Navigation – Plan du site
Écoute du rap et signification

Rendre compte de la complexité (de l’écoute d’une chanson)

Seconde réponse à Jedediah Sklower
Anthony Pecqueux

Entrées d'index

Mots clés :

écoute / auditeur
Haut de page

Texte intégral

1La réponse de Jedediah Sklower me ravit dans la mesure où elle pose des problèmes scientifiques précis, ce qui rend le débat des plus intéressants. Notamment avec les éléments empiriques personnels qu’il insère à juste titre dans la discussion ; ou avec ceux de comparaison qui élargissent les considérations de façon intéressante. Comme quand il pointe le faible écart entre mes résultats sur la chanson mise à l’épreuve (« Jeteur de pierres ») et ceux auxquels aurait pu aboutir une perspective herméneutique plus classique. Il a raison, et c’est effectivement un des crédos de la démarche pragmatiste que je revendique de s’attacher plus aux processus qu’aux résultats : non pour la virtuosité démonstrative, mais précisément dans la mesure où mettre à jour la richesse des dynamiques empruntées par les acteurs vise à se situer au plus près de la complexité du monde social, ce « plurivers » (pour parler comme William James) qu’on ne fait que réduire mais dont on peut tâcher de se rapprocher un tant soit peu. Je voudrais ici simplement prolonger la discussion sur deux points qui m’apparaissent importants.

21. Selon le premier – toujours théorique ou épistémologique, car je persiste à penser que le fond du désaccord se situe sur ce plan –, il reste un élément déterminant sur lequel je n’ai sans doute pas suffisamment insisté : à savoir que dans ma perspective, un objet tel qu’une chanson est un objet communicationnel qui à ce titre crée son propre contexte (et le recrée à chaque activation / audition). Cela signifie que même en présence d’éléments codés – ou référant à une histoire (musicale, sociale, culturelle…) qui peut ne pas être partagée par tous les auditeurs potentiels de la chanson –, ces derniers sont performés dans ce contexte précis où sont importées bien d’autres choses préexistantes : par exemple la culture hip-hop, mais aussi d’autres cultures, ne serait-ce que le langage ou encore la musique… La question serait celle posée par le sample : sa reconnaissance procure-t-elle un plus grand plaisir musical ? Elle occasionne à n’en pas douter une expérience différente, mais à trop insister sur les éléments constitutifs d’une culture partagée (ce qui est souvent le cas à propos du hip-hop comme d’autres musiques dites à tort ou à raison underground), on oublie il me semble à quel point de tels objets musicaux créent également (dans le même geste) les conditions d’une appropriation plus large, qui est qualitativement différente mais qui ne se mesure pas en « plus » ou « moins ».

3Cela posé, la question du contexte chansonnier pointe une autre dimension du débat, celle sur la place des paroles dans l’expérience d’écoute. Pour Jedediah Sklower, je leur donne une importance trop grande ; quelques précisions à ce propos. Dans le contexte chansonnier donc (et je rappelle que mon horizon se « limite » à celui de l’écoute de rap en français par des francophones), je considère qu’une valeur est promue plus ou moins directement, celle du langage proféré dans ma langue maternelle, ce langage que je ne peux pas ne pas reconnaître et (essayer de) comprendre quand on me l’adresse comme le font les rappeurs, même si ce langage me revient modifié, distordu, transfiguré ou simplement dépaysé. Au sein de mon modèle d’écoute, cette valeur est fixe et hiérarchiquement supérieure : je cherche à comprendre quand je suis attentif ; et quand je le suis moins, je ne peux parfois m’empêcher de comprendre. Cette hiérarchie possède un sommet : des paroles interprétées dans ma langue maternelle, à comprendre ; une base : la réduction de la chanson à sa seule musicalité.

  • 1 De la même manière que pour les perspectives en termes de « culture partagée » où le schéma logique (...)

4Or, si l’on admet qu’en situation d’écoute il y a oscillation entre ces pôles, cela implique que la hiérarchie en question peut se renverser : le sommet se retrouver à la base, et la base au sommet, ce qui revient à ce que Douglas Hofstadter appelle une « hiérarchie enchevêtrée » ou « boucle étrange ». Les paroles interprétées à comprendre, sommet de la hiérarchie, peuvent être réduites à leur seule musicalité (la base), puis se retrouver de nouveau au sommet, etc. La régression à l’infini (risque majeur pour ce type de raisonnement1) est évitée par la sanction de l’auditeur (écouter de manière focalisée ou périphérique), et du fait que la chanson se déploie dans une temporalité limitée.

