Navigation – Plan du site

Actions culturelles et musiques actuelles

Principaux résultats d'une enquête nationale
Collectif

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 25 avril 2014.

Présentation

1Alors qu’un certain nombre de travaux portant sur les actions culturelles existent pour le théâtre, le cinéma, la lecture (ou d’autres domaines artistiques), dans le secteur des musiques actuelles, les démarches, le plus souvent empiriques, sont mal recensées et restent peu formalisées bien que certains réseaux d’acteurs se soient emparés du sujet. Or, la multiplication apparente, des projets d’actions culturelles laisse penser que leur place, encore annexe il y a quelques années, est devenue importante, voire centrale aujourd’hui. Qu’en est-il réellement ?

2Plusieurs réseaux de musiques actuelles (FEDELIMA, RIF, R.A.O.U.L, FRACA-MA, Collectif RPM, FERAROCK) de même que la Fédération Française des MJC (FFMJC) ont ressenti le besoin de disposer d’une vue d’ensemble de ces initiatives et de les capitaliser. Ils ont initié et porté un projet d’enquête qui a bénéficié du suivi et du soutien financier du ministère de la Culture et de la Communication (Direction Générale de la Création Artistique). La réalisation de cette enquête, une première nationale pour les musiques actuelles, a été confiée à Opale et à la FEDELIMA.

3L’objectif principal de cette enquête était d’identifier les projets considérés comme étant des projets « d’actions culturelles » aux yeux des structures membres des réseaux impliqués. L’enjeu étant de mettre en avant la diversité des formes d’appropriation du terme par les opérateurs de terrain via le recensement et l’observation de leurs pratiques en la matière.

Télécharger

4Télécharger le rapport au format pdf.

Les participants

5Une enquête réalisée par :

6Menée en partenariat avec 

  • le Collectif RPM,

  • la FERAROCK,

  • la FFMJC,

  • la FRACA-MA,

  • le ministère de la Culture et de la Communication (DGCA),

  • le R.A.O.U.L.,

  • le RIF.

7En collaboration avec

  • Avant-Mardi,

  • le G.R.A.L,

  • le Patch,

  • le Pôle,

  • le POLCA,

  • le PRMA Poitou-Charentes,

  • le RAMA,

  • le Rézo Parleur,

  • RMAHN,

  • Le TREMA.

Introduction

8Nous vous présentons ici l’introduction et la conclusion d’Actions culturelles et musiques actuelles. Le pdf de l’ensemble de l’enquête peut être téléchargé ici.

Le contexte : une enquête inédite sur un sujet encore peu exploré

9Dans les années 80, la préoccupation majeure des associations de musiques actuelles est de convaincre les pouvoirs publics de la nécessité de pouvoir disposer d’espaces de diffusion spécifiques, adaptés sur le plan acoustique, ouverts à des esthétiques alors peu représentées sur scène. Cette quête de légitimité institutionnelle se concrétise par la création à partir des années 90 d’équipements, soutenus par les collectivités locales et/ou l’État, dédiés à l’accueil des pratiques culturelles liées aux musiques amplifiées et actuelles : le plus fréquemment une salle de concerts, régulièrement associée à des espaces de répétition et de création et des centres de ressources.

10Peu à peu vont se développer de nouvelles actions qui dépassent le cadre de la seule diffusion de concerts : interventions auprès de publics scolaires, de musiciens amateurs, d’habitants de quartiers populaires… Ces initiatives sont facilitées par des aides à l’emploi permettant de développer de nouveaux postes autour de la « médiation » et sont parfois soutenues financièrement par la politique de la ville. En 1998, le dispositif SMAC (Scène de Musiques ACtuelles) devenu label du ministère de la Culture en 2010, témoigne de l’évolution de ces fonctions et appuie la légitimité de ce type d'équipements culturels sur le territoire national.

11À partir des années 2000, l’évolution des « projets artistiques » vers des « projets artistiques et culturels » et la multiplication (apparente) des projets qualifiés de « projets d’action culturelle » laissent penser que leur place encore « annexe » il y a quelques années pour la plupart des lieux est devenue importante, voire centrale. Cependant la plupart des démarches, souvent empiriques, restent encore mal recensées et peu formalisées.

  • 1 La FEDELIMA rassemble depuis le 1er janvier 2013 les adhérents des deux fédérations qu’étaient, au (...)

