Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Quotidien

Marta García Quiñones, Anahid Kassabian et Elena Boschi (eds), Ubiquituous Musics. The Everyday Sounds that we Don’t Always Notice

Raphaël Nowak
p. 313-315
Référence(s) :

Farnham, Ashgate

Texte intégral

1Pour obtenir une perspective plus « distribuée » de l’ubiquité de la musique, mieux vaut donc se tourner vers le livre qu’elle a coédité avec Marta García Quiñones et Elena Boschi (2013) dans lequel la variété des approches offertes permet de saisir davantage le questionnement théorique à mener sur ce qu’est l’ubiquité de la musique.

2Le premier thème du livre inscrit l’ubiquité dans une continuité historique. Le chapitre écrit par Tony Grajeda (chapitre 2) est un exemple fascinant du début de l’ère de la musique enregistrée, et des recherches menées sur les usages et fonctions possibles de la musique dans la société du début du XXe siècle. Edison, le père du phonographe et de la musique enregistrée, s’est en effet engagé dans des projets de recherches sur les « effets mentaux de la musique » des les années 1920. Le but était de saisir l’état émotionnel des auditeurs afin de fournir des conseils sur les musiques à écouter en fonction des contextes, et orienter les choix de ces nouveaux consommateurs. Grajeda met ici en perspective l’omniprésence de la musique à l’aune de sa marchandisation par les industries technologiques et culturelles. Son apport suggère que l’ubiquité n’est pas seulement un phénomène contemporain, mais une évolution historique mettant en relation la musique, les industries et les auditeurs.

3La seconde partie du livre consacrée aux technologies inclut un chapitre intéressant de Marta García Quiñones (chapitre 6) sur les pratiques d’écoute mobiles et plus particulièrement sur les iPods. García Quiñones critique l’apport de Michael Bull (2007)1, aussi surnommé « professeur iPod », sur l’individualisme des pratiques d’écoute et sur l’attention des auditeurs à la musique et leurs environnements. Alors que Bull élabore une approche linéaire de la question de l’attention, García Quiñones apporte une vision plus incertaine et moins individualiste, inscrivant les pratiques d’écoute de l’iPod dans la socialité des espaces. Une fois de plus, le problème réside dans la méthode employée. García Quiñones l’indique des le premier paragraphe de son chapitre, elle ne s’appuie que sur ses propres impressions d’auditrice et des observations des comportements des usagers de l’iPod. Comment peut-elle dès lors rendre compte des problèmes d’attention des usagers ?

4La dernière partie sur les espaces comprend notamment un chapitre intéressant du musicologue italien Franco Fabbri (chapitre 9) sur ce qu’il appelle l’« écoute taboue ». Fabbri s’intéresse au problème des écoutes différenciées de la musique, celles qui accompagnent des activités du quotidien, comme conduire, écrire, voire faire l’amour. Il en appelle à l’emploi d’outils méthodologiques afin de comprendre ces moments d’écoute lorsque la concentration des auditeurs ne peut être portée que par la musique. Fabbri ne prend cependant pas en compte tout un pan de la littérature existante sur le sujet, notamment les écrits de Tia DeNora (1997, 20002) ou de Jodie Taylor (2012).

5Ce chapitre final résume l’impression générale du livre. Bien que l’approche multidisciplinaire soit intéressante dans le développement d’une perspective compréhensive du concept d’ubiquité, le faible engagement avec certaines théories essentielles sur la musique est flagrant. Le travail fondateur de DeNora (2000) est rarement mentionné. La sociologie de Hennion (Hennion, Gomart et Maisonneuve, 2000 ; Hennion, 2007) sur les pratiques d’écoute de la musique, ou les approches philosophiques par exemple de Don Ihde (2007)3 ou de Jean-Luc Nancy (2007) sur la phénoménologie de la musique y sont absents. Pourtant ces analyses – parmi tant d’autres – seraient essentielles pour comprendre l’ubiquité de la musique dans nos sociétés contemporaines. Elles ajouteraient de la profondeur à un thème qui ne demeure qu’un cadre théorique plutôt qu’une véritable explication de phénomènes contemporains autour de la musique. De plus, au cours du livre, les liens avec la musique paraissent parfois même éloignés, comme dans le chapitre de Rai (chapitre 4) sur les usages des téléphones mobiles en Inde. L’impression est renforcée par le manque de liens entre les chapitres et les différentes parties du livre. En effet, il est regrettable que ses directeurs n’aient pas écrit de transitions entre les différentes parties du livre, ni même une conclusion, afin d’en contextualiser les neuf chapitres sous la bannière de l’ubiquité de la musique.

6D’une manière générale, ces deux livres sont intéressants par l’assemblage de questions posées par le cadre théorique et la pluridisciplinarité des approches. Au-delà de cette promesse, les véritables fondations d’une théorie et d’une herméneutique des phénomènes liés à l’omniprésence de la musique dans les sociétés contemporaines demeurent insuffisantes. L’ubiquité de la musique est un enjeu tout autant qu’une réalité de notre quotidien ; toutes les conditions de son existence méritent un examen minutieux qui reste à développer à l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

Bull, Michael (2007) Sound Moves: iPod Culture and Urban Experience. Routledge, London.

DeNora, Tia (1997) “Music and erotic agency: Sonic resources and social-sexual action”. Body and Society 3, no. 2, 43–65.

DeNora, Tia (2000) Music and Everyday Life, Cambridge University Press, Cambridge.

Hennion, Antoine (2007) “Those Things that Hold us Together: Taste and Sociology”, Cultural Sociology, 1(1), 97–114.

Hennion, Antoine, Maisonneuve, Sophie and Gomart, Emilie (2000) Les Figures de l’Amateur. Formes, Objets, Pratiques de l’Amour de la Musique Aujourd’hui, La Documentation Française, Paris.

Ihde, Don (2007) Listening and Voice. Phenomenologies of Sound, State University of New York Press, New York.

Nancy, Jean-Luc (2007) Listening, Fordham University Press.

Taylor, Jodie (2012) “Taking it in the ear: On musico-sexual synergies and the (queer) possibility that music is sex”, Continuum, 26(4), 603-614.

Haut de page

Notes

1 Voir la recension de cet ouvrage par Vincent Rouzé, dans ce numéro [NdE].

2 Voir la recension de cet ouvrage par Michael Siciliano, dans ce numéro [NdE].

3 Voir la recension de cet ouvrage par Dario Rudy, dans ce numéro [NdE].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Nowak, « Marta García Quiñones, Anahid Kassabian et Elena Boschi (eds), Ubiquituous Musics. The Everyday Sounds that we Don’t Always Notice », Volume !, 10 : 1 | 2013, 313-315.

Référence électronique

Raphaël Nowak, « Marta García Quiñones, Anahid Kassabian et Elena Boschi (eds), Ubiquituous Musics. The Everyday Sounds that we Don’t Always Notice », Volume ! [En ligne], 10 : 1 | 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://volume.revues.org/3689

Haut de page

Auteur

Raphaël Nowak

Raphaël Nowak est docteur en sociologie (Griffith University, Gold Coast, Australie). Sa thèse portait sur les usages quotidiens de la musique. En analysant les interactions entre les auditeurs et les supports d’écoute, il s’attache à démontrer la fluidité des affects musicaux et les formes d’accompagnement que la musique revêt au quotidien. En conséquent, la musique est mobilisée afin de maintenir la cohérence des biographies des auditeurs, grâce à la gestion des pratiques d’écoute.
mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page