Navigation – Plan du site
Compte-rendu de conférence

« Figures de l’écoute : circonstances, usages, métaphores »

“Listening Figures: Circumstances, Uses, Metaphors”
Sarah Benhaim et Maël Guesdon
p. 285-287

Texte intégral

Compte-rendu du colloque interdisciplinaire ayant eu lieu le jeudi 31 mai et vendredi 1er juin 2012, co-organisé par le CRAL (EHESS), le CERILAC et l’équipe TLESH (Paris Diderot).
Comité scientifique : Esteban Buch (EHESS), Martin Kaltenecker (Paris Diderot) et Marielle Macé (CNRS).

1Rendre compte de la multiplicité des approches constituant l’écoute comme champ de recherche et souligner les enjeux théoriques que portent ses « figures » tour à tour circonstances, usages et métaphores, tel était l’objectif de ce colloque. Au croisement de l’histoire, de la musicologie, de la sociologie, de la littérature et de la philosophie, il s’agissait de considérer dans sa complexité un phénomène dépassant le cadre strict de la musique, en tentant de cerner ce qui relie, de l’Antiquité à nos jours, la pluralité des pratiques associées au terme d’« écoute ».

2À travers les enjeux de la création et les différentes théories des sens, la première journée a proposé une traversée des problématiques liées à la perception de la musique – entre discours et usages – en s’ouvrant sur un panel consacré à des études historiques. Anne-Gabrièle Wersinger (CNRS) a proposé une lecture transversale retraçant la « Psycho-physiologie antique de l’audition émotionnelle ». S’appuyant sur l’idée d’une théorie commune aux anciens reliant oreille et affect, elle s’est attachée à analyser la performativité de l’audition aboutissant à la conception d’un corps « aural » fondé sur la primauté des nerfs et du pneuma (souffle). À partir d’un travail sur les partitions, sur les interprétations et sur les discours concernant la musique au Moyen-Âge, Vasco Zara s’est interrogé sur la possibilité de décrire l’écoute musicale de cette période : constatant à la fois le nombre limité de sources et leur délicate interprétation, il a proposé non une théorie mais un horizon d’écoute fondé sur la domination de la musique liturgique et monodique. Si les mêmes difficultés se posent selon Isabelle His pour la période de la Renaissance, l’étude détaillée des sources – plus nombreuses grâce à l’imprimé – permet malgré tout de souligner l’attention portée au silence comme condition nécessaire à une juste perception de la musique, la prédominance de l’écoute participative sur l’écoute attentive, l’importance de l’improvisation polyphonique et du type d’écoute spécifique qu’elle induit. Laurence Tibi a conclu la matinée en se penchant sur la question de l’écoute dans la littérature romantique française. Dans une série d’exemples aux solutions variées, elle a en particulier analysé l’articulation problématique entre la description de l’œuvre musicale et la narration.

