Skip to navigation – Site map
Contre-cultures : théorie & scènes
Introduction

Pour une réévaluation du concept de contre-culture

Reappraising « Counterculture »
Andy Bennett
Translated by Jedediah Sklower
p. 19-31
This article is a translation of:
Reappraising “Counterculture”

Abstracts

This article offers a critical examination of the concept of counterculture. Beginning with an overview and discussion of counterculture’s application in the context of the late 1960s, the article argues that many of the claims for the validity of counterculture in this socio-historical context reflect issues and shortcomings similar to those offered in relation to the concept of subculture. That is to say, counterculture was cast as a class-based (in this case middle class) mode of resistance to the dominant mainstream society. The article then goes on to offer reasons as to why such a claim was, as in the case of subculture, ill-founded. The article then goes on to consider how the emergence of the cultural turn in sociology and cultural theory further problematises the original conceptualisation of counterculture and renders the term largely incompatible with contemporary understandings of social and cultural movements in a global context. Finally, the article considers why counterculture lives on in a popular and vernacular context, a central facet of which, it is argued, relates to the way in which counterculture has been deployed in the media as a means of representing critical moments in everyday responses to socio-economic and cultural tension.

Top of page

Editor's notes

The English version of the article will be published in Sheila Whiteley and Jedediah Sklower (eds.), Popular Music and Countercultures, Ashgate, 2013. It will appear here two years after that publication, in 2015.

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2016.
Read it

Outline

Les origines de la contre-culture
Problématiser la contre-culture
Repenser la contre-culture
Les contre-cultures comme modes de vie situés et stratégiques
La contre-culture dans un contexte contemporain

Text / first lines

Depuis son apparition comme concept sociopolitique majeur à la fin des années 1960, le terme de « contre-culture » a régulièrement refait surface dans la littérature académique, les médias et le langage commun pour désigner des idées, des pratiques et des croyances contre-hégémoniques. En général, il est utilisé pour distinguer des valeurs considérées comme dominantes ou largement partagées [mainstream] de systèmes de valeurs alternatifs qui, tout en étant le fait d’une minorité, sont agencés dans une pluralité de formes culturelles – la musique, l’écriture, l’art, les luttes socioculturelles et ainsi de suite. Ces différentes formes servent à amplifier la portée collective d’une contre-culture et permettent à une minorité d’acquérir une certaine visibilité. Depuis de nombreuses années, les chercheurs lui ont pourtant préféré le concept de « subculture », qui s’est imposé comme cadre conceptuel de référence pour l’examen de pratiques anti-hégémoniques, notamment chez les jeunes. La ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Andy Bennett, « Pour une réévaluation du concept de contre-culture », Volume !, 9 : 1 | 2012, 19-31.

Electronic reference

Andy Bennett, « Pour une réévaluation du concept de contre-culture », Volume ! [Online], 9 : 1 | 2012, Online since 15 June 2014, connection on 28 July 2014. URL : http://volume.revues.org/2941

Top of page

About the author

Andy Bennett

Andy Bennett est Professeur de Sociologie Culturelle et Directeur du Griffith Centre for Cultural Research à l’université Griffith de Queensland (Australie). Il a écrit et dirigé de nombreux ouvrages de référence sur les musiques populaires, les cultures jeunes, les concepts de subcultures et de scènes, dont Popular Music and Youth Culture, Cultures of Popular Music, Remembering Woodstock, et Music Scenes (avec Richard A. Peterson). Il est actuellement en charge d’un projet triennal, regroupant cinq pays, financé par l’Australian Research Council, intitulé « Musiques populaires et mémoire culturelle : histoires musicales locales et leur signification aux yeux des industries musicales nationales ». Il est directeur du Journal of Sociology, membre du Centre pour la Sociologie Culturelle de l’université de Yale, et membre associé de PopuLUs, le Centre pour l’étude des musiques du monde de l’université de Leeds.
mail

Top of page

Copyright

Editions Seteun

Top of page