Navigation – Plan du site
Appels à contributions

La Nostalgie dans les musiques populaires – appel à contributions

Un numéro dirigé par Hugh Dauncey & Chris Tinker

Appel à contributions :
« La nostalgie dans les musiques populaires »
Popular Music Nostalgias

Volume ! La revue des musiques populaires

Numéro dirigé par / a special issue edited by Hugh Dauncey (Newcastle University) & Christopher Tinker (Heriot-Watt University)

English version here : http://volume.revues.org/2914

Numéro publié – consulter la version numérique ici.

Volume ! la revue de recherche pluridisciplinaire à comité de lecture dédiée à l’analyse des musiques populaires lance un nouvel appel à contributions pour un numéro consacré à la nostalgie dans les musiques populaires, dans une variété de contextes nationaux, internationaux et transnationaux.

Ce numéro explorera les façons dont la nostalgie liée aux musiques populaires est produite, représentée, médiatisée et consommée. Morris B. Holbrook et Robert M. Schindler définissent celle-ci comme

« Une préférence (un goût, une attitude positive ou un effet favorable) pour des expériences associées à des objets (des gens, des lieux ou des choses) plus communs (populaires, à la mode ou très diffusés) lorsque l’on était plus jeune (au début de la vie adulte, pendant l’adolescence, l’enfance ou même avant la naissance) » (2006 : 108).

La nostalgie est une caractéristique récurrente du champ des musiques populaires, et a gagné en importance ces dernières années dans de nombreux contextes nationaux. Ce numéro de Volume ! souhaite contribuer à définir le champ des musiques populaires associées à la nostalgie, et engager une discussion critique avec des disciplines aussi diverses que les études sur les musiques populaires, les études culturelles, la psychologie et le marketing, et situer la nostalgie par rapport à d’autres phénomènes qui lui sont associés tels que la mémoire, la commémoration, le « rétro ».

L’un des objectifs principaux de ce numéro est d’explorer comment la nostalgie contribue au développement et au statut de formes et de genres spécifiques. L’étude de Barbara Lebrun sur la chanson néo-réaliste, qui s’affirma dans les années 1990 (avec des groupes comme Pigalle, Les Négresses Vertes, Les Têtes Raides), révèle les incohérences et contradictions du genre, qui est « réactionnaire et rebelle, vieux-jeu et moderne, élitiste et collectif » et qui combine nostalgie, conservatisme, protestation et distinction culturelle (2009 : 59-60).

Le rôle que joue la nostalgie dans la construction identitaire est un autre élément considérable. Comme l’observe Tia DeNora, « la musique peut servir d’outil au service du processus réflexif de remémoration/construction de l’individu, une technologie pour narrer la fable apparamment continue de l’indentité individuelle » et comme « outil pour la génération d’une identité future et de structures d’action, le médiateur d’une existence future » (2000 : 63). Andy Bennett se concentre sur la façon dont « la domination croissante du marché rétro dans la culture populaire contemporaine permet aux générations d’après-guerre de revivre effectivement leur jeunesse et de se livrer à des représentations nostalgiques de ce qu’être jeune signifie » et l’impact « de telles perceptions nostalgiques sur les représentations de la jeunesse contemporaine » (2001 : 153).

La médiatisation de la nostalgie dans les musiques populaires dans la presse et sur internet est particulièrement importante dans de nombreux contextes nationaux. Chris Tinker (2012) a, par exemple, examiné la signification de cette nostalgie à la télévision française, notamment en suivant le lancement réussi de la tournée et des croisières « Âge tendre et têtes de bois ». Cet intérêt médiatique a plusieurs fonctions : représenter le passer de façon plus positive que le présent (« la nostalgie simple »), mettre en valeur la joie plutôt que des sentiments « aigres-doux » (Hirsch 1992, Baker & Kennedy 1994, Madrigal & Boerstler, 2007…) qui sont souvent associés à la nostalgie, qui représentent un retour fantasmé à la jeunesse, et qui promeuvent une cohésion sociale et transgénérationnelle. Cette médiatisation profite également à la puissance commerciale de la nostalgie musicale, tout en problématisant son statut au sein du champ plus vaste de la culture et de la musique.

L’expérience des auditeurs et consommateurs nostalgiques est également notable. Holbrook et Schindler décrivent, par exemple, comment, « via un processus appelé lien nostalgique [nostalgic bonding], l’histoire des interactions personnelles d’un consommateur avec un produit, lors d’une période critique pendant laquelle se forment ses préférences et qui se déroule plus ou moins à l’âge de 20 ans, peut engendrer une préférence définitive pour cet objet » (2006 : 109). Parmi leurs informants, il y a ceux qui « ont fait l’experience de forts liens nostalgiques avec des enregistrements musicaux » (119), un jeune DJ qui « décrit les heures innombrables qu’il a passées à mixer avec un matériel spécifique » (119) et un contrebassiste de New-York qui affectionne particulièrement « le badge de la Metropolitan Transit Authority qui permet à des musiciens de rue de jouer dans le metro » (120).