3Après avoir relevé une tendance générale des théories de l’écoute « emphatisée » depuis l’époque classique, reposant sur l’idée que l’ouïe capterait quelque chose de plus profond que la vue, Martin Kaltenecker a décrit, sous ses différentes modalités (« phénoménologique », « structurale »…), la tournure « existentielle » du « moment 1920 » qui consiste à saisir par une nouvelle attitude du corps écoutant ce qui se tient derrière la musique : métaphysique ou communauté promise. Maria Manca s’est, de son côté, intéressée à une pratique commune au Cameroun et au Gabon : le mvet. À la fois instrument de musique, mythe et récitation, celui-ci donne à penser l’articulation entre musique et poésie dans un rite qui, en cultivant la complexité et la pluralité d’interprétation, fait de l’écoute un défi à la fois individuel et collectif. À partir d’une enquête menée depuis plusieurs années auprès de ses étudiants, Philippe Le Guern a abordé la question du bouleversement des pratiques d’écoute impliquée par le passage au régime numérique. Exposant tout d’abord l’état de la recherche dans ce domaine, il a dans un second temps analysé un certain nombre d’éléments récurrents de l’enquête questionnant ainsi en profondeur la valeur sociale et symbolique de la musicalisation du quotidien chez les publics étudiants : multi-équipement généralisé, diversification concomitante des types d’écoute, ajustement pragmatique du support au contexte, stratégies sélectives des genres musicaux en fonction des situations vécues… Enfin, s’appuyant sur une lecture détaillée de la déclaration de Stockhausen du 16 septembre 2011 qui définit les attentats du World Trade Center comme la plus grande œuvre d’art jamais réalisée, Lambert Dousson a proposé une étude de la logique intrinsèque de l’ontologie musicale du compositeur. Grâce à une analyse d’Helikopter-Streichquartett, il a déconstruit l’articulation établie par Stockhausen entre sa conception de l’écoute comme expérience totale et sa spiritualisation du médium audiovisuel. À partir de discours théoriques, littéraires, esthétiques et (auto)ethnographiques, ces deux premiers panels ont donc permis de saisir la diversité des approches historiques et disciplinaires de l’écoute, ainsi que ses liens complexes aux dispositifs sociaux et technologiques de réception des sons et de la musique. Chaque intervention insistait sur le caractère non monolithique des pensées de l’écoute, pratique en permanente évolution et au cœur de tensions théoriques entre les différents acteurs d’une même époque ou entre les différents angles d’une même réflexion.

4La seconde journée a quant à elle débuté par un panel explorant la thématique de la « voix », incontournable en tant qu'elle participe activement au processus d'écoute, sinon le détermine. Esteban Buch s'est ainsi attaché à mettre en lumière le travail d’écoute du critique musical au regard de celui du psychanalyste, à partir du cas de Max Graf et de sa critique virulente de la IVe Symphonie de Mahler, le critique étant davantage sujet à ses idées préconçues qu'à l'attention flottante requise par Freud. Cette attitude, pourtant œuvre d'un critique musical prononçant à partir de l'écoute des jugements et appréciations entre perception et normativité, a été au fondement d'une réflexion sur le rôle de l'attention chez ces professionnels de l'écoute. À partir d'une lettre de Sénèque adressée à Lucilius afin de le convaincre d'adopter le mode de vie stoïcien, Florence Dupont a exposé l'importance du plaisir sonore éprouvé par les auditeurs lors de l'énonciation de l'orateur. La conception romaine d'une vérité conjuguée à la beauté intervient dans le processus de persuasion de la déclamation, puisque les procédés de l'éloquence servent à capturer l'attention des élèves en passant par le registre des émotions. Le caractère musical de la voix a également été exploré par Cristina De Simone à propos de l’œuvre radiophonique de Luciano Berio Thema (Omaggio a Joyce), datant de 1958, dans laquelle sens, sons et perception s'articulent au sein d'une réflexion menée sur le langage. Les onomatopées et autres « possibles de la voix » utilisés par le compositeur au sein de la pièce participent d'un imaginaire sur l'origine de la langue. Jean-Patrice Courtois a pour sa part conclu ce panel par une intervention portant sur la pratique radiophonique de Claude Régy, qu'il s'est attaché à contextualiser au sein du débat théorique sur la radio (Adorno, Benjamin…) ayant trait au caractère de reproduction, tantôt interprété comme perte de l'aura, tantôt comme production. Après avoir défini les critères constitutifs de la radio – ubiquité, simultanéité et communauté –, le chercheur et poète s'est livré à une description de la pratique de Régy spécifiquement axée sur le rapport à la voix et à l'espace/corps lié à l'articulation sonore de l’écriture. Les différents cas exposés lors de ces interventions ont souligné l’importance de la voix en tant que rapport privilégié d’écoute à l’autre, mais aussi comme lieu de rencontre entre éléments discursifs et non discursifs (intonation, timbre…) et comme possibilité de perception de sa propre expression. Le rythme a ensuite été exploré par Marielle Macé à propos de l’œuvre d'Henri Michaux, moins dans l'analyse littérale de la métrique que dans la dimension sociale et phénoménologique que le terme revêt dans ce contexte. L'intérêt du poète pour le tempo et les figures temporelles participe d’une conception globale du flux vital, du corps et du rapport aux autres, à travers le sentiment d'étrangeté et la difficulté éprouvée aux épreuves de déphasage et de dysrythmie.

