Navigation – Plan du site
Compte-rendu

Séminaire d’histoire sociale du rock

Stéphane Escoubet et Yannig le Moullec
p. 209-211
Référence(s) :

CRHEC, IRHiS, Centre d’histoire sociale du xxe siècle

Entrées d'index

Mots clés :

méthodologie

Keywords :

methodology

Genre musical :

rock music
Haut de page

Texte intégral

1C’est à deux historiens, Arnaud Baubérot (CRHEC) et Florence Tamagne (IRHiS, Centre d’histoire sociale du XXe siècle), que l’on doit l’organisation d’un nouveau séminaire consacré à l’Histoire sociale du rock, dont la première édition s’est tenue de février à juin 2011 au centre Mahler (Paris 4e). Souhaitant ouvrir un espace de dialogue interdisciplinaire sur le sujet, ce séminaire a vu se succéder les interventions d’historiens, sociologues, musicologues, et spécialistes en French Studies, autour de la question : « Comment faire l’histoire du rock en France aujourd’hui ? ». Il a également accordé une place importante aux échanges avec des professionnels intégrés au monde du rock, et ce dans un même esprit critique. Les interventions se sont déroulées devant une assemblée d’étudiants et de chercheurs en sciences sociales, ainsi que de passionnés de rock (qui furent dans certains cas les mêmes).

Approches et méthodologies

2La question des approches et méthodologies a occupé les deux premières séances : la première (09 février) abordait la définition du champ d’étude (le « rock ») et l’état des recherches menées en France ; pour la seconde (16 mars) deux musicologues exposaient la démarche qu’ils avaient adoptée pour leurs travaux respectifs.

3Stéphane Escoubet (université Toulouse le Mirail) a rappelé que la définition du rock n’était pas à envisager comme un postulat de départ mais comme un objet d’étude en soi : la négociation de son sens et de ses limites constitue une activité inhérente au monde du rock. S’intéresser aux définitions du « rock », comme de tout objet s’inscrivant dans ce champ (un genre, une scène, un groupe...), amène à examiner la relation entre des représentations et des pratiques. Dressant un bilan des études françaises consacrées au rock, le sociologue Gérôme Guibert a pointé le rôle des politiques culturelles et du renouvellement générationnel dans la dénomination et la délimitation du champ culturel qui nous occupe (Guibert, 2006). Il a également souligné l’intérêt d’aborder la question par le biais de la notion de scène, invitant à une relocalisation géographique et temporelle de questionnements parfois abordés à une échelle trop générale.

4Le musicologue Christophe Pirenne (université catholique de Louvain) témoignait de la difficulté des choix qu’il avait du effectuer au cours de la rédaction de son ouvrage Une histoire musicale du rock (Pirenne, 2010). L’auteur exposait deux des partis pris de son travail : proposer une histoire du rock en grande partie fondée sur ses caractéristiques sonores, et adopter une définition très large du rock. Aude Martheleur a fait part de l’approche développée dans le cadre de sa thèse de musicologie consacrée au rock psychédélique de 1966 à 1970. Ce travail l’avait amené à envisager ce dernier comme la « bande son » d’un mouvement culturel plus large, qui embrassait également les domaines du cinéma, des arts plastiques et de la littérature.

Histoire et mémoire

Les séances des 6 avril et 11 mai 2011 étaient consacrées au thème « Histoire et mémoire ».

5Philippe Manœuvre, rédacteur en chef de Rock & Folk, a rappelé les fondements de la revue qu’il a rejointe en 1975 : la puissance d’écriture et l’invention de mythes. Jusqu’en 1984 il a suivi une actualité très féconde : mais, pour lui, ce travail n’était pas vraiment du journalisme plutôt la présentation d’un certain regard sur le rock. Interrogé par Claire Blandin (historienne des médias, ici discutante), il a évoqué la dépendance de la presse à la créativité musicale : aux souffles des années 1960, 1970, 1993-1995 et d’une partie des années 2000 il a opposé l’année 1984, le début des années techno ou la crise du disque actuelle. Il a souligné la concurrence régulière des nouveaux médias de communication et a précisé que ce sont les « unes » consacrées aux anciens groupes qui fédèrent le plus un lectorat pluri-générationnel.