12Plusieurs réseaux de musiques actuelles (FEDELIMA, RIF, R.A.O.U.L, FRACA-MA, Collectif RPM, FERAROCK) 1 de même que la FFMJC, Fédération Française des MJC, ont ainsi ressenti le besoin de disposer d’une vue d’ensemble des initiatives et ont donc initié et porté un projet d’enquête, une première nationale sur ce sujet encore peu exploré des actions culturelles dans les structures de musiques actuelles.

  • 2 Bureau de l'éducation artistique et des pratiques amateurs et DGCA, direction générale de la créati (...)
  • 3 L’association OPALE a été créée en 1988 pour soutenir, outiller et valoriser les associations artis (...)

13Ce projet a trouvé un écho favorable auprès du ministère de la Culture et de la Communication2 et a pu bénéficier de ses financements. D’un commun accord, il a été décidé que la réalisation du travail serait confiée à OPALE3 et à la FEDELIMA.

Les objectifs : repérer et caractériser les projets dits « d’actions culturelles »

14Dans un premier temps, il a été discuté et décidé que cette enquête ne serait ni un travail de recherche, ni une évaluation des actions et projets existants : son objectif principal serait d’identifier et recenser les projets considérés comme des projets d’actions culturelles par les structures membres des réseaux impliqués.

15Le choix a été également fait de ne pas poser de définition a priori de ce qu’est, ou pourrait être « l’action culturelle », faute d’une part de définition qui fasse l’unanimité et d’autre part, parce que délimiter le champ de façon trop restrictive aurait pu exclure des répondants potentiels. L’enjeu étant de mettre en avant les différences d’appropriation du terme « action culturelle », il a d’ailleurs été décidé d'opter pour le terme « actions culturelles » plutôt que celui « d’action culturelle ».

16La démarche a donc d’abord été de recenser les pratiques de terrain ; par la même occasion, il s’agissait de mesurer la place du volet « actions culturelles » au sein du projet global des structures : moyens budgétaires et humains dévolus, existence (ou non) de postes spécifiques et caractéristiques…

La méthode : une approche essentiellement quantitative…

  • 4 L’ensemble des réseaux musiques actuelles participants réunissent au total 387 structures sur l’ens (...)
  • 5 La liste des représentants du comité de pilotage se trouve au début du présent document.

17De par le nombre important de structures sollicitées4 et le rayonnement national de l’enquête, le comité de pilotage (qui réunissait les sept réseaux initiateurs de l’enquête et les trois services concernés du ministère de la Culture et de la Communication5) a décidé de privilégier le recueil d’informations quantitatives via un questionnaire en ligne qui permettait de mesurer l’ampleur et la diversité des actions menées, de mieux cerner les motivations et objectifs, ainsi que les publics touchés et les modes de mise en œuvre (partenariats, financements), ces éléments constituant un faisceau d’indices pour tenter de caractériser les projets dits d’actions culturelles.

18Quelques éléments qualitatifs ont néanmoins été introduits : le questionnaire comportait une partie « focus » qui permettait aux répondants d’apporter des informations complémentaires et des commentaires succincts sur deux projets au choix.

  • 6 Les fiches « Focus », triées par thèmes, régions administratives et réseaux participants sont acces (...)

19Ces focus ont été classés dans un répertoire d’actions, accessible et consultable en ligne sur Internet6. Présentant les réponses brutes des répondants, il constitue une première ressource pour les personnes en charge des actions culturelles.

20Au final, un questionnaire en ligne, comportant 214 questions a été diffusé, via GIMIC, une plateforme de gestion d’enquêtes et de recueil de données via Internet utilisée par plusieurs réseaux de musiques actuelles dans le cadre de leurs travaux d’observation et d’études.

  • 7 Le questionnaire a été rempli principalement par des directeurs ou co-directeurs de structures (35, (...)

21192 structures ont répondu7 et ont décrit 1048 projets et 300 focus.

  • 8 Cf. la partie « Annexes » du présent document.

22Une fois les données recueillies, un important travail de nettoyage des données puis d’exploration statistique a été mené afin d’affiner les caractéristiques des projets. Des dizaines de croisements de données ont ainsi été testés. Il serait fastidieux de les détailler ici, ils sont disponibles, de même que le protocole d’enquête, en annexe du rapport statistique complet disponible sur les sites Internet d’OPALE et de la FEDELIMA8. Seuls sont présentés ici les résultats significatifs de ces investigations.