5La figure de la hiérarchie enchevêtrée me semble intéressante pour rendre compte de l’écoute chansonnière du fait que dans un tel contexte, quelqu’un interprète des paroles dans ma langue maternelle, et je peux quand même ne pas l’écouter, simplement l’ouïr. Le rap accentue ce point puisque ce quelqu’un s’adresse à moi, m’interpelle, et je suis toujours en mesure de ne pas l’écouter. Une autre particularité de la chanson favorise la boucle étrange : si elle a la temporalité pour ressource, elle n’est pas dirigée par un principe évolutif, mais par un retour périodique du même (le refrain, les quelques lignes mélodiques de l’accompagnement musical). A nouveau, le rap accentue ce trait chansonnier avec le sample : cet échantillon sonore de quelques secondes repris en boucle forme l’accompagnement musical. Une telle technique érige le retour périodique du même présent dans la chanson en véritable principe musical. Peut-être tout cela est-il inutilement compliqué ; je ne vois pour autant pas d’autres moyens de rendre analytiquement compte de la pluralité possible des modalités d’écoute chansonnière. Et il me semble que c’est une façon souple de donner la priorité aux paroles : une priorité réelle mais jamais gagnée d’avance ni immuable.

62. Le second point que je voudrais préciser dans cette discussion est un trait plus « autobiographique », comme m’y enjoint d’ailleurs Jedediah Sklower. Il me servira à revenir sur l’argument selon lequel mon écoute de « Jeteur de pierres » serait cadrée par mon assignation à comparaître en tant que « spécialiste du rap » lors du procès de Sniper à Rouen, pour la chanson « La France ». Je me suis en effet retrouvé alors dans une position délicate : prononcer sur cette chanson un discours légitime, de type universitaire (donc censément impartial), tout en veillant à ne pas donner de prises à l’accusation qui me semblait passablement démesurée (c’est mon opinion – disons – de citoyen). Il est assurément plus confortable de rédiger une tribune dans Libération comme j’avais pu le faire à l’époque… Cela dit, cette assignation à mon corps défendant n’est qu’un des éléments de l’affaire et j’y suis revenu par ailleurs ; de plus, c’est un élément très périphérique par rapport à « Jeteur de pierres ».

7Si j’ai choisi cette chanson pour mettre à l’épreuve le modèle d’écoute que j’avais commencé à élaborer pour la chanson et plus particulièrement pour le rap, c’est parce qu’elle constitue un cas « épineux » : non tant pour moi que pour le groupe qui se voit ainsi affublé d’une des épithètes les plus infâmantes de nos sociétés contemporaines. Pour moi quand même : j’ai en effet subi une contre-tribune sur le web m’accusant de défendre l’antisémitisme et l’apologie du terrorisme, et reposant sur un contresens évident. Elle n’a eu d’autres conséquences que de donner quelques sueurs froides à un jeune doctorant en passe de soutenir sa thèse (et de laisser quelques traces numériques durables, un peu fâcheuses). Voilà tout ; pour le reste je n’ai pas particulièrement d’accointances avec le groupe en question, pas plus que je n’apprécie particulièrement leur esthétique musicale et/ou leurs paroles. Cet épisode, je m’en étais déjà expliqué dans le texte (certes rapidement, en note). J’ai tendance à penser que les éléments autobiographiques de chercheurs peuvent être ponctuellement intéressants, mais conduisent le plus souvent à une mise en scène théâtralisée du « je », qui finit par ne satisfaire qu’une chose : un ego. Entendons-nous bien : ces éléments fournissent des éléments de compréhension (et il n’y aurait pas de sens à revendiquer une analysée située tout en prenant le rôle d’un chercheur « hors-sol », non situé lui-même), mais qui me semblent souvent « surjoués » alors que, pour la compréhension des situations, il y a déjà tant à faire avec la complexité du monde social.

Haut de page

Annexe

Droit de réponse :

Haut de page

Notes

1 De la même manière que pour les perspectives en termes de « culture partagée » où le schéma logique est le suivant : je sais que p (par exemple : ce terme a un double sens), tu sais que p, je sais que tu sais que p, je sais que tu sais que je sais que p, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Pecqueux, « Rendre compte de la complexité (de l’écoute d’une chanson) », Volume ! [En ligne], 10 : 2 | 2014, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://volume.revues.org/3979

Haut de page

Auteur

Anthony Pecqueux

CNRS, CRESSON (UMR 1563 / École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page