Navigation – Plan du site
Dossier

Les valeurs de la création chorégraphique ouest africaine

The Values of West African Choreographic Creation
Sarah Andrieu
p. 89-111

Résumés

La création chorégraphique ouest-africaine met en jeu des appropriations d’esthétiques et d’imaginaires croisées, des rencontres et frictions entre des artistes européens et africains. Elle constitue ainsi un laboratoire particuliè !rement stimulant pour analyser des logiques créatives souvent designées par l’expression floue de « metissage artistique ». Pour saisir ces pratiques de creation dans leur complexité, cet article propose d’appréhender les valeurs qui guident les chorégraphes ouest-afri- cains d’hier et d’aujourd’hui, dans la sélection des matières gestuelles et leur réélaboration créative. Cette perspective permettra de comprendre la diversité des manières d’innover en même temps que leur inscription dans un héritage.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Genèse d’un passage à la scène : la mise en « ballets » des danses traditionnelles
Vers un passage à l’art : Mudra Afrique et la technique Acogny
« On ne peut pas créer sans rétroviseur »
Métamorphoser les danses traditionnelles
« Chacun a une danse à inventer »
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’appropriation de formes, d’imaginaires, de sons et de gestes issus de cultures éloignées dans le temps ou dans l’espace forme une part importante des processus créatifs occidentaux. L’un des exemples les plus connus est certainement celui du « mouvement primitiviste » transmuant l’art dit « nègre » en source d’inspiration majeure pour les artistes du début du XXsiècle. Au cours des dernières décennies, l’intensification des dynamiques circulatoires couplée à des logiques créatives qui valorisent le fragmentaire et l’hybride ont affermi cette tendance. Ces appropriations, fondées sur les paradigmes du métissage et de l’interculturel, furent tantôt analysées sous le signe d’une reconnaissance de ces arts d’ailleurs par l’Occident (Goldwater, 1938 ; Rubin, 1984) tantôt comme des collectes s’apparentant à du pillage (Clifford, 1996). Sans revenir sur les termes de ce débat, notons que ces études ont, en large majorité, ignoré les processus inverses par lesquels des artistes non occi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Andrieu, « Les valeurs de la création chorégraphique ouest africaine », Volume !, 10 : 2 | 2014, 89-111.

Référence électronique

Sarah Andrieu, « Les valeurs de la création chorégraphique ouest africaine », Volume ! [En ligne], 10 : 2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://volume.revues.org/4042 ; DOI : 10.4000/volume.4042

Haut de page

Auteur

Sarah Andrieu

Sarah Andrieu est anthropologue de la danse, membre de l’Institut d’étude des mondes africains (IMAf) et actuellement ATER au département des Arts de l’Université de Nice (Section danse). Après avoir soutenu une thèse de doctorat sur les politiques culturelles et le processus de mise en spectacle des « danses traditionnelles » au Burkina Faso (2009), elle a obtenu un post-doct dans le cadre du projet ANR « GLOBAMUS ». Création musicale, circulation et marché d’identités en contexte global » (coordonné par Emmanuelle Olivier) où ses recherches ont porté sur le champ de la « danse contemporaine » au Burkina Faso, notamment sur les nouveaux imaginaires qui se déploient dans les spectacles de danse solo et sur les circulations d’esthétiques et de savoirs entre l’Europe et l’Afrique de l’Ouest.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page