  • 9 Le séminaire sur les pratiques d’action culturelle organisé par le collectif RPM (Chelles, février (...)

23Les différents réseaux partenaires de cette enquête ont été invités à livrer leur « vision » des actions culturelles ; des informations issues de journées professionnelles9 et de textes sur le sujet ont également nourri la réflexion.

24Si ces quelques éléments qualitatifs ont permis d’étayer les éléments chiffrés, ils ne se substituent pas à un travail d’entretiens et encore moins de monographies sur le terrain.

25Entre l’élaboration du questionnaire, le recueil des données, le traitement statistique, la rédaction, presque deux années auront été nécessaires pour finaliser cette enquête, amorcée début 2012 et achevée fin 2013.

26Après avoir dressé le portrait des répondants, le présent document rend compte des principales caractéristiques des projets dits « d’actions culturelles » (activités, objectifs, publics, intervenants, partenariats) et donne des indicateurs sur la place de ce volet au sein des structures. En complément, il apporte quelques témoignages et pistes de mise en perspective.

Conclusion

  • 10 Rappelons que les répondants ne sont pas représentatifs de l’ensemble du « secteur » des musiques a (...)

27Cette enquête aura permis d’identifier, de recenser et de caractériser les projets considérés comme étant des « projets d’actions culturelles » pour les 192 structures de musiques actuelles répondantes10. Pour rappel, ces structures sont principalement des lieux de diffusion, dont plus de la moitié ont conventionné avec le ministère de la Culture, ils sont dotés d’une équipe permanente plutôt solide et d’au moins un poste dédié aux actions culturelles.

28Si ce travail dresse un panorama inédit sur ce sujet encore peu exploré dans les musiques actuelles, des questionnements d’ordre opérationnel et stratégique demeurent et appellent à des approfondissements et des mises en perspectives. À la clôture de cette enquête, qui constitue une étape d’un chantier plus vaste, il semble important de formuler des questionnements complémentaires et de proposer des pistes permettant de prolonger le travail entamé.

Poursuivre les investigations qualitatives

Des questions complémentaires sur la connaissance des projets

29Les questionnements qui suivent ne sont bien entendu pas exhaustifs. Ils doivent être lus comme des propositions, parmi d’autres, de pistes de poursuite de ce travail.

30L’enquête a montré que la plupart du temps, les projets combinent principalement des concerts (activité prépondérante des répondants), des ateliers et des rencontres avec des artistes et des professionnels. 

Qu’est-ce qui au-delà des objectifs et des publics concernés différencie un concert considéré comme un projet d’action culturelle (un concert jeune public par exemple) d’une action de diffusion décentralisée ? Qu’est-ce qui différencie (ou non) une « chorale séniors » d’un accompagnement des pratiques amateurs ?
Quels moyens sont mis en place pour que ces activités ne se « réduisent » pas à des activités de consommation ?
Comment les activités de diffusion, de pratique et de connaissance du secteur professionnel se combinent-elles : les actions culturelles se construisent-elle autour de la programmation ou est-ce l’inverse ?

31Les projets poursuivent (entre autres) des objectifs croisés de sensibilisation des publics, de soutien à l’initiative et à la pratique musicale, de promotion du secteur des musiques actuelles. Sont également affichés (plus rarement) des objectifs sociaux mais aussi d’épanouissement personnel, de bien-être.

Que recouvre plus précisément pour les répondants le terme « sensibilisation des publics » ? Sous-tend-il l’idée de former le public de demain dans une visée « reproductive » des actions culturelles ?
Certains commentaires des focus ont mis en avant le fait que les projets en milieu scolaire permettaient aux élèves de faire des progrès dans d’autres disciplines (expression…) ; est-ce à dire que les compétences artistiques ne valent pas pour elles-mêmes ?

32Les projets proposés s’adressent surtout à un public scolaire et au grand public, moins souvent à des publics plus « ciblés ». Les quelques projets visant le très jeune public et les séniors témoignent d’une tendance à une amplitude grandissante de l’âge des personnes visées.

Comment ces actions culturelles sont-elles vécues par les principaux intéressés ? Comment se concrétisent les actions visant une « mixité sociale » et/ou une « mixité générationnelle » ?

33Dans leur immense majorité, les projets font appel à des artistes professionnels.

Quel est le parcours de ces artistes ? Comment sont-ils repérés ? Le cadre réglementaire dans lequel ils évoluent est-il adapté ?

