Navigation – Plan du site
Philip Tagg, Lettre ouverte sur les musiques "noires", "afro-américaines" et "européennes"

Peut-on parler de musique noire ?

(mais peut-on ne pas en parler…)
Can We Talk about Black Music? (But Can We Not Talk about It…)
Yves Raibaud
p. 171-175

Texte intégral

« …D’où cette lettre, que j’ai écrite principalement à l’attention
de ces étudiants, amis et collègues majoritairement blancs,
d’Europe ou d’Amérique du Nord… » P. Tagg, 1987

1Après avoir lu ce texte, je suis un peu grisé, comme si j’avais passé une soirée avec un brillant conteur qui me paraît si proche ! Comme Philippe Tagg est habile de nous dire l’irritation qu’il ressent à entendre l’expression « musique noire », puis à se demander si ce n’est pas une coquetterie de vieux wasp pétri de culpabilité… Mais en même temps, avec quel talent il réfute à l’avance l’objection qui pourrait lui être faite de parler pour « les autres » à partir de sa position d’universitaire blanc  !

2Quelle est donc cette musique noire qui serait liée à la couleur de la peau ? Tagg commence par démontrer l’inanité de l’expression, de façon à mieux analyser ce qu’elle recouvre. La couleur de la peau, polarisée entre blanc et noir, élimine d’autres couleurs qui deviennent de ce fait « invisibles » (clair  ? jaune  ?). Elle réduit implicitement l’opposition originelle entre un blanc « pur » européen et un noir « pur » africain. Il en va de même pour la musique : le rejet par une génération de musiciens des codes surannés de la musique classique européenne caricature aussi sûrement celle-ci que les musiques populaires qui lui sont opposées. D’un côté le savant, l’érudit, le distinctif, de l’autre le populaire, le spontané, l’authentique. En ce sens la musique noire cumule les radicalités : c’est un concept englobant. La musique noire est ce vers quoi notre émotion est attirée, un « appât pour nous sentir », une idée qui, participant totalement à notre expérience, nous intéresse. On remplace le critère de la vérité par celui d’intérêt. C’est ce cadrage qu’il faut interroger en ce qu’il construit des représentations propres au « champ » des musiciens : celles-ci sont d’autant plus efficaces qu’elles s’inscrivent à l’intérieur de systèmes de représentations culturelles et participent à la construction d’arguments qui renforcent encore ces représentations.

3La première démonstration de P. Tagg est édifiante : la seule matérialité tangible est la couleur de la peau, le reste n’est que construction. Blue-note, slide, syncopes, improvisation etc. qui, dans le sens commun, caractérisent la « musique noire » existent dans toutes les musiques populaires et savantes du monde. D’autre part ces éléments ne sont pas systématiquement présents simultanément dans les musiques populaires les plus anciennes des régions du monde où vit une majorité de population à la peau noire ou foncée. On est donc bien en présence d’une généralisation infondée qu’il faut questionner.

4La « musique » noire serait-elle une musique caractéristique des African-Americans ? Une expression artistique africaine (la percussion, la danse, la transe) transportée « dans les cales des navires négriers » se serait maintenue intacte dans les « champs de coton » des États du Sud des États-Unis d’Amérique, puis se serait adaptée et métissée avec d’autres formes de culture européenne populaire, elles-mêmes apportées par des migrants de toute l’Europe. Là encore P. Tagg nous met en garde contre l’absence de sources permettant de vérifier cette hypothèse : il convient de prendre cette interprétation comme un récit légendaire. Quelle documentation avons-nous sur les musiques africaines importées par ceux et celles qui devenaient des esclaves  ? Les esclaves originaires des royaumes de l’Ouest africain (Sénégal) avaient-ils la même expression artistique que ceux provenant du royaume du Dahomey  ? Sachant qu’il étaient achetés « à la pièce » par les colons, année après année, est on sûr qu’ils parlaient la même langue, qu’ils avaient les mêmes coutumes, les mêmes dieux  ? L’hypothèse d’une acculturation (le « métissage culturel » doit être placé dans le cadre d’une déstructuration et d’une restructuration sociales) est ici plus plausible que celui d’un « branchement » qui supposerait l’arrivée d’un ensemble culturel relativement cohérent à une époque donnée. Àl’inverse, dans les formes métissées que le récit légendaire attribue à une « culture africaine », il est aisé de retrouver l’apport du colon : culture chrétienne du gospel, instrumentarium européen dans le jazz-band, musique tempérée, harmonie issue de la musique classique occidentale etc. Ainsi dans l’analyse des structures de la « musique noire » américaine est-il plus facile de trouver les origines européennes que les origines africaines, qui restent pour la plupart mystérieuses et légendaires.

