Navigation – Plan du site
Dossier "Metal studies"
Recensions "Metal studies"
Théorie

Karl Spracklen, Andy R. Brown et Keith Kahn Harris (eds.), « Metal studies ? Cultural Research in the Heavy Metal Scene »

Gérôme Guibert
p. 208-211
Référence(s) :

Journal For Cultural Research, vol. 15, n° 3. Londres, Taylor & Francis.

Entrées d'index

Mots clés :

méthodologie

Keywords :

methodology

Genre musical :

heavy metal / hard rock
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro du Journal For Cultural Research, « Metal studies ? Cultural Research in the heavy metal scene » a été Publié en 2011 et est dirigé par trois des chercheurs les plus prolifiques dans les études consacrées au metal, Karl Spracklen, Andy R. Brown et Keith Kahn Harris. La thématique du numéro fut proposée à Scott Wilson, Managing Editor de la revue suite au premier colloque entièrement consacré au heavy metal en 2008 à Salzbourg (Heavy Fondamentalism. Music, metal and politics).

2Au-delà des actes de colloque des premières conférences sur le metal, les chercheurs voulaient faire le point sur les « metal studies » en construction, en posant comme hypothèse que le heavy metal (comme d’autres cultures liées aux musiques populaires) était un marqueur controversé et contesté d’une culture de résistance et, simultanément, d’une conformité subculturelle (p. 209). Point d’étape crucial dans la structuration des recherches, le numéro de la revue est articulé en deux parties. La première apporte des éléments théoriques ainsi qu’un état des lieux et des enjeux de ce qu’on pourrait entendre par « metal studies ». La seconde propose des contributions liées à des enquêtes de terrain, afin de mettre en évidence ce que pourraient être « les metal studies » et de quelle manière elles contribuent à la fois à la recherche en sciences sociales et à une connaissance heuristique des pratiques culturelles liées au metal.

3Pour traiter des outils théoriques et débattre de la notion de « metal studies », le premier moment du dossier est lui-même articulé en deux temps complémentaires. D’abord un article de Andy Brown qui fait le bilan des recherches sur le metal, puis trois courtes contributions de chercheurs de génération et de postures différentes. Pour commencer, l’article de Brown est impressionnant et restera comme un texte essentiel. Son corpus est constitué par la base de données bibliographiques sur les études metal supervisée depuis 2007 par Brian Hickam1 et qui, à l’époque de l’article, contient 414 références de publications scientifiques sur le metal édités entre 1978 et 2010 réparties en 263 articles, 83 chapitres d’ouvrages collectifs et 70 livres. Constatant que jusqu’en 2010, la seule tentative de généalogie des recherches des études metal provient de Guibert & Hein (2006), Andy Brown cherche à approfondir cette première contribution à l’aide des données impressionnantes dont il dispose. Il peut ainsi mettre en évidence et mesurer à quel point la recherche sur le metal se développe quantitativement en fonction du temps. Plus subtilement, il expose de quelle manière la répartition des travaux par discipline évolue. L’apogée des recherches en psychologie se situe en 1992, à un moment où on s’interrogeait sur les effets nocifs du metal2. Brown montre au contraire que, en 2009, ce sont les cultural studies qui apparaissent majoritaires, dans un mouvement qui a vu la remise en contexte de l’écoute et de la pratique du metal et les significations que leurs donnent les acteurs. Entre ces deux moments, au début des années 2000, on assiste à une montée des recherches en musicologie avec le développement de la new musicology notamment. L’article de Brown genère aujourd’hui un important impact. Parmi les résultats qu’il met en évidence, on devrait retenir en premier lieu le fait que, si les « metal studies » sont récentes, les premiers travaux ont plus de trente ans, mais ils étaient hostiles et méfiants envers le genre. Le livre de Weinstein (1991), premier ouvrage de sociologie sur le metal, constitue donc un tournant publié dans un milieu très critique (et ne doit être présenté comme le livre qui marque l’origine consensuelle d’un courant émergent et unifié).

4C’est justement Deena Weinstein qui ouvre le débat sur l’ontologie des « media studies » en commençant par écrire qu’il faut se rejouir qu’un tel mouvement collectif de recherche soit possible, après la domination symbolique et l’hostilité qu’à pu rencontrer le heavy metal. Elle souligne toutefois la nécessité d’une déconstruction des catégories utilisées. Qu’entend-on par metal et par heavy metal ? comment cela évolue-t-il en fonction du temps, et sur quels critères se basent-on ? Keith Kahn-Harris, auteur de Extreme Metal. Music and Culture on the Edge en 2007, rejoint Weinstein sur un constat, il n’aurait jamais imaginé possible la constitution d’un tel champ de recherche au moment où il commençait à travailler sur le sujet. Il estime que les recherches sur le metal doivent trouver leurs spécificités et leur originalité. Mais pour lui, dialectiquement, les « metal studies », encore en formation, sont déjà soumises à un danger, celui de s’enfermer dans un ghetto. On comprend alors que, tout en soulignant son inventivité et sa perspicacité, Kahn-Harris s’éloigne clairement des conceptions et des propos du troisième auteur convoqué pour ce débat, Nicola Masciandaro. Théoriquement, ce dernier se positionne d’ailleurs clairement en opposition par rapport aux deux premiers. Littéraire, spécialiste des textes anciens, il entend se focaliser sur l’exégèse, le commentaire et la critique des textes et de la musique (black) metal. Il définit l’expression « metal studies » de manière différente « pas seulement l’étude du metal, mais une discipline qui serait possédée par le metal », entre poésie et philosophie, à mi chemin entre le metal et la théorie (il organise d’ailleurs des journées d’études sur le metal préférentiellement dans les clubs rock où jouent des groupes plutôt qu’à l’université). Il est à cet égard intéressant de noter que, si Masciandaro a généré de prolifiques débats lors des premiers colloques sur le metal (entre 2008 et 2010), le mouvement qu’il a lancé semble en déclin dans le champ universitaire des metal studies.