34Un, ou des, partenaire(s) opérationnel(s) sont fréquemment associés aux projets, le plus souvent d’autres acteurs culturels, mais aussi le milieu scolaire, le secteur social. Ces projets font l’objet d’évaluation commune dans de nombreux cas.

À l’heure de la réforme des rythmes scolaires et de l’annonce récente du plan du ministère de la Culture Éducation artistique et culturelle, une priorité pour la jeunesse, l’on peut se demander quelle sera la place des musiques actuelles ?
Quelles sont les modes de co-construction des projets ? Quelles sont les méthodes d’évaluation utilisées ?

35Les collectivités territoriales sont les principaux financeurs qui allouent des aides spécifiques aux projets d’actions culturelles. Les fondations restent minoritaires dans le financement de ces projets.

Les projets sont-ils montés à la demande des collectivités ? Jusqu’où s’inscrivent-ils dans le projet politique des structures ? Jusqu’où permettent-ils de saisir des opportunités financières ?
Les demandes adressées à des fondations sont-elles peu nombreuses ou bien les projets déposés n’aboutissent-ils pas ?

36Si pour presque la moitié des répondants, il n’existe pas de permanent dédié aux actions culturelles, celles-ci étant organisées de façon transversale, pour l’autre moitié, un ou plusieurs postes dédiés aux actions culturelles ont été récemment créés mais ils apparaissent souvent polyvalents.

Quelle a été la motivation pour créer ces postes dédiés aux actions culturelles ? Quelles sont leurs attributions plus précises ? Quelles sont les compétences à l’œuvre ?

37Répondre à ces questionnements supposerait de recueillir des éléments qualitatifs complémentaires. Ces investigations pourraient prendre la forme de monographie et/ou de journal de bord permettant de suivre des actions dans le temps, in situ sur le terrain, de leur genèse jusqu’à leur terme en analysant les contraintes rencontrées et les solutions mise en œuvre (élaboration du projet, relations partenariales, financements, réalisations des actions, etc.), et surtout d’approfondir des problématiques identifiées en amont.

Sur la notion « d’action(s) culturelle(s) »

38Les informations recueillies dans le cadre de cette enquête auront permis d’objectiver par des chiffres « l’intuition » de la montée en puissance des actions culturelles au sein de nombreuses structures de musiques actuelles et de dégager les grandes caractéristiques de ces projets. Cependant, elles ne permettent pas d’aboutir à UNE définition de l’action culturelle en tant que telle, cette notion méritant d’être encore creusée.

39Au-delà des activités proposées, des publics visés, des partenaires associés, des financements mobilisés, des intervenants associés, au regard de l’hétérogénéité des pratiques, les actions culturelles semblent relever de postures, de processus qui cherchent à se déployer dans la durée, la réalisation effective de ces projets s’appuyant davantage sur une adaptation à chaque contexte local, qu’à l’application de modèles pré-établis.

40D’après les quelques éléments recueillis, les actions culturelles se situent à la croisée des chemins de la médiation culturelle, de l’éducation populaire, de l’éducation artistique, de l’accompagnement des pratiques amateurs, du développement culturel…

  • 11 États généraux de l’Action culturelle cinématographique et audiovisuelle, 2009.

41Des chercheurs pourraient être mobilisés pour clarifier ce terme « action culturelle » et tenter d’apporter une ou des définitions, exercice délicat car « toute définition prend le risque de figer, d’identifier de manière réductrice un mouvement dont le caractère protéiforme et l’absence de contours stricts font au contraire la force. Une définition trop précise risque d’enfermer dans des oppositions simplistes et démagogiques, mais aussi, plus concrètement, dans des tâches, des modes de relations avec d’autres organismes et des types de financement limitatifs »11.

  • 12 Programme de quatre années de recherche (2008/2012) consacrée à la médiation culturelle par la Fond (...)

42La difficulté semble être la même pour la notion de médiation culturelle : la conclusion d’un programme de recherche de quatre ans conduit en Suisse 12 est la suivante : « le terme générique et imprécis de médiation culturelle regroupe des pratiques fort diverses et est soumis à un processus constant de redéfinition ». Il fait l’objet d’appréciation diverses d’un pays à l’autre.

  • 13 Idem.

