Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Quotidien

Anahid Kassabian, Ubiquituous Listening. Affect, Attention and Distributed Subjectivies

Raphaël Nowak
p. 312-315
Référence(s) :

Berkeley, University of California Press

Texte intégral

1La présence croissante de la musique dans nos sociétés contemporaines lui confère une ubiquité nouvelle. Tel est le point de ces deux livres parus dans le courant du premier semestre de l’année 2013. Le premier, écrit par Anahid Kassabian, propose une théorie de ce qu’est l’ubiquité de la musique. Le second, coédité par Marta García Quiñones, Anahid Kassabian et Elena Boschi, offre différentes perspectives historiques, technologiques et spatiales sur ces musiques qui définissent notre quotidien.

2Le livre écrit par Kassabian se doit d’être lu en premier, parce qu’il développe le cadre théorique de ce qu’elle appelle « ubiquité de l’écoute ». Dans ce livre, Kassabian discute en détail les idées qu’elle avait abordées un peu plus de dix ans auparavant dans un chapitre de livre (voir Kassabian, 2002). La musique est omniprésente, c’est un fait, du moins dans les sociétés occidentales, même si elle ne rejette pas l’hypothèse que ce soit le cas… partout. Cette ubiquité est en soit un fait nouveau, ou du moins récent mais Kassabian ne le date pas. À partir de ce constat, la boîte de pandore est ouverte et des questions fondamentales émergent : pourquoi une telle omniprésence de la musique ? Comment les individus réagissent-ils à ces sons qui envahissent leur quotidien ? Comment font-ils la part des choses et quel degré d’attention portent-ils à toutes ces musiques ? Kassabian défend la nécessité d’apporter une approche multidisciplinaire à ces questions. L’ubiquité de la musique est un thème trop vaste pour ne la confier qu’à l’ethnomusicologie, qu’à la sociologie ou qu’aux cultural studies. D’après Kassabian, le principe novateur de l’ère de l’ubiquité est que les individus ne choisissent pas la plupart des musiques qui parviennent à leurs oreilles1. En conséquence, l’attention portée aux œuvres s’en trouve diminuée. La musique n’est pas forcement écoutée pour ce qu’elle est, mais en rapport avec les sources de son ubiquité. Kassabian utilise le concept de « subjectivités distribuées » afin de rendre compte des différents types d’affects que les individus ressentent en rapport avec ces musiques et ces sons de leur quotidien. Et c’est la qu’apparaît la principale limitation du livre. Kassabian prétend pouvoir rendre compte des expériences des individus en rapport avec l’ubiquité de la musique, mais ne repose son argumentation que sur des exemples personnels et donc auto-ethnographiques, que ce soit en rapport avec les films ou les séries télévisées – rappelant ainsi que c’est son premier terrain de recherche (voir Kassabian, 2001) –, avec les lieux qu’elle fréquente, comme Starbucks, ou en rapport avec son identité personnelle et la trans-nationalité du jazz arménien. L’auteure use ainsi de subterfuges tels que : « ceci n’est qu’une anecdote, mais une histoire éminemment reconnaissable » (8) afin de généraliser son propos et justifier le seul usage de l’auto-ethnographie. Le concept de « subjectivités distribuées » est largement mis à mal par le manque de diversité des données empiriques.

Haut de page

Bibliographie

Kassabian, Anahid (2001) Hearing Film: Tracking Identifications in Contemporary Hollywood Film Music, Routledge, London.

Kassabian, Anahid (2002) “Ubiquitous Listening”, in D. Hesmondhalgh and K. Negus (eds), Popular Music Studies, Arnold, London.

Haut de page

Notes

1 Cf. à ce sujet l’article de Bruce Darlington, dans ce numéro [NdE].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Nowak, « Anahid Kassabian, Ubiquituous Listening. Affect, Attention and Distributed Subjectivies », Volume !, 10 : 1 | 2013, 312-315.

Référence électronique

Raphaël Nowak, « Anahid Kassabian, Ubiquituous Listening. Affect, Attention and Distributed Subjectivies », Volume ! [En ligne], 10 : 1 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://volume.revues.org/3682

Haut de page

Auteur

Raphaël Nowak

Raphaël Nowak est docteur en sociologie (Griffith University, Gold Coast, Australie). Sa thèse portait sur les usages quotidiens de la musique. En analysant les interactions entre les auditeurs et les supports d’écoute, il s’attache à démontrer la fluidité des affects musicaux et les formes d’accompagnement que la musique revêt au quotidien. En conséquent, la musique est mobilisée afin de maintenir la cohérence des biographies des auditeurs, grâce à la gestion des pratiques d’écoute.
mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page