5Enfin, le deuxième panel de la journée, intitulé « Bruits/Rumeurs », a été l'occasion d'introduire réflexions acoustiques, historiques et idéologiques dans le champ de l'écoute ainsi que dans la considération ambiguë du bruit. L'exposé de Stéphane Roth était à cet égard révélateur des politiques publiques, surtout effectives à partir du XXe siècle, en matière de lutte et de sensibilisation aux nuisances sonores. En s'intéressant spécifiquement à l'isolation phonique, il s'est attaché à souligner à partir d'une iconographie fournie diverses mesures visant à s'extraire au maximum du bruit, dans l'habitat quotidien, dans la privation sensorielle des chambres sourdes, ou même à travers les conditions d'écoute musicale, notamment l'acoustique des salles de concerts. Les bruits parasites, dans le contexte précis des débuts de la radio, ont par ailleurs fait l'objet de l'intervention d’André Timponi, qui après avoir commenté des récits de conflits juridiques relatifs aux accusations de brouillage de l'écoute radiophonique entre voisins, puis de la législation « hostile » aux bruits qui s'en est suivie à travers lois, campagnes et services de protection des auditeurs, a montré le déplacement de la chasse anti-parasites de l'espace domestique à la professionnalisation scientifique. Au terme de ces deux journées, Juliette Volcler s'est enfin consacrée, par le biais d'une recherche à mi-chemin entre l’acoustique, la psychologie et la stratégie policière et militaire, à une analyse du son en tant qu'arme selon une typologie précise mise en relation avec certains conflits armés (Vietnam, Irak…) et leurs buts recherchés : neutralisation de l'écoute, privation/sur-saturation sensorielle, agacement et fragmentation de l’écoute.

6Si l’on peut penser que les nouvelles perspectives introduites par les études cognitives, notamment par la réflexion autour de l'inné et de l'acquis ou à travers la notion de « construction », auraient mérité de s'inscrire au programme de ce colloque, celui-ci, par sa transdisciplinarité et sa cohérence intrinsèque, a tenu l’engagement de considérer les figures de l’écoute comme des phénomènes complexes jouant et rejouant constamment les représentations du corps, des affects et des liens individuels et collectifs. D'autre part, la grande diversité des approches a permis de mettre en perspective, à travers le prisme du son, certains rapports – sociaux, philosophiques, esthétiques, politiques, moraux ou juridiques – de l’humain à son environnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Benhaim et Maël Guesdon, « « Figures de l’écoute : circonstances, usages, métaphores » », Volume !, 10 : 1 | 2013, 285-287.

Référence électronique

Sarah Benhaim et Maël Guesdon, « « Figures de l’écoute : circonstances, usages, métaphores » », Volume ! [En ligne], 10 : 1 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://volume.revues.org/3654

Haut de page

Auteurs

Sarah Benhaim

Sarah Benhaïm est doctorante allocataire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Elle consacre sa thèse, codirigée par Esteban Buch et Philippe Le Guern, à l'étude sociologique et esthétique de la scène musicale « noise », mise en relation avec les notions d’avant-garde, d’autonomie et de marginalité. Elle est membre de l’IASPM ainsi que du comité de rédaction de la revue Transposition, et participe à l'ANR « Musimorphoses ».
mail

Maël Guesdon

Maël Guesdon est allocataire-moniteur à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales où il prépare, sous la codirection d’Esteban Buch et Anne Sauvagnargues, une thèse sur le concept de ritournelle chez Deleuze et Guattari. De manière plus générale, ses recherches portent dans une perspective épistémologique sur les rapports entre philosophie, musique et sciences sociales au XXe siècle. Il est membre des comités de rédaction des revues Chimères et Transposition, et participe à l’ANR « Musimorphoses ».
mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page