À propos de médiation culturelle13

« Des variations de sens s’observent d’un pays à l’autre »

« L’on trouve sous le terme de médiation culturelle, des offres culturelles aussi variées que des visites guidées, des ateliers, l’enseignement des matières artistiques à l’école et une multitude de projets impliquant les habitants sous des formes non conventionnelles.

Les frontières séparant la médiation culturelle de champs d’activité voisins comme l’animation socioculturelle, l’éducation, la formation ne sont pas toujours claires et des variations s’observent d’un pays à l’autre.

En Allemagne, c’est l’expression « éducation culturelle » qui s’est imposée, mettant l’accent sur la dimension d’apprentissage et de formation.

En France, dans les années 80, l’expression « médiation culturelle » était surtout liée au travail de relations publiques et à la transmission de connaissances.

À partir du milieu des années 90, apparaît une autre vision de la médiation culturelle, comprise moins comme une transmission de savoir que comme l’instauration de flux d’échanges entre le public, les œuvres, les artistes et les institutions. Il n’est pas question de combler les lacunes de compréhension, mais plutôt de les prendre comme points de départ d’un dialogue et d’une expérience esthétique.

Dans la terminologie anglo-saxonne, le mot « mediation » relève du domaine juridique et social de la gestion des conflits. Les structures parlent d’éducation pour désigner leur programme de médiation : « dance education », « concert education »… Ce terme tend à être remplacé par le terme de « learning », moins lié à l’idée d’instruction qu’à un processus de production et d’appropriation de connaissances.

Depuis le milieu des années 90, on emploie aussi l’expression « audience development » pour parler des actions dont l’objectif est avant tout d’augmenter et d’élargir le public.

« Community art » désigne depuis les années 60, des projets dans lesquels des artistes collaborent soit avec les habitants d’un quartier ou les projets dans lesquels les amateurs s’organisent eux-mêmes pour se livrer à des activités artistiques ».

Mettre en place des temps et espaces d’échanges au niveau national et européen

Via un site Internet ressources

43Envisagée au début de l’enquête, mais n’ayant pu se concrétiser dans le cadre de ce travail, la création d'un espace ressources sur les actions culturelles dans les musiques actuelles, sous forme d’un site Internet collaboratif, porté par les réseaux musiques actuelles reste d’actualité.

44Ce site Internet permettrait de poursuivre le travail de valorisation des initiatives (mise en ligne, par exemple, de fiches expériences et des focus recueillis), de partager diverses ressources susceptibles d’outiller les professionnels, de favoriser les échanges d’informations, de faciliter la connaissance des projets au niveau national voire international. Il n’est cependant pas certain que la seule « bonne volonté » des réseaux d’acteurs musiques actuelles, par la mise à disposition de leurs ressources propres, suffisent à concrétiser un tel outil.

Via des espaces d’échanges largement ouverts

45Via son comité de pilotage, cette enquête a fourni une occasion inédite, pour les réseaux impliqués et le ministère de la Culture, d’échanger et de travailler régulièrement sur ce sujet. Cette opportunité créée le temps d’une enquête a mis à jour un besoin important : il n’existe pas d’espace, au niveau national, permettant aux professionnels de pouvoir échanger, débattre, s’informer dans la durée et la régularité autour des actions culturelles dans les musiques actuelles. Des groupes de travail, commissions, listes de diffusion collaboratives par mail, ont pu être identifiés, mais restent « spécifiques » à chaque réseau.

  • 14 La synthèse des RNDEMA qui se sont tenues à Agen au Florida, les 11 et 12 avril 2013 est disponible (...)

46Les Rencontres Nationales des Démarches Éducatives dans les Musiques Actuelles qui se sont récemment tenues à Agen14 ont elles aussi pointé dans leurs conclusions le besoin d’échanges entre les différents types d’acteurs des Musiques Actuelles, mais aussi la nécessité de créer des passerelles avec d’autres acteurs culturels et avec les partenaires d’autres secteurs d’activités (établissements hospitaliers…) pour tenter de dégager les spécificités de ce secteur mais aussi les enjeux communs aux autres secteurs (lire encadré ci-dessous).

Les actions culturelles dans les musiques actuelles

Quelles spécificités ?

Bien que son objet ne soit pas de mener une étude comparative transdisciplinaire, cette enquête apporte quelques éléments (non exhaustifs) sur des enjeux qui semblent communs (sensibiliser, faire pratiquer…). Certaines des difficultés énoncées apparaissent comme des problématiques récurrentes aux autres disciplines artistiques et à l’action sociale également (question de la mobilisation des publics, de l’implication des différents partenaires…).