  • 1   C’est-à-dire des «  étalons  », dotés de gros pénis pour les hommes, de seins, fesses et hanches (...)

5Si ces apports sont légendaires, quelle est la source de la légende  ? Le style et le ton de la lettre de P.Tagg (dans laquelle il se défausse a priori de vouloir faire une démonstration scientifique à usage purement universitaire) lui permettent de poser une hypothèse centrale et d’oser la corrélation avec d’autres interprétations. La légende de la « musique noire » aurait un rapport avec l’image d’un « noirathlétique »(pour le travail) et « performant sur le plan sexuel 1 » (pour la reproduction). Du récit simplifié qui fait du colon anglo-saxon et protestant (voire puritain) un capitaliste cherchant dans l’achat d’esclave une optimisation de sa réussite économique, P. Tagg arrive à questionner la mise à l’écart des esclaveset le désir ambigu qu’ils inspirent. Il fait ainsi une hypothèse de ce qui peut être le plus matériellement observable dans la création du mythe de la musique noire. Résumons : on n’est pas sûr des sources africaines de la musique noire ! on est un peu plus sûr des sources culturelles de la musique des colons blancs. On est tout à fait sûr, par contre, qu’il était nécessaire pour les colons propriétaires d’esclaves de les mettre à l’écart, de les déshumaniser et/ou de naturaliser cette déshumanisation par l’attribution de caractéristiques liées à la couleur de la peau. L’apparition des « musiques nègres » est contemporaine de leur mise en scène par les colons blancs, y compris lorsqu’ils se griment pour « singer » les nègres (les minstrels) en accentuant de façon excessive toutes les attitudes corporelles qui peuvent révéler l’animalité sexuelle des nègres  ! mais ce qu’ils imitent aussi, ce sont les nègres en train de les « singer » à leur tour, soit de façon appliquée et maladroite dans le cadre de l’église, soit de façon rebelle dans leurs fêtes communautaires où ils parodient les danses des « blancs ».

6P. Tagg se place ainsi résolument en opposition avec une approche culturaliste de la musiquequi verrait les populations noires africaines passer d’une adaptation génétique à leur environnement naturel à une adaptation culturelle, le substrat de la « nature » africaine se retrouvant miraculeusement intact dans le rythme, le swing, la créativité etc. Sans que ses références scientifiques ne soient clairement proposées (mais c’était l’objet même du style « lettre » qu’il avait proposé en préalable), c’est plutôt à l’école de Chicago qu’il se réfère et aux cadres théoriques de l’interactionnisme symbolique (E.Goffmann, H.Becker). L’exemple des minstrels qui met en abîme le regard de l’Un sur l’Autre est révélateur de cette co-construction d’un récit culturel. D’autre part le « cadre de l’expérience » est là pour nous rappeler que cette émergence d’une musique se place dans un contexte colonial. S’il y a mélange, c’est plutôt une hybridation (H. Bhabha) dans un contexte où l’autorité sur la chose dite (chantée, dansée, puis enregistrée et filmée plus tard par Hollywood) est l’apanage du « blanc » qui détient da capo al fine la clef de la partition.

7En filigrane du texte de P. Tagg on devine l’intuition d’une génération qui découvre tout juste les philosophes français de la déconstruction : le réel est métaphorique et le langage (le récit) est avant tout un processus de désignation (J. Derrida), ce qui pose comme préalable à toute démarche scientifique la déconstruction des cadres de la connaissance (M. Foucault). C’est probablement aussi à partir des gender studies et notamment de J. Butler (1990) que se diffusera dans les cultural studies américaines le concept de performativité expliquant les mécanismes de naturalisation des rôles sociaux (d’âge, de genre, de race ou de classe) par la répétitivité et l’itérativité des discours assignant à chacun une identité au sein d’une norme prescrite par le « majoritaire discriminant ».

  • 2   La «  musique métisse  » est peut-être en France la version politiquement correcte de la «  musiq (...)

