Navigation – Plan du site

Sound Factory

Musiques et logiques de l’industrialisation
Stéphane Dorin, Vincent Arquillière, Philippe Bouquillion, Jeremy Deller, Simon Frith, Julien Fronsacq, Gérôme Guibert, David Hesmondhalgh et Patrick Mignon

Texte intégral

Sound Factory - CouvertureAfficher l'image
Crédits : © Éditions Mélanie Seteun

Le livre Sound Factory a reçu le soutien de la Sacem et de l’université Paris 8.

Il est publié conjointement par les éditions Uqbar et Mélanie Seteun.

Stéphane Dorin (dir.), Sound Factory

Présentation

D’une révolution à l’autre”. C’est le titre que Jeremy Deller avait choisi pour son exposition au Palais de Tokyo afin de souligner les liens inattendus entre le déclin de l’industrie manufacturière et la naissance de l’industrie musicale.

Les contributions de chercheurs en sciences sociales, réunis ici sous la direction de Stéphane Dorin, et précédées d’un entretien avec Jeremy Deller, prennent toutes au sérieux les musiques populaires, dans leurs dimensions industrielles et commerciales, mais aussi dans leur propension à renouveler les pratiques culturelles, les politiques économiques et les esthétiques.

Révolutionnaires, les musiques le sont donc bel et bien, à la fois par leurs origines lointaines, dans la naissance du capitalisme industriel et commercial au XIXe siècle, et par leur impact, numérique ou non, sur nos manières d’écouter, de voir et de vivre ensemble au début du XXIe siècle. D’une révolution à l’autre, les musiques populaires sont toujours aux avant-postes des transformations sociales à l’œuvre dans les sociétés contemporaines.

Sommaire

  • Stéphane Dorin : Introduction. Musiques populaires et logiques industrielles

  • Jeremy Deller : conversation avec Julien Fronsacq :« J’aime tout ce mélange... »

  • Simon Frith : L’industrialisation de la musique

  • Patrick Mignon : Culture populaire et innovation musicale : les origines industrielles du rock anglais

  • Stéphane Dorin : Deviens une superstar. Démocratie du génie et capitalisme flexible dans la Factory de Warhol

  • Vincent Arquillière : Industrial Music by Industrial People : Factory, le son de l’usine

  • Gérôme Guibert : La notion de scène locale. Pour une approche renouvelée de l’analyse des courants musicaux

  • Philippe Bouquillion : Mutations des industries musicales et actualité des théories des industries culturelles

  • David Hesmondhalgh : La musique et le numérique : au-delà du battage

  • Bibliographie

  • Les auteurs

Extrait : Musiques populaires et logiques industrielles (introduction)

Ce recueil met en lumière les liens et les rapprochements entre des problématiques issues des sciences sociales, en particulier la socio-économie des industries culturelles, la sociologie du rock et des musiques populaires, ainsi que les cultural studies. Les auteurs s’intéressent, chacun à leur manière, aux rapports que la musique entretient avec l’industrie, sachant que la révolution industrielle a certainement été à l’origine d’un renouvellement profond des formes musicales populaires, tandis qu’au xxe siècle l’avènement d’une industrie dédiée à la production et à la diffusion de la musique a constitué en soi une révolution.

La révolution industrielle a commencé en Angleterre avec la première exploitation d’une machine à vapeur, en 1712 – une machine de pompage pour une mine de charbon. L’artiste britannique Jeremy Deller avait intitulé son exposition au Palais de Tokyo, à Paris, « D’une révolution à l’autre », pour insister sur ces deux phénomènes culturels, sociaux, économiques et politiques que sont le déclin de l’industrie et la naissance de l’industrie musicale. Deller y rappelle que la première usine moderne ouvre dans les années 1760 à Birmingham. Deux siècles plus tard, le fondateur du pop art, Andy Warhol, crée un atelier appelé Factory (« usine ») (1963-1968) ; le label musical Factory Records ouvre en 1978 à Manchester, à une époque où s’est déjà largement amorcée une crise de la production industrielle dans les économies développées.

Les diverses contributions de ce volume s’intéressent ainsi à la question des rapports entre les musiques populaires nées au xxe siècle et les logiques qui ont présidé au grand mouvement d’industrialisation né en Grande-Bretagne à la fin du xviiie siècle, et dont les effets se font toujours sentir à l’époque contemporaine, tout particulièrement dans le champ des médias et de la culture.