Quelques « particularités » peuvent toutefois être observées : l’enjeu de santé publique (lié notamment à la prévention des risques auditifs), l’accent mis sur la découverte du secteur professionnel, le rapport aux artistes qui semble compter autant que le rapport à l’œuvre, le positionnement face aux formatages de l’industrie musicale (qui existe aussi pour le cinéma).

Une autre spécificité peut être relevée : malgré des avancées, on observe certaines réticences à l’entrée des musiques actuelles dans l’Éducation Nationale, elles ne semblent pas encore avoir acquis la même « légitimité » (auprès de certains parents et enseignants) qu’une discipline comme le théâtre par exemple.

D’autre part, le secteur des musiques actuelles, tout comme l'ensemble des secteurs culturels, ne bénéficie pas de dispositifs nationaux institués, à l'exception de "l'éducation à l'image" (« École et cinéma », « Collège au cinéma » ou encore « Lycéens et apprentis au cinéma »).

On peut néanmoins noter que des dispositifs départementaux existent comme Zebrock au Bahut en Seine Saint-Denis et plus récemment le projet départemental fédérateur autour des musiques actuelles dans les Yvelines. À signaler également, les dispositifs soutenus par les conseils régionaux Musiques actuelles au lycée en Aquitaine (depuis 2005), Musiques actuelles au lycée en Ile-de-France (depuis 2011)…

  • 15 Les réponses apportées par des coordinateurs de réseaux et/ou certains de leurs membres ne sont pas (...)

47Favoriser les échanges apparaît indispensable pour confronter les différentes « visions » des actions culturelles. Lors de cette enquête, les réseaux partenaires15 ont été invités à s’exprimer sur le sujet (lire encadré suivant). Leurs points de vue (recueillis dans ce cadre particulier) se complètent mais traduisent aussi des différences d’approche qu’il conviendrait de creuser : certains semblent mettre en avant une « logique d’accès » des publics à des équipements culturels et s’appuyer sur la notion de médiation entre une œuvre et des publics ; d’autres se démarquent de la « conquête des publics » (utilisant d’ailleurs plus volontiers le terme de « populations » que celui de « publics ») et font référence aux valeurs de l’éducation populaire.

À propos d’action culturelle

Des nuances dans l’approche des différents réseaux musiques actuelles

« L'action culturelle dans les musiques actuelles réunit les projets qui visent à la stimulation, la promotion et l'accessibilité auprès des publics potentiels, dans le souci de favoriser la découverte, le partage et l'accessibilité de la création des scènes émergentes ».

« L’action culturelle se traduit par des actions originales selon le projet global du lieu, mais peut se résumer assez simplement en la médiation entre une œuvre (musicale dans notre secteur) et un public spécifique. Ces actions se traduisent par la formation, la sensibilisation, la découverte et la création d’un lien particulier et privilégié entre l’artiste accueilli sur le territoire et les habitants de ce dernier ».

« Les actions culturelles traduisent cette volonté de parvenir à des modes de relation avec le public qui ne soient pas uniquement caractérisés par la "consommation" de spectacles. Elles inventent d'autres modalités de rencontre entre des publics et des artistes et impliquent une co-construction des projets avec les différentes parties prenantes. Enfin, les actions culturelles consistent pour la structure à se tourner vers l'extérieur et à aller au-devant des publics ».

« L'action culturelle est un processus visant à mettre en place les conditions favorables permettant à tout individu (ou groupes d'individus) quelle(s) que soi(en)t sa (leur)s condition(s), d'accéder à toutes découvertes et pratiques culturelles et artistiques ».

« L'action culturelle, c'est la mise en place d'actions visant à favoriser l'accès à l'art, et notamment à la "pratique" artistique, à destination de tous les publics, quels que soient leur âge ou leur situation, sans condition ou pré-requis, et tout particulièrement à destination de ceux qui ne franchissent pas spontanément les portes des structures culturelles. Les projets d'action culturelle visent à permettre à tous la découverte des musiques actuelles, et de pratiquer, de s'investir dans une pratique artistique. Ils créent également les conditions de la rencontre, de l'échange et valorisent le développement du lien social, la mixité culturelle, sociale et générationnelle, l’implication citoyenne… »

« Dans un contexte de marchandisation croissante, l’action culturelle lutte contre les tendances à la consommation facile et propose au citoyen des alternatives aux standards musicaux commerciaux. Créant les conditions de la rencontre entre des artistes et des publics, elle constitue un acte politique pour préserver un îlot de résistance à l’économie de marché de l’industrie du disque ».

