Navigation – Plan du site
Dossier "Metal studies"
Recensions "Metal studies"
Théorie

Esa Lilja, Theory and Analysis of Classic Heavy metal Harmony

Bérenger Hainaut
p. 218-220
Référence(s) :

Helsinki, IAML Finland, 229 p.

Entrées d'index

Mots clés :

analyse musicale, harmonie

Genre musical :

heavy metal / hard rock
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mentionnons pourtant ici deux exceptions notables à travers les travaux de Christopher Doll (Doll, (...)

1Si la musicologie s'est progressivement emparée des musiques dites populaires actuelles au cours des trente dernières années, peu de travaux ont jusqu'à présent été consacrés à une analyse de leurs structures harmoniques. Celles-ci semblent souvent considérées comme étant relativement élémentaires ou secondaires, et elles se voient délaissées par la plupart des chercheurs1. Partant de ce constat, Esa Lilja – chercheur finlandais affilié aux metal studies – s'est penché sur les musiques heavy metal à travers le prisme d'une étude systématique des procédés harmoniques qui y sont à l’œuvre.

2L'ouvrage ici présenté constitue sa thèse de doctorat, soutenue en octobre 2009. Lilja s'intéresse à ce qu'il désigne par l'étiquette « heavy metal classique » : il considère le genre heavy metal de ses fondements – au début des années 1970 – jusqu'à sa fragmentation, qui intervient vers le milieu des années 1980 et à la suite de laquelle la relative unification stylistique du genre s'amoindrit (p. 9 et p. 30).

  • 2 Esa Lilja semble avoir entendu les réticences exprimées par Allan Moore qui, dans un article publié (...)

3Le heavy metal étant fortement lié aux autres styles musicaux occidentaux (p. 17), il paraît raisonnable de chercher à déployer dans ce cadre les théories et méthodes analytiques employées pour les musiques dites « savantes », ces théories nécessitant cependant une adaptation destinée à prendre en compte les spécificités des musiques metal. L'auteur commence donc par réaliser un bref historique de chacun des concepts de base de l'harmonie : il s'agit pour lui de saisir les logiques présidant à l'évolution historique de ces notions, ce afin de déterminer quelles conceptions semblent les plus appropriées aux musiques metal. Du concept « d'accord » à celui de « consonance », Lilja réalise une série de choix définitionnels dont l'adéquation avec son corpus est soigneusement discutée. Il tente également d'appliquer le principe des « fonctions harmoniques » au heavy metal, plaidant pour un modèle s'appuyant à la fois sur les théories de Heinrich Schenker et de Hugo Riemann, et qui valoriserait les structures plagales omniprésentes dans les musiques rock et metal2.

4Le chercheur reprend par ailleurs à son compte le système modal proposé par le musicologue Allan Moore (Moore, 1992) pour l'analyse des degrés et semble le compléter de façon avantageuse (p. 58-61). Toutefois, la grande latitude d'interprétation que laisse malgré tout ce nouveau système achève de montrer – s'il était encore besoin – que l'analyse harmonique de ces musiques n'est ni aisée, ni évidente.

5Le second thème développé par l'auteur lui permet de réaliser un lien entre les considérations théoriques qui précèdent et la réalité sonore et acoustique des sons du metal. En effet, Lilja analyse le spectre de notes et accords divers joués sur une guitare électrique soumise à une forte distorsion. Ses résultats montrent que la distorsion renforce les harmoniques aigus d'un son, améliorant par là même son harmonicité (p. 106-107). Lorsque la distorsion est appliquée à un intervalle harmonique, plusieurs sons résultants (« combination tones », p. 107) apparaissent : un son résultant soustractif (responsable de la perception d'un son fondamental plus grave que celui qui est joué) mais surtout, plusieurs sons résultants additifs (du fait du renforcement des harmoniques aigus). Par manque de place, il n'est pas question d'entrer ici dans le détail de ces phénomènes. Néanmoins, en voici la conséquence essentielle : à cause d'un surplus de sons additifs, un accord majeur soumis à une forte distorsion s'avère notoirement dissonant et apparaît dès lors beaucoup moins consonant que le power chord (constitué d'une quinte juste à vide). Ce phénomène est encore accentué si l'accord est mineur, sans parler de structures plus complexes. Dès lors, ces effets dont les musiciens sont conscients (p. 114 et 150) amènent ceux-ci à réaliser des choix compositionnels forts, ce qui rend compte de l'omniprésence du power chord dans le metal.