8L’article de P. Tagg est de ce point de vue résolument moderne. Son adaptation à « l’ici et maintenant » que représente une revue française s’intéressant à la musique du point de vue des sciences sociales permet de modéliser une démarche. Elle nous invite à interroger d’autres « musiques noires » dans un contexte européen et ce qui en est dit à grande échelle, d’une chanson apprise à l’école primaire (« Amstrong, je ne suis pas noir », chante Claude Nougaro) à la plus sérieuse des revues de jazz ou aux discours des successifs ministres de la Culture sur les musiques du monde et les musiques « métisses 2 ».

9Cependant ce texte ne permet pas de réfléchir aux avantages secondaires que les individus désignés ou se présentant eux-mêmes comme noirs peuvent retirer d’un récit légendaire sur la naturalité de leurs performances musicales. C’est le point essentiel sur lequel les analyses de P. Tagg ne peuvent être complétées que par une approche de type cultural studies (S. Hall, T. Jefferson) : la résistance à un ordre culturel porté et maintenu par l’académie et le recrutement élitiste de ses cadres n’est rendue possible qu’à partir du constat que le récepteur n’a qu’une attention relâchée pour les modèles qu’on lui propose et qu’il est capable de les détourner à son profit. Cette ouverture est la posture aminima que devraient adopter les universitaires « blancs » lorsqu’ils adoptent une posture critique sur le sujet de la « musique noire » (à moins de faire leurs recherches et de rédiger leurs textes à part égale avec des auteurs « non-blancs ») s’ils ne veulent pas être taxés de surconstruire le modèle qu’ils dénoncent, ce qui revient à priver de toute autonomie les artistes qui revendiquent la musique noire comme une musique identitaire.

Stokes, M. (1994), Ethnicity, Identity, and Music. The Musical Construction of Place, Oxford, Berg.

Haut de page

Bibliographie

Amselle, J.-L. (2001), Branchements, anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

Appaduraï, A. (2001), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la mondialisation, Paris, Payot.

Bhabha, H. K. (2007), Les lieux de la culture, une théorie postcoloniale, Paris, Payot.

Bastide, R. (1971), Anthropologie appliquée, Paris, Payot.

Becker, H. S. (1963), Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Butler, J. (2005), Troubles dans le genre. Pour un féminisme de la subversion [1990], Paris, La Découverte.

Deleuze, G. & Guattari, F. (1991), Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Minuit.

Derrida, J. (1972), La dissémination, Paris, Seuil.

Foucault, M. (1976), La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Goffman, E. (1979), La mise en scène de la vie quotidienne. 1, La Présentation de soi, Paris, Minuit.

Hall, S. & Jefferson, T. (ed.) (1977), Resistance Through Rituals. Youth Subcultures in Post-War Britain, Londres, Routledge.

Jacobs, J. M. (1996), Edge of Empire. Postcolonialism and the City, London, New York, Routledge.

Ndagano, B. (2000), Le nègre tricolore, littérature et domination en pays créole, Paris, Servédit.

Said, E. W. (1978), Orientalism, Londres, Routledge and Keagan.

Sayad, A., (1991), L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Paris, De Boeck.

Spivak, G. C. (1988), « Can the subaltern speak  ? », in Marxism and the Interpretation of Culture, p.271-313, New York, Routledge.

Haut de page

Notes

1   C’est-à-dire des «  étalons  », dotés de gros pénis pour les hommes, de seins, fesses et hanches pour les femmes.

2   La «  musique métisse  » est peut-être en France la version politiquement correcte de la «  musique noire  »  : postcolonialisme guilleret qui tend à nier l’efficace persistance des structures du pouvoir colonial (Jacobs, 2001). Il suffirait de mélanger les races pour que tout le monde se ressemble… ce qui revient à confirmer la naturalité des races et des cultures qui leurs sont attachées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Raibaud, « Peut-on parler de musique noire ? », Volume !, 6 : 1-2 | 2008, 171-175.

Référence électronique

Yves Raibaud, « Peut-on parler de musique noire ? », Volume ! [En ligne], 6 : 1-2 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://volume.revues.org/326

Haut de page

Auteur

Yves Raibaud

ADES CNRS / maître de conférences en géographie à l’Université de Bordeaux 3, y.raibaud@ades.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page