Une autre dimension, plus institutionnelle, de l’entrelacement de la nostalgie et de la musique populaire est la façon dont les politiques publiques ont progressivement développé des définitions du patrimoine, qui s’étend jusqu’au champ des pratiques et des formes de cultures populaires, permettant notamment à des interprètes, des genres et des œuvres d’être inclus non seulement dans les « Halls of Fame » commerciaux, mais aussi au sein d’institutions officielles, soutenues par l’État. En Grande-Bretagne, the National Centre for Popular Music fut un exemple de courte durée de cette tendance, mais dans d’autres musées bien établis, la mémoire des musiques populaires est de plus en plus célébrée, soit par des collections spéciales, ou simplement rendues plus visibles grâce à des dispositifs de conservation, à l’instar de ce qui s’est fait au Victoria and Albert Museum, avec le « subject hub » dédié au pop rock. En France, la Cité de la Musique propose un mélange efficace de célébration, de pédagogie et de nostalgie, grâce à des expositions temporaires dédiées à des artistes et genres pop rock. La nostalgie est un élément clé de la patrimonialisation des musiques populaires.

Autres thèmes pouvant être étudiés

  • la nostalgie de décennies, de périodes, de mouvements, de modes/styles particuliers ;

  • la nostalgie et les canons des musiques populaires ;

  • la nostalgie, le passé, le présent et le futur ;

  • la nostalgie et la construction identitaire individuelle et collective / la cohésion sociale ;

  • la nostalgie et les phénomènes (inter)générationnels ;

  • les catégories de nostalgie : « simple », « réflexive », « interprétée » (David 1979), « réparatrice » et « spéculaire » [reflective] (Boym 2001) ; la nostalgie « de première main » (« réelle ») ;

  • la nostalgie « simulée » (Baker & Kennedy 1994) ou « indirecte » [vicarious] (Goulding, 2002) ;

  • la nostalgie et les « incertitudes du présent » (Pickering & Keightley 2006) ;

  • la nostalgie et la « perturbation » (Davis 1979) ;

  • sorties et réimpressions – musique, littérature, cinéma ; les reprises, les revivals et comebacks ;

  • la nostalgie et le deuil – les morts d’artistes/de musiciens et d’autres personnalités ;

  • les anniversaires nostalgiques – la naissance, la mort et la carrière ;

  • la nostalgie dans les discours des musiques et cultures populaires ;

  • le tourisme nostalgique (Connell & Gibson 2003).

Il s’agit de suggestions de pistes, qui ne sont en rien restrictives.

Dates

Les chercheurs souhaitant proposer un article sont priés d’envoyer une première proposition avant le 30 juillet 2012. Les contributions définitives doivent être envoyées avant le 1er décembre 2012 aux adresses suivantes :

Hugh.dauncey[at]newcastle[dot]ac[dot]uk, C.G.Tinker[at]hw[dot]ac[dot]uk, equipe[at]seteun[dot]net

Paratextes

(cf. les consignes aux auteurs ici : http://volume.revues.org/1651)

Format

  • Word 2004 (.doc), 30.000 à 40.000 caractères (espaces compris)

  • Times, 12 pts., espacement double ;

  • Référencement bibliographique conforme au système « Harvard » (cf. nos instructions aux auteurs : http://volume.revues.org/1651)

Évaluation :

Les contributions seront d’abord évaluées par les directeurs du dossier et le comité de lecture de Volume ! avant d’être envoyées en double relecture « aveugle » (anonymisées) auprès de deux ou trois relecteurs/spécialistes.

La publication est prévue pour octobre 2013 (n° 10-2).

Bibliographie

Baker SM and Kennedy PF (1994) Death by Nostalgia: A Diagnosis of Context-Specific Cases. In: Allen CT and Roedder John D (eds.) Advances in Consumer Research 21, Provo, UT: Association for Consumer Research: 169-174. http://www.acrwebsite.org/volumes/display.asp?id=7580

Bennett A (2001) Cultures of Popular Music. Maidenhead: Open University Press.

Boym S (2001) The Future of Nostalgia. New York: Basic Books.

Connell J and Gibson C (2003) Sound Tracks: Popular Music, Identity and Place. London and New York: Routledge.

Davis F (1979) Yearning for Yesterday: a Sociology of Nostalgia. New York: Free Press.

DeNora T (2000) Music in Everyday life. Cambridge University Press.

Goulding C (2002) An Exploratory Study of Age Related Vicarious Nostalgia and Aesthetic Consumption. In: Broniarczyk SM, Nakamoto K (eds.) Advances in Consumer Research 29. Valdosta, GA : Association for Consumer Research: 542-546. http://www.acrwebsite.org/volumes/display.asp?id=8719

Hirsch AR. (1992) Nostalgia: A Neuropsychiatric Understanding. In: Sherry, Jr JF and Sternthal B (eds) Advances in Consumer Research 19. Provo, UT: Association for Consumer Research: 390-395. http://www.acrwebsite.org/volumes/display.asp?id=7326

Holbrook MB and Schindler RM (1989) Some exploratory findings on the development of musical tastes. Journal of Consumer Research 16, 119–124.

Holbrook MB and Schindler RM (2006) RM Nostalgic bonding: Exploring the role of nostalgia in the consumption experience. Journal of Consumer Behaviour 3(2), 107-127.

Lebrun B (2009) René, Ginette, Louise et les autres : nostalgie et authenticité dans la chanson néo-réaliste. French Politics, Culture and Society 27(2), 47-62.

Madrigal R and Boerstler C (2007) Nostalgia Advertisements: A Content Analysis. In: Fitzsimons G and Morwitz V (eds.) Advances in Consumer Research 34. Duluth, MN: Association for Consumer Research: 424-426. http://www.acrwebsite.org/volumes/v34/acr_v34_139.pdf

Pickering M and Keightley E (2006) The Modalities of Nostalgia. Current Sociology 54(6), 919-941.

Tinker C (2012) Age tendre et têtes de bois: Nostalgia, Television and Popular Music in Contemporary France. French Cultural Studies 23(3), (forthcoming August).

Haut de page