tournès, « Le jazz, un espace de liberté pour un phénomène culturel en voie d’identificatio (...)

1Précédé d’une introduction de Pascal Ory et prolongé par une chronologie concise et d’une bibliographie compacte (qui eût demandée à être mieux découpée), cet ouvrage de 266 pages résume une thèse d’histoire fort consistante (sept cents pages agrémentées de 150 documents placés en annexe). Gérard Régnier braque la focale sur le jazz dans la France des années de guerre sur laquelle on n’avait jusqu’alors que peu de chose de valeur historique conséquente, à l’exception d’un article déjà ancien de Ludovic Tournès consacré à la question dans La vie musicale sous Vichy, dirigée par Myriam Chimènes, en 20011. L’ouvrage de Gérard Régnier pose deux questions en surplomb : quelle est la place et le devenir d’une musique fort peu conforme à la vision du monde des autorités nazies et pétainistes ? Comment expliquer le sentiment partagé (et faux) de l’interdiction du jazz durant la période concernée ?

  • 2 Colloque « Histoire du Jazz en France », Dijon, 23, 24, 25 mars 2011. Les actes du colloque sont à (...)
  • 3 Voir aussi Anne Legrand, Charles Delaunay et le jazz en France dans les années 30 et 40, Paris Édit (...)

2Dans un registre descriptif, ce livre brosse un tableau très précis du monde du jazz sous l’occupation. Les réflexions que Gérard Régnier développa lors du colloque de Dijon sur l’Histoire du Jazz en France2,sur le jazz à la radio (sur ce sujet très compliqué où se mêlent les préoccupations de censeurs pas toujours armés pour assurer une censure bétonnée) sont déjà présentes ici. Cet ouvrage embrasse bien d’autres domaines : le jazz sur disques, le jazz dans les clubs, brasseries et music-hall, cela est abordé avec subtilité à partir de sources indiscutables, telles les Archives de l’Assistance publique et des Hôpitaux de Paris qui gèrent le droit des pauvres et qui permettent de se faire une idée de l’économie du jazz d’une époque qui, pour la musique et les arts s’entend, est âge sombre autant qu’âge d’or. Et puis, il y a les personnes. En premier lieu, Hugues Panassié. Après un premier article publié en 1930 dans la Revue musicale puis dans Le Jazz Hot, publié en 1934, Hugues Panassié a imposé la présence d’une grande musique « noire » à côté de la « grande musique ». Entretenu et relayé par un petit noyau de puristes, son discours finira par obtenir la légitimation de cette musique. Gérard Régnier a dépouillé ses archives dans la médiathèque de Villefranche-de-Rouergue. Son futur opposant Charles Delaunay est évidemment présent3. Très exhaustif, Gérard Régnier ne manque pas de s’intéresser aux sections locales du Hot Club de France (Marseille, Rennes, Carcassonne, etc.), ainsi qu’aux prestations jazzistiques au stalag. L’auteur aborde le cas des musiciens juifs, des Noirs, le cas Django Reinhardt, celui des collaborationnistes et la place du jazz dans la presse de l’époque, vichyssoise ou collaborationniste pour battre en brèche beaucoup d’idées reçues. Et puis, l’auteur a lu les ouvrages de l’époque et la presse qui en assure la réception notamment d’André Cœuroy.

  • 4 Voir Frédéric Gaussin, « Vies parallèles, destins mêlées : Alfred Cortot (1877-1962), Lazare-Lévy ( (...)

3Aujourd’hui, alors que resurgissent des polémiques liées à la période de l’occupation (autour du rôle de Jacques Chailley, secrétaire général du Conservatoire en 1940, par exemple), que de nouvelles recherches s’emploient à travailler sur la musique durant l’occupation (on attend la thèse de Frédéric Gaussin4), l’ouvrage de Gérard Régnier est indispensable. Travail obstiné sur les sources, subtilité de l’analyse. L’auteur évite les généralités et les lieux communs. Il sépare soigneusement faits et hypothèses. Démonstration de manière fluide, prudente. On ne peut que souscrire au jugement de Pascal Ory mis en prologue de l’histoire : « Gérard Régnier est un amateur de jazz et un professionnel de l’histoire ».

Top of page

Notes

1 Ludovic Tournès, « Le jazz, un espace de liberté pour un phénomène culturel en voie d’identification », in Myriam Chimènes, La vie musicale sous Vichy, Paris, Complexe, 2001.

2 Colloque « Histoire du Jazz en France », Dijon, 23, 24, 25 mars 2011. Les actes du colloque sont à paraître aux éditions Outremesure en 2012.

3 Voir aussi Anne Legrand, Charles Delaunay et le jazz en France dans les années 30 et 40, Paris Éditions du Layeur, 2010.

4 Voir Frédéric Gaussin, « Vies parallèles, destins mêlées : Alfred Cortot (1877-1962), Lazare-Lévy (1882-1964), deux virtuoses dans l’État français », dans Marine Branland et David Mastin (dir.), De la guerre dans l’art, de l’art dans la guerre, Paris, Textuel, n° 63, 2010.

Top of page

References

Bibliographical reference

Philippe Gumplowicz, « Gérard Régnier, Jazz et société en France sous l’occupation », Volume !, 8 : 2 | 2011, 264-266.

Electronic reference

Philippe Gumplowicz, « Gérard Régnier, Jazz et société en France sous l’occupation », Volume ! [Online], 8 : 2 | 2011, Online since 15 December 2013, connection on 28 July 2014. URL : http://volume.revues.org/2774

Top of page

About the author

Philippe Gumplowicz

Philippe Gumplowicz, né en 1950 à Paris, est Professeur (musicologie) à l’université d’Evry Val d’Essonne. Il est chargé de conférences à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Il a publié :
- Les Travaux d’Orphée, Paris, Aubier, 1988, réed. Flammarion, 2001. Nommé au Prix de Littérature musicale.
- Le Roman du Jazz, première époque, 1893-1930, Paris, Fayard, 1991.
- Paris 1944-1954, Artistes, intellectuels, publics, Paris, Autrement, 1995 (dir. avec Jean-Claude Klein).
- Le Roman du Jazz, deuxième époque, 1930-1942, Paris, Fayard, 2000.
- Le Roman du Jazz, les modernes, Paris, Fayard, 2008.
- Les Résonances de l’ombre, Paris, Fayard, 2012.
mail

Top of page

Copyright

Editions Seteun

Top of page