Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Expositions

« David Bowie is », au Victoria & Albert Museum

Sound and Vision ou le musée en chantant
“David Bowie is” at the Victoria & Albert Museum. Singing in the Museum
Nadia Fartas
p. 221-223

Entrées d'index

Mots clés :

exposition / musée

Keywords :

exhibit / museum

Genre musical :

glam rock, pop music

Artiste :

Bowie (David)
Haut de page

Texte intégral

Exposition du 23 mars au 11 août 2013. Commissariat de Victoria Broackes et Geoffrey Marsh.

1À l’écoute de la bande son – un audioguide musical sensible à nos déplacements physiques mais suffisamment discret pour nous emboîter le pas –, la visite de l’exposition « David Bowie is » est jubilatoire, tant pour les connaisseurs du « monde Bowie », que pour ceux qui découvrent l’artiste. L’énergie d’une oeuvre toujours en devenir cohabite avec une légère nostalgie. L’exposition s’ouvre sur des notes de l’album Outside (1995), et l’on peut y lire cette conception de l’art : « All art is instable. […] There is no authoritative voice. There are only multiple readings. » L’oeuvre polymorphe de Bowie réside notamment dans cette invitation à penser l’art comme polyphonie et comme lieu de transformations. Entre chronologie et thématiques, l’exposition ne s’attarde pas sur des reconstitutions biographiques et entre directement dans le vif de la culture des années 1960-70 au Royaume-Uni. La scénographie qui joue sur les emboîtements, sur la proximité avec les objets et les textes, éloigne toute tentation idolâtre au profit d’un parcours artistique, esthétique et culturel. En accord avec la vocation patrimoniale du musée dédié aux arts décoratifs, la scénographie privilégie ainsi l’exposition des costumes sur mesure (de F. Buretti, N. Korniloff, K. Yamamoto…) et l’on découvre un corps fluet, élastique, androgyne, corps dansant et chantant de Ziggy Stardust, Aladdin Sane, entre rock, pop, glam, musiques électroniques, album concept. Ces costumes audacieux sont autant de balisages, de points de condensation – en creux – de cette esthétique où s’inventer soi-même et inventer des formes artistiques, plurielles, et de collaboration (B. Eno, I. Pop, L. Reed) sont une seule et même face, offerte autant à la communauté artistique expérimentale qu’au public des tournées et à celui d’une large production discographique. Chaque personnage construit une forme d’adresse au public, une recherche musicale singulière, résolument à l’inverse du spectaculaire qui tourne à vide, comme le montre un choix de captations. 

2Bowie est auteur, compositeur, interprète, musicien, comédien, producteur, et cette implication dans toutes les phases de la création, cette forme de maîtrise de son oeuvre et de son image, demandent un ajustement constant, au coeur d’une subtile intrication, a contrario d’un culte de soi. Si le choix scénographique oriente l’exposition dans une profusion quelque peu étourdissante d’images et d’objets, il permet cependant d’appréhender une pensée qui tend à l’identité comme pluralité, comme puissant moteur de création artistique, plutôt qu’à la ligne de conduite. Un petit film de 1969, « The Mime », vient pointer les limites de la métamorphose liées à celles de la célébrité, thème présent dans l’oeuvre de Bowie. Le masque, social, reste fixé au visage du personnage. Ce joli film nous laisse également attentifs à la gestuelle de Bowie, à ses talents de comédien. Le personnage du Pierrot, dont le mutisme originel exprime l’écart entre le geste, le son et le chant, apparaît ainsi dans l’oeuvre du compositeur. Entre humour et expérience du gouffre, il est en dialogue avec Major Tom, perdu dans l’infini, qui contemple la terre de l’espace (Space Oddity, 1969). La « cabine » Space Oddity constitue un premier pas dans le parcours de l’exposition, tel un point de départ vers les métamorphoses à venir, les « sauts » d’un monde à l’autre, que le titre même de l’exposition – titre ouvert aux possibles et aux paradoxes – traduit.

La variété des objets présentés relègue à l’arrière-plan la présence un peu désuète des mannequins et les interférences sonores qui contraignent parfois le parcours. Cette voix singulière arrive à prendre la mesure d’un espace muséal qui aurait pu bénéficier de plus de lumière. On peut également regretter que certains vidéoclips – des pièces qui font autant partie de l’histoire de la musique que de celle des images – n’aient pas été montrés, et ce, dans des conditions de diffusion classique (fauteuils, écran), au même titre que les extraits de films projetés dans une petite pièce dédiée. 

3L’exposition fut rapidement sold out, ce qui témoigne de l’événement qu’elle suscite au Royaume-Uni et au-delà, mais le musée délivrait chaque matin une centaine de billets pour un public très divers, sans primauté générationnelle, sensible au lieu accueillant qu’est le Victoria and Albert Museum. La richesse de l’exposition et de la publication contribue à ne pas considérer « David Bowie is » comme une rencontre, simpliste, entre deux mondes, l’un relevant d’une culture pop-rock et musicale, et l’autre d’une culture « chic » et muséale. En suivant cette histoire des formes et des costumes, il s’agit précisément de montrer l’originalité et l’importance d’une oeuvre – exigeante et inquiétante, élégante et subversive, drôle et déroutante –, au-delà du médium. On attend avec curiosité la venue de l’exposition à la Cité de la musique à Paris au printemps 2015, où sera peut-être présentée la fameuse course de Denis Lavant sur Modern Love.

Haut de page

Bibliographie

Broakes Victoria & Marsh Geoffrey (eds) (2013), David Bowie Is, V & A Publishing ; David Bowie est le sujet, traduit de l’anglais par Pascal Loubet, Paris, Michel Lafon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Fartas, « « David Bowie is », au Victoria & Albert Museum », Volume !, 10 : 2 | 2014, 221-223.

Référence électronique

Nadia Fartas, « « David Bowie is », au Victoria & Albert Museum », Volume ! [En ligne], 10 : 2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://volume.revues.org/4039

Haut de page

Auteur

Nadia Fartas

Nadia Fartas poursuit des recherches de doctorat en littérature et arts (XIXe siècle) à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales où elle a été chargée d'enseignement. Ses travaux portent sur les formes et les pensées du changement dans la littérature et les arts (XIXe-XXIe siècle), sur les poétiques de la traduction et de la transmission, sur les relations entre littérature, arts et sciences sociales en portant un intérêt particulier aux croisements avec l’esthétique. Elle a collaboré avec plusieurs institutions dans le cadre de projets d'éditions, de politiques culturelles, d'expositions et de spectacle vivant.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page