  • 3 Par exemple, Robert Walser avait déjà abordé certaines de ces problématiques liées à la distorsion (...)

6Esa Lilja n'est peut-être pas le premier à présenter ces idées3. Cependant, cet ouvrage est l'occasion d'une synthèse et d'un approfondissement conséquent de celles-ci. Un grand nombre des réflexions harmoniques théoriques menées au sein des popular music studies se trouvent ainsi réunies dans un ouvrage et appliquées au heavy metal. Quelques explications peuvent malgré tout sembler trop spéculatives : par exemple, si l'adaptation de la théorie schenkerienne paraît intéressante et bien menée, les applications présentées peuvent s'avérer peu convaincantes. Par ailleurs, du point de vue de l'édition, on regrette l'absence d'un index des figures (qui permettrait de naviguer beaucoup plus aisément entre les différents exemples, parfois difficiles à retrouver), et la présence de trop nombreuses coquilles dans la seconde moitié de l'ouvrage nuit un peu à la lecture.

7Néanmoins, il s'agit d'une étude riche (on citera encore l'analyse stylistique du heavy metal selon le critère harmonique réalisée dans le chapitre 5) et très référencée, qui contribue en outre à rétablir une relative continuité entre « musiques populaires» et « musiques savantes » : l'auteur inscrit ainsi son propos en accord ou en opposition avec les théories musicologiques les plus importantes et tend à réduire le schisme qui sépare souvent de façon excessive les deux domaines précités. En tous les cas, cet ouvrage est un apport non négligeable à l'étude des musiques rock en général.

Haut de page

Bibliographie

Cipollone E. (2009), Les comportements harmoniques caractéristiques de la « pop music » et leur relation avec les principes de la tonalité, thèse de doctorat en arts, Université de Strasbourg, 284 p.

Doll C. (2007), Listening to Rock Harmony, thèse pour le grade de docteur en philosophie, Columbia University, 231 p.

Moore A. (1992), « Patterns of harmony », Popular Music, vol. 11-1, p. 73-106.

Moore A. (1995), « The so-called 'flattened seventh' in rock », Popular Music, vol. 14-2,

p. 185-201.

Walser R. (1993), Running With The Devil: Power, Gender and Madness in Heavy metal Music, Hanover, Wesleyan University Press, 254 p. 

Haut de page

Notes

1 Mentionnons pourtant ici deux exceptions notables à travers les travaux de Christopher Doll (Doll, 2007) et, en France, ceux d'Elvio Cipollone (Cipollone, 2009).

2 Esa Lilja semble avoir entendu les réticences exprimées par Allan Moore qui, dans un article publié en 1995, dénonçait l'utilisation des théories schenkeriennes sans aménagement spécifique pour les musiques rock (voir Moore, 1995).

3 Par exemple, Robert Walser avait déjà abordé certaines de ces problématiques liées à la distorsion de la guitare des musiques metal (Walser, 1993).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bérenger Hainaut, « Esa Lilja, Theory and Analysis of Classic Heavy metal Harmony », Volume !, 9 : 2 | 2012, 218-220.

Référence électronique

Bérenger Hainaut, « Esa Lilja, Theory and Analysis of Classic Heavy metal Harmony », Volume ! [En ligne], 9 : 2 | 2012, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://volume.revues.org/3338

Haut de page

Auteur

Bérenger Hainaut

Après avoir étudié les mathématiques et la psychologie à l'Université Paris-Descartes, Bérenger Hainaut a choisi de se consacrer entièrement à la musicologie. Il a obtenu récemment un master à l'Université Paris-Sorbonne : dans ce cadre, il a soutenu un mémoire consacré au style black metal avec une approche héritée de la psychologie cognitive et de la sémantique. Il prépare actuellement un ouvrage consacré au black metal, issu de ses travaux. Bérenger est par ailleurs musicien et choreute au service de la compagnie de théâtre antique Démodocos.
mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page