5La seconde partie du dossier est plus classique épistémologiquement et propose cinq contributions/études de cas. L’article de Hickam et Wallach cherche à mesurer la légitimité de la condition féminine et la question de la domination de genre dans les travaux publiés sur le metal. Dans la communauté metal comme à l’extérieur, les gens associent en général metal et masculinité, mais les auteurs montrent que les femmes sont non seulement légitimes mais aussi influentes dans les recherches du champ (de Weinstein, 1991 à Baulch, 2008). Les auteurs l’expliquent notamment par des caractéristiques propres au metal, qui sert plutôt à se défendre (fighting back) qu’à se battre (fighting) et qu’il faudrait associer à la force (strength) plutôt qu’au pouvoir (power). Plusieurs autres articles se penchent sur des questions liées aux études de genre. La contribution de Rosemary Lucy Hill s’intéresse à la question de l’emo metal (avec des groupes comme My Chemical Romance). A partir d’une analyse du courrier des lecteurs de Kerrang ! elle montre comment l’emo est associé aux femmes. Elle scrute la manière dont les lecteurs reçoivent les évolutions qu’entraine l’arrivée de l’emo dans le magazine metal qui du même coup se féminise. Elle y voit un élément performatif de transformation des rapports de genre dans la communauté metal. L’article de Sonia Vasan cherche quant à lui à mesurer les frontières de genre au sein de la scène death metal. Par un travail ethnographique d’observation et des entretiens avec les femmes investies dans la scène de Houston (Texas) elle montre les tendances contradictoires dans lesquelles sont prises ces métalleuses, entre empowerment individuel par la musique et imposition d’une domination symbolique de groupe via les codes du death metal. On voit donc que bien que, si ces trois articles s’attèlent à des problématiques proches, ils n’arrivent pas aux mêmes résultats, même si des constantes liées à la complexité des rapports de genre au metal apparaissent. Les différences étant bien souvent liées aux sous-genres de metal étudiés (ce qui rejoint la remarque de Weinstein dans la première partie du numéro). Le quatrième article de la seconde partie concerne le rapport au corps dans le mosh pit et « la danse » metal, un rituel particulièrement violent ou les participants s’entrechoquent et se poussent vigoureusement. L’auteur l’analyse à partir des écrits goffmaniens sur l’interaction mais aussi à partir du concept de liminarité qu’elle emprunte à Turner (1979) mais qui provient historiquement de Von Gennep. Elle termine par le cas des filles dans le mosh pit pour montrer justement que les hommes changent leur comportement lorsqu’une femme entre (cherchant à la protéger, même contre son gré) ce qui montre à la fois le degré de ritualisation du phénomène et le degré d’intégration des rapports de genre. Enfin, l’article de Lucas, Deeks et Spracklen s’intéresse au black metal du nord de l’Angleterre, cherchant à mesurer son degré de proximité par rapport au black metal norvégien qui a été historiquement influent. Obtenant leurs données d’entretiens avec des musiciens, les chercheurs montrent que les deux mouvements ont des constantes dans leur vision du monde (imaginaire du Nord, mythologies paganistes…) et dans le rapport à l’underground vs le mainstream. Les spécificités du black metal anglais viennent notamment d’une appartenance marquée aux classes populaires.

Ces contributions particulièrement intéressantes et pionnières montrent l’ampleur du travail encore à effectuer pour sortir des stéréotypes des médias et de la société civile sur le sujet et comprendre une tendance musicale et culturelle qui, bien que longtemps restée dans l’ombre, concerne aujourd’hui une part non négligeable de la population internationale.

Haut de page

Notes

1 Consultable en ligne à l’adresse http://www.ucmo.edu/metalstudies/.

2 Ces démarches sont traditionnelles aux Etats Unis, mais les méthodes quantitatives utilisées sont critiquées puisqu’elles se limitent souvent à mesurer les corrélations entre variables sans isoler clairement de variables explicatives et sans contextualiser, « culturaliser » l’existence de ces variables (Maigret, 2001)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérôme Guibert, « Karl Spracklen, Andy R. Brown et Keith Kahn Harris (eds.), « Metal studies ? Cultural Research in the Heavy Metal Scene » », Volume !, 9 : 2 | 2012, 208-211.

Référence électronique

Gérôme Guibert, « Karl Spracklen, Andy R. Brown et Keith Kahn Harris (eds.), « Metal studies ? Cultural Research in the Heavy Metal Scene » », Volume ! [En ligne], 9 : 2 | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://volume.revues.org/3474

Haut de page

Auteur

Gérôme Guibert

Docteur en sociologie, Gérôme Guibert est maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle (Université Paris III), à l’UFR Arts et Médias et chercheur au CIM-MCPN, EA n° 1484 (Médias Culture Pratiques Numériques). Spécialiste des musiques populaires, il est chercheur associé au GRANEM (UMR-MA n° 42, université d’Angers). Ses recherches en sociologie économique de la musique (et plus largement de la culture) abordent les notions d’économie solidaire et de scènes locales. Il travaille aussi sur les représentations associées aux genres musicaux en France à partir de la notion de sphère publique. Il a récemment dirigé une recherche pour le DEPS (ministère de la Culture) sur la filière de la musique live en France. Il est aussi co-fondateur et directeur de Volume ! et membre de l’IASPM-Bfe (International Association for Study of Popular Music).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page