« L’action culturelle demande à être connectée à un projet artistique fort. Pour autant, c’est la programmation qui doit être au service de l’action culturelle et non l’inverse. Parce que toutes les productions et démarches artistiques ne se valent pas, les personnes en charge des projets d’action culturelle doivent travailler en lien étroit avec des professionnels de la programmation tout en étant en contact avec des professionnels de l’action sociale ».

« L’action culturelle consiste à la mise en place d'actions plus au moins longues cherchant à aller vers les personnes éloignées des structures culturelles et artistiques pour provoquer des rencontres et favoriser des échanges variés par la musique, créer et raviver du lien social par la pratique collective, permettre à chaque individu de s'épanouir à travers la pratique artistique ».

« L’action culturelle n’est pas liée à la conquête des publics. Il s’agit davantage d’une sensibilisation notamment envers les publics les plus jeunes à la réalité de ce qu’est la musique aujourd’hui : différentes formes esthétiques ; modes d’appropriation et d’apprentissage ; rôle des industries, des médias, d’internet ; dimension sociale de la musique, les lieux du spectacle vivant ; parcours d’un groupe ; histoire des courants musicaux, les liens de filiation et de rupture entre ces courants (dimension patrimoniale). En s’appuyant sur les points de vue de ces publics, il s’agit d’analyser le monde de la musique dans lequel ils vivent sans imaginer qu’il y a tout à construire et que ces dimensions sont étrangères à leur connaissance (philosophie de l’éducation populaire) ».

« L'action culturelle relève d'une dynamique partagée, d'une interaction entre un projet culturel, un territoire et sa population, sous-tendue par des valeurs d'éducation populaire. Elle s'incarne via des partenariats et projets qui, favorisent, dans la durée, l'échange, l'ouverture aux autres, l'accessibilité à différentes cultures, la découverte de pratiques artistiques et la construction commune via le vecteur culturel. L'action culturelle place l'ensemble des parties prenantes (population, artistes, animateurs, médiateurs, ...) en situation d'acteur, elle tend notamment à favoriser le développement, la formation, l'autonomie, la curiosité, le sens critique, l'imaginaire et l'expression des personnes. Ces actions culturelles peuvent être construites et mises en place pour des populations, avec des populations et/ou par des populations. Elle permet ainsi par les rencontres, la pratique et l'expérience individuelle et collective, une meilleure compréhension de notre environnement, de notre rapport aux autres, voire de nous-mêmes ».

48Ces nuances illustrent sans doute la diversité des approches des répondants et semblent conforter la terminologie «les actions culturelles» au pluriel plutôt que «l’action culturelle» au singulier. Elles soulignent, de plus, la complexité d’arrêter une définition consensuelle, validée par tous.

Des prolongements au niveau européen

49Les questions d’actions culturelles, d’éducation artistique sont présentes également en Europe. Une institution comme la Commission Européenne s’est récemment emparée de la notion de « développement des publics » (audience development) et l’a inscrite comme des priorités du nouveau programme Europe créative. En Suisse, un symposium lancé en 2010 a abouti à la rédaction du manifeste Arts&Education (lire encadré).

Exemple d’initiative nationale

Extrait du manifeste Arts&Education en Suisse

« L’éducation culturelle et artistique développe la sensibilité, la capacité de création, d’expression et de communication des enfants et des jeunes : un atout majeur pour construire, aujourd’hui et demain, des relations novatrices et fructueuses avec le monde qui les entoure.

L’éducation artistique et culturelle permet la rencontre avec l’ensemble des patrimoines matériels et immatériels et avec la création sous toutes ses formes – savantes ou populaire, individuelle ou collective, d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs.

Les arts vivants, c’est Molière autant que Tokio Hotel, les marionnettes traditionnelles indonésiennes autant que le cirque, West Side Story autant que la danse conceptuelle. La littérature et la poésie, c’est aussi les mangas et le rap. Les arts plastiques, c’est Vermeer et c’est Basquiat.

Le design, les arts numériques, le conte, le cinéma relèvent de l’éducation artistique et culturelle au même titre que l’architecture, la calligraphie ou la photographie ».

