Navigation – Plan du site
Dossier "Metal studies"
Recensions "Metal studies"
Théorie

Michelle Phillipov, Death Metal and Music Criticism: Analysis at the Limits

Chris McDonald
Traduction de Marie Parent
p. 216-218
Référence(s) :

Plymouth: Lexington Books

Traduction(s) :
Michelle Phillipov, Death Metal and Music Criticism: Analysis at the Limits

Texte intégral

1Avec Death Metal and Music Criticism, Michelle Phillipov nous propose deux petits livres en un. La première partie dresse une perspective générale des études sur les musiques populaires, depuis leur essor au sein des cultural studies, vers des analyses toujours plus politiques. Phillipov se montre critique de cette approche, trouvant ce prisme réducteur face à la multiplicité des questions qu'on peut se poser sur la musique et la culture populaire. En deuxième partie donc, elle évite cet écueil en disséquant l’esthétique et les plaisirs liés au death metal afin de montrer qu'une interprétation plus nuancée et complexe est possible si on ne se focalise pas uniquement sur des hypothèses politiques. Son analyse critique du champ des popular music studies est aussi éclairante qu’utile, mais sa contribution à la compréhension du death metal dans une deuxième partie ne rend pas vraiment justice à son premier plaidoyer.

2L’introduction du livre déploie la problématique centrale de Phillipov. Les études sur les musiques populaires privilégient les genres comme le punk, le hip-hop, la techno parce qu’ils sont des exemples de musique populaire plus facile à caractériser de façon progressiste ou populiste. Le death metal, en revanche, est moins souvent étudié et est même souvent critiqué pour son conservatisme ou son apolitisme plat. Avec son imaginaire gore de meurtres et de destruction du corps, il représente pour les chercheurs un phénomène plus complexe à interpréter politiquement que le mouvement punk par exemple.

3Le premier chapitre explore la manière dont les études sur les musiques populaires ont privilégié cet angle politique. Les recherches pionnières sont venues d'Angleterre et des cultural studies. L'approche dominante, marxienne, insistait alors sur la capacité des cultures populaires à résister à l’hégémonie de manière créative, du point de vue de la classe ouvrière. Phillipov retrace l’histoire du développement de la théorie des subcultures et de celles plus complexes qui lui ont succédé (scène, tribu, post-subculture). Les chapitres 3 et 4 donnent une vue générale des études sur le punk, le hip-hop, et la techno, montrant comment les présupposés politiques progressistes des chercheurs ont influencé tant leurs approches théoriques que leurs descriptions empiriques. Le punk et le hip-hop ont facilement fourni des anecdotes sur la dimension progressiste et contestatrice des subcultures. Le cas de la techno était plus complexe, et il a fallu un détour par les théories postmodernes pour que ce genre puisse les rejoindre dans la catégorie des styles musicaux progressistes et potentiellement révolutionnaires. Mais dans tous ces cas, Phillipov souligne comment les contre-exemples à cette théorie politique étaient systématiquement minorés. Finalement, selon l'auteur, la politique n'était pas aussi centrale que ne voulaient bien le croire ces chercheurs, dans les subcultures qu'ils étudiaient.

4Dans le chapitre 4, Phillipov passe au crible de l'analyse la littérature académique sur le metal. Elle montre que les chercheurs ont considéré ce genre comme la réponse au stress économique et social entraîné par la désindustrialisation et le néolibéralisme. Cependant, la plupart des chercheurs estiment que la « réponse » que représente le metal est erronée : l’individualisme forcené, la virtuosité, l’hédonisme et la normativité mâle et hétérosexuelle ne constituent pas une réponse constructive et progressiste de la classe ouvrière anglo-saxonne face à la crise. Le champ émergent de la recherche globale sur le metal a bien tenté de remettre en cause l'idée que le sens du metal ne serait à trouver que dans cet espace peuplé d’hommes blancs. Mais comme le dit Phillipov, cette distinction ne fait que déplacer le problème en recréant une frontière entre le bon metal politiquement progressiste et le metal conservateur et apolitique du monde occidental.

5La première moitié de l’ouvrage est bien approfondie, car elle analyse un pan significatif de la littérature sur le genre et en propose une critique nuancée. Phillipov démontre de manière convaincante en quoi l’approche politique a favorisé certains types de musiques populaires en tant qu'objets d'études, façonnant en conséquence leurs analyses. La deuxième moitié du livre étudie le metal sous un angle esthétique, en commençant par l'utilisation des extrêmes et du bruit. Elle aborde ensuite les usages de l’horreur et du gore. Alors que certaines recherches affirment que l’horreur est la personnification de ce que la société refoule généralement, Phillipov argumente qu’ils n’ont d'autre objectif que celui de peindre méthodiquement et de façon tout à fait gratuite une fresque de l’extrême violence.

