Navigation – Plan du site
Dossier

Voler, donner, transmettre

Propriété et appropriation chez les artistes de ballet du Mali
Steal, Give, Pass on. Property and Appropriation among Malian Ballet Artists
Élina Djebbari
p. 173-193

Résumés

Au Mali, les artistes des troupes de ballet se réfèrent en premier lieu à la notion de tradition pour évoquer leurs sources d’inspiration. Ce discours cache souvent un travail complexe de transformation et de réappropriation, attribuable à des individus bien définis. C’est cette ambivalence entre patrimoine collectif et ressource individuelle qui nourrit le processus de création des pièces de ballets, peu propice à des réglementations claires en termes de droit d’auteur. Le « vol des pas » et le « vol des rythmes » sont des pratiques répandues dans ce milieu, chacun pouvant voler et être volé, la condition étant de transformer son « butin » pour en proposer une création originale. En contrepartie, certains artistes reconnus peuvent « donner » mouvements, musiques et thèmes, à charge pour ceux qui les reçoivent de ne pas s’en approprier l’invention ou d’en proposer une contrepartie financière. La récurrence de l’utilisation de ces vols comme ressort créatif se révèle d’autant plus problématique lorsqu’il s’agit des pièces produites pour la Biennale Artistique et Culturelle qui deviennent à la fois patrimoine national et propriété du Ministère de la Culture. Dans cet article, je montrerai au final comment les usages locaux de cette pratique artistique entraînent les artistes de ballet à s’accommoder, mais aussi à manipuler, ces notions de droit d’auteur et de propriété artistique, entre code moral informel et législation officielle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le « vol » comme pratique inhérente à la création
La matérialisation du vol : l’enregistrement et la nécessité de la transformation
Une alternative au vol : le don
Les différentes étapes du processus d’appropriation
Le vol à l’épreuve du cadre institutionnel
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au Mali, le genre musico-chorégraphique du ballet s’est constitué au début des années 1960, au moment de l’indépendance du pays, lorsque le Ballet National a été créé. Le répertoire de cette formation, qui devait représenter l’ensemble des expressions musicales et chorégraphiques des populations du Mali, a fait en réalité l’objet d’un remodelage et d’une adaptation au format de la scène occidentale. Paradoxalement, cette mise en scène de pratiques locales relevait dans le même temps d’une opération conjointe de mise en patrimoine et de mise en tradition. De ce fait, le répertoire du Ballet National est devenu un véritable corpus patrimonial pour les nouvelles générations de danseurs et de musiciens formant les troupes privées qui se sont beaucoup développées depuis la démocratisation du pays en 1991. Tout en fondant largement leur répertoire sur celui du Ballet National, elles supplantent aujourd’hui la formation étatique et tentent de s’insérer dans un réseau artistique globalisé e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élina Djebbari, « Voler, donner, transmettre », Volume !, 10 : 2 | 2014, 173-193.

Référence électronique

Élina Djebbari, « Voler, donner, transmettre », Volume ! [En ligne], 10 : 2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://volume.revues.org/4047 ; DOI : 10.4000/volume.4047

Haut de page

Auteur

Élina Djebbari

Élina Djebbari a obtenu son doctorat d’ethnomusicologie à l’EHESS (Paris). Elle travaille sur les processus de construction d’une identité nationale au Mali en lien avec la patrimonialisation et la spectacularisation de pratiques musicales et chorégraphiques dites « traditionnelles », à travers les troupes de ballets (Ballet National et troupes privées). Elle a également participé au programme ANR « Création, Circulation et marchés d’identités en contexte global » (2009-2013, coord. E. Olivier), et au projet FSP Mali contemporain (IRD-MAE) (2010-2013, coord. G. Holder et M. Sow). Elle est actuellement post-doctorante au King’s College de Londres dans le cadre du projet « Modern Moves : Kinetic Transnationalism and Afro-Diasporic Rhythm Cultures » (coord. Jahanara Kabir), financé par le Conseil Européen de la Recherche.
mail 1, mail 2

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page