6Le médiéviste Stéphane Lebecq a présenté comment, tout en étant professeur à Lille, il a participé à l’organisation de concerts de 1969 à 1973 : d’abord dans une boîte de nuit (MC5) puis dans une grande salle de la ville (Rolling Stones, Pink Floyd). Il était chargé des relations avec les groupes ainsi que de la promotion des concerts dans les médias. Un poste à l’université de Lille et l’investissement dans une thèse l’ont détourné de son activisme rock. Pour Samuel Kirszenbaum, la photographie - dont il est historien - est le produit visuel du rock comme le prouve la pochette de l’album London Calling des Clash. Il a présenté les principes de Vox Pop, dont il est rédacteur en chef adjoint : l’indépendance, l’association systématique d’un travail photographique de qualité à l’écriture d’articles approfondis et l’utilisation des seules photographies de l’équipe.

7La séance du 15 juin 2011 était intitulée « Regards croisés : identités du rock français ». Yves Santamaria (Histoire contemporaine, IEP Grenoble) a rappelé la sympathie originelle de Johnny Hallyday pour l’anticommunisme et le sionisme, en décalage avec une opinion française assez antiaméricaine (Santamaria, 2010). Ensuite il a montré que le rocker devient plus consensuel, votant Giscard en 1974 et Mitterrand en 1981, puis se rapprochant du gaullisme. Depuis il incarne la figure du « libéral libertaire », épousant la mondialisation mais captif d’un marché national qui vénère encore sa stature anti-bourgeoise. Concernant Carte de Séjour, qui se voulait arabe et antirépublicain, Barbara Lebrun (French Studies, Université de Manchester) a montré que le groupe « new-wave métisse » ne rentrait pas dans les cases de SOS Racisme. Le groupe de Rachid Taha s’est donc retrouvé très mal à l’aise face au succès de « Douce France » en 1986 : une reprise punk et « fun » de Trénet à la fois ironique et antipatriotique que Jack Lang a transformé en essai républicain et pro-beur.

  • 1 Le programme du séminaire 2012, sur le site Internet de l’IRMA : http://www.irma.asso.fr/Histoire-s (...)

8Au terme de sa première édition, s’il ne fallait retenir qu’une seule ligne du bilan de ce séminaire, ce pourrait être l’intérêt des échanges suscités par l’intervention d’acteurs du monde du rock. Preuve est faite que ce type de manifestation scientifique gagne à intégrer une part de dialogue avec ces derniers, à leur accorder non seulement le crédit du témoignage mais aussi celui de participer à la construction d’un regard critique sur leur propre champ d’activité. Le séminaire d’Histoire sociale du rock a repris depuis février 20121.

Haut de page

Bibliographie

Gérôme Guibert (2006), La production de la culture. Le cas des musiques amplifiées en France, Nantes/Paris, Seteun/Irma, 2006.

Christophe Pirenne (2011), Une histoire musicale du rock, Paris, Fayard.

Yves Santamaria, Johnny, sociologie d’un rocker, Paris, La Découverte, 2010.

Haut de page

Notes

1 Le programme du séminaire 2012, sur le site Internet de l’IRMA : http://www.irma.asso.fr/Histoire-sociale-du-rock.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Escoubet et Yannig le Moullec, « Séminaire d’histoire sociale du rock », Volume !, 9 : 1 | 2012, 209-211.

Référence électronique

Stéphane Escoubet et Yannig le Moullec, « Séminaire d’histoire sociale du rock », Volume ! [En ligne], 9 : 1 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://volume.revues.org/3209

Haut de page

Auteurs

Stéphane Escoubet

Stéphane Escoubet est enseignant (PRAG) au département musique de l’université Toulouse-le Mirail. En cours de rédaction, sa thèse de musicologie (université Paris 4) s’intéresse au groupe pop The Divine Comedy à travers le paradigme culturel des Inrockuptibles.

Yannig le Moullec

Doctorant en histoire à l’université Paris 13, Yannig Le Moullec prépare actuellement une thèse sur Le rock à Rennes depuis les années 1960, sous la direction de Loïc Vadelorge.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page