6Les chapitres 7 et 8 examinent le travail de Carcass et Cannibal Corpse, groupes de death metal respectivement britannique et américain. Elle compare l’environnement de Carcass et ses représentations graphiques et créatives de corps abimés (marqués par les maladies, rafistolés, ou en état de putréfaction), à l’obsession de Cannibal Corpse pour les imaginaires occultes de meurtres et de démembrements. Les deux groupes sont représentatifs d’une préoccupation du genre pour la technique musicale et la virtuosité. D'où leurs structures musicales complexes, leurs solos de guitare créatifs etc. Phillipov propose d'interpréter les paroles gores de ces groupes sur un même niveau d'appréciation que celui de la technique artisanale, de la créativité et du repoussement des limites. Elle conclut en disant que les plaisirs du death metal sont difficilement compréhensibles avec une approche politique trop classique et ajoute même que cela pose un problème éthique, d’adopter une telle perspective politique pour analyser ce genre. Il faudrait mieux, nous dit-elle, le penser de façon esthétique avant d'affirmer ce que sa musique et sa réception signifient.

7Dans l'ensemble, je suis en accord avec ses conclusions et en particulier sur le fait qu’il importe réellement de rendre compte des expériences musicales des initiés, même si le résultat apparaît peu présentable. J'apprécie également son envie manifeste de nous interroger sur l’hégémonie du politique dans les popular music studies. Ceci dit, j’éprouve néanmoins quelques réserves. En effet, alors que son analyse du death metal est censée s'appuyer sur le plaisir et non sur la dimension politique, ses conclusions font écho aux études existantes, celles-là mêmes qu'elle critique. La technique et la virtuosité, tout comme le signification de l'horreur et son hyper expression dans le metal ont déjà été étudiées de cette façon, ailleurs. Néanmoins, son travail sur la vocalité du death metal, et son argumentation sur le fait que les textes gore doivent être compris pour eux-mêmes et non de façon fonctionnelle constitue une contribution originale.

8Mais en occultant la dimension politique, elle délaisse également la dimension sociale. Phillipov avance que le plaisir lié au death metal ne peut être expliqué par la position sociale de ses pratiquants. C'est pourtant aller totalement à l'encontre de ces études sur le plaisir esthétique qui reconnaissent l’influence exercée par l’appartenance sociale. Son analyse de l'esthétique du death metal en terme d’autonomie, de distance, de non-réflexivité, et de jugements de goût sur la technique et la musique, ne nous dispense pas d’une analyse sociale : les recherches sur la « critique sociale du jugement », comme celles de Bourdieu, démontrent en effet que le fait d'adopter une posture esthétique est souvent favorisée par une position sociale élevée. Si Phillipov n'en convient pas, elle devra bâtir un cadre théorique bien plus poussé que ce qu'elle propose actuellement. Malgré tout, je pense que l'ouvrage a le mérite d'ouvrir le débat sur le rôle joué par l'approche politique dans les études sur les musiques populaires, et nous invite à réflexion dont on ne peut faire l'économie.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, Pierre. 1984. Distinction: A Critique of the Judgment of Taste. Cambridge: Harvard University Press.

Kahn-Harris, Keith. 2007. Extreme Metal: Music and Culture on the Edge. Oxford: Berg.

Middleton, Richard. 1990. Studying Popular Music. Milton Keynes: Open University Press.

Pillsbury, Glenn T. 2006. Damage Incorporated: Metallica and the Production of Identity. New York: Routledge.

Purcell, Natalie. 2003. Death Metal Music: The Passion and Politics of a Subculture. Jefferson: McFarland and Co.

Weinstein, Deena. 2000. Heavy Metal: A Cultural Sociology. Boulder: Da Capo.

Walser, Robert. 1993. Running With the Devil: Power, Gender and Madness in Heavy Metal. Hanover: Wesleyan University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chris McDonald, « Michelle Phillipov, Death Metal and Music Criticism: Analysis at the Limits », Volume !, 9 : 2 | 2012, 216-218.

Référence électronique

Chris McDonald, « Michelle Phillipov, Death Metal and Music Criticism: Analysis at the Limits », Volume ! [En ligne], 9 : 2 | 2012, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://volume.revues.org/3489

Haut de page

Auteur

Chris McDonald

Chris McDonald is a lecturer at Cape Breton University, and author of Rush, Rock Music, and the Middle Class (Indiana UP, 2009). He specializes in popular music history and analysis, and has published on rock, jazz, alternative, and Celtic music.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page