Plusieurs réseaux musiques actuelles ont commencé à mettre en œuvre des échanges avec d’autres pays sur cette thématique comme le Live DMA. Ce réseau européen de lieux et festivals de musiques actuelles a porté le projet Musication (Music & Education) qui a permis à des professionnels d’Espagne, France, Belgique/Wallonie, Pays Bas et Portugal, de se rencontrer pendant deux ans, de comparer les contextes nationaux, d’échanger les expériences, les « bonnes pratiques » et de développer des outils communs, notamment une base de données sur les différents projets. De telles initiatives sont intéressantes à suivre pour ne pas limiter le débat à une approche « franco-française ».

Des pistes à explorer pour prolonger et compléter ce travail

50En synthèse des différents points qui viennent d’être abordés dans cette conclusion et afin de poursuivre la dynamique enclenchée par ce travail de connaissance des actions culturelles portées par les structures de musiques actuelles, il paraîtrait particulièrement intéressant :

  • de poursuivre l’observation des projets d’actions culturelles,

  • d’entretenir au niveau national une réflexion permanente sur les pratiques culturelles,

  • de mettre à disposition des ressources pour les professionnels en charge de ces actions (fiches projets, méthodologies, documentation, repérage de formations …),

  • de fédérer les initiatives, d’encourager les échanges de pratiques,

  • d’envisager la mise en place de dispositifs et/ou des programmes auxquels les opérateurs de terrain pourraient prétendre,

  • de relier et mettre en cohérence les espaces existants (groupes de travail des fédérations de collectivités, CANOPÉEA, Collectif pour des Assises Nationales Ouvertes sur les Pratiques, l’Éducation et les Enseignements Artistiques…)

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 La FEDELIMA rassemble depuis le 1er janvier 2013 les adhérents des deux fédérations qu’étaient, au moment de l’enquête, La Fédurok et la Fédération des Scènes de Jazz (FSJ). Une présentation détaillée des réseaux est disponible en annexe du rapport « Résultats détaillés » de l’enquête.

2 Bureau de l'éducation artistique et des pratiques amateurs et DGCA, direction générale de la création artistique.

3 L’association OPALE a été créée en 1988 pour soutenir, outiller et valoriser les associations artistiques et culturelles impliquées dans des démarches d’économie solidaire, de développement local, d’utilité sociale. Depuis 2004, OPALE est missionnée pour jouer un rôle de ressource sur la filière culture pour un dispositif national de soutien à l’emploi associatif, le DLA, Dispositif Local d’Accompagnement.

4 L’ensemble des réseaux musiques actuelles participants réunissent au total 387 structures sur l’ensemble du territoire français.

5 La liste des représentants du comité de pilotage se trouve au début du présent document.

6 Les fiches « Focus », triées par thèmes, régions administratives et réseaux participants sont accessibles via un lien hypertexte en annexes.

7 Le questionnaire a été rempli principalement par des directeurs ou co-directeurs de structures (35,4 % des cas) et des personnes occupant les fonctions de chargé ou responsable d’action/animation/médiation culturelle (20,8 % des cas).

8 Cf. la partie « Annexes » du présent document.

9 Le séminaire sur les pratiques d’action culturelle organisé par le collectif RPM (Chelles, février 2012) et les Rencontres Nationales des Démarches Éducatives dans les Musiques Actuelles (Agen, avril 2013).

10 Rappelons que les répondants ne sont pas représentatifs de l’ensemble du « secteur » des musiques actuelles et qu’ils ne sont pas nécessairement représentatifs de l’ensemble des membres des réseaux impliqués dans ce travail, cf. partie « Détail des profils des répondants ».

11 États généraux de l’Action culturelle cinématographique et audiovisuelle, 2009.

12 Programme de quatre années de recherche (2008/2012) consacrée à la médiation culturelle par la Fondation pro Helvetica (Suisse).

13 Idem.

14 La synthèse des RNDEMA qui se sont tenues à Agen au Florida, les 11 et 12 avril 2013 est disponible en annexe de ce document.

15 Les réponses apportées par des coordinateurs de réseaux et/ou certains de leurs membres ne sont pas directement connectées aux projets recensés dans l’enquête.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://volume.revues.org/docannexe/image/3982/img-1.png
Fichier image/png, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Collectif, « Actions culturelles et musiques actuelles », Volume ! [En ligne], mis en ligne le 25 avril 2014, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://volume.revues.org/3982

Haut de page

Auteur

Collectif

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page