Les auteurs de ce livre veulent atteindre deux objectifs. Tout d’abord, montrer à la communauté scientifique, mais aussi à un public plus large, comment des productions populaires et médiatiques telles que les musiques pop et rock s’inscrivent dans un contexte social, politique et culturel. Les musiques populaires issues du rock fournissent un matériau d’enquête particulièrement riche pour mettre en évidence les complexités de la production, de la circulation et de la réception des objets issus des industries culturelles. L’analyse des spécificités des industries culturelles est au cœur des études présentées ici : réseaux, modèles socio-économiques, impact des politiques publiques, modes de commercialisation, recours aux technologies de l’information et de la communication (TIC), structures organisationnelles et division du travail artistique.

L’autre objectif de cet ouvrage est d’établir des comparaisons entre les approches britanniques et françaises – que certains qualifieraient respectivement d’anglo-saxonnes et de continentales – des questions relatives aux musiques populaires et aux industries culturelles. L’enjeu est de mettre à la disposition d’un public scientifique français des travaux encore très récents en France, mais beaucoup plus anciens en Grande-Bretagne. Ce courant de recherche, initié par la parution de Sociology of Rock de Simon Frith en 1978, prend au sérieux les objets et les produits de la culture populaire contemporaine. Les échanges et les rapprochements scientifiques sur ces objets sont de plus en plus nombreux ces dernières années, comme le montrent les travaux de Hugh Dauncey, Gérôme Guibert et d’autres (cf. l'ouvrage Stéréo). Le colloque fut l’occasion de faire un point sur ces questions, et de montrer la vitalité de la recherche française en la matière.

Lire la suite : télécharger l'introduction.

Événements

Palais de Tokyo : 19 octobre 2012

1Présentation du livre par Stéphane Dorin et projection de Our Hobby is Depeche Mode (Jeremy Deller), le 19 octobre au Palais de Tokyo. Avec la participation des auteurs, dont Jeremy Deller.

Programme :

  • 19h : Table-ronde avec Stéphane Dorin et les auteurs de Sound Factory, présidée par Julien Fronsacq : présentation du livre et discussion avec le public.

  • 20h : Présentation, par Julien Fronsacq et Jeremy Deller, de son film Our Hobby is Depeche Mode, film-documentaire sur la réception de la musique de Depeche Mode par ses fans dans le monde entier.

  • 20h30 : Projection de Our Hobby is Depeche Mode, suivie d’une discussion avec le public, avec Jeremy Deller, Julien Fronsacq, Stéphane Dorin et les auteurs de Sound Factory.

Plus d'informations ici :
http://palaisdetokyo.com/​fr/​conference/​les-rencontres-de-la-librairie/​sound-factory

Présentation et débat au Point Éphémère le 13 novembre 2012 à 19h

2Avec Stéphane Dorin, Patrick Mignon, Vincent Arquillière, Matthieu Grunfeld

Plus d'informations : http://www.pointephemere.org/​?cat=14

Recensions

Informations libraire

  • Parution : 27 septembre 2012, Collection “Musique et société” n° 13

  • Format : 140 x 220 mm

  • Pagination : 167 p.

  • Langue : Français

  • ISBN : 978-2-913169-31-9

Acheter

  • Prix : 16 euros – acheter en ligne sur le site des presses du réel.

  • Diffusion/Distribution : Les presses du réel (commandes / retours / informations générales / toutes correspondances) : 35 rue Colson, 21000 Dijon, France
    téléphone : +33 (0)3 80 30 75 23 / fax : +33 (0)3 80 30 59 74

Télécharger

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Dorin, Vincent Arquillière, Philippe Bouquillion, Jeremy Deller, Simon Frith, Julien Fronsacq, Gérôme Guibert, David Hesmondhalgh et Patrick Mignon, « Sound Factory », Volume ! [En ligne], mis en ligne le 27 septembre 2012, consulté le 28 juin 2016. URL : http://volume.revues.org/2986

Haut de page

Auteurs

Stéphane Dorin

Stéphane Dorin est sociologue. Maître de conférences à l’université Paris 8, il a étudié les processus de diffusion du jazz et du rock en Inde, contribuant ainsi à une sociologie de la globalisation des musiques populaires. Il poursuit ses recherches sur la musique en s’intéressant aux transformations du goût musical, savant et populaire, à l’ère des industries culturelles et des médias.
mail

Articles du même auteur

Vincent Arquillière

Philippe Bouquillion

Jeremy Deller

Simon Frith

Articles du même auteur

  • Stéréo [Texte intégral]
    Sociologie comparée des musiques populaires – France / Grande-Bretagne
    Paru dans Volume !

Julien Fronsacq

Gérôme Guibert

Articles du même auteur

David Hesmondhalgh

Patrick Mignon

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page