Navigation – Plan du site
Dossier

Le rap prédicateur islamique au Sénégal : une musique « missionnaire »

Islamic Preaching Rap in Senegal: a “Missionary” Music
Abdoulaye Niang
p. 69-86

Résumés

La dynamique du rap sénégalais qui clame son aptitude à « parler de tout » semble tout naturellement la préparer à une rencontre inévitable avec l’islam – religion localement majoritaire – doté d’une logique fortement totalisante, et qui « s’occupe de tous les aspects » de la vie de l’individu ainsi que de la communauté. Contre-nature et inopportune ou salvatrice selon différentes conceptions, cette cohabitation a pourtant toujours été présente, mais la nouveauté réside surtout dans la proportion remarquable qu’elle prend. Au-delà du rapport dialogique entre hip hop « Galsen » et « international », de cette hybridité entre sacré et profane, la présence montante du « rap prédicateur islamique » – lui-même traversé par diverses tendances – illustre non seulement l’ancrage du hip hop dans la trame locale des rapports sociaux, mais permet également de procéder à une relecture du rôle du MC et même de la musique plus généralement dans le façonnement des opinions.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Émergence du Hip-Hop au Sénégal
Cadre théorique
La sécularisation du sacré à travers l’extension de l’autorité (« polynucléarisation ») et des lieux (« polytopie »)
Le rap prédicateur entre marketing musical, business et engagement
Conclusion

Aperçu du début du texte

Arrivé au milieu des années 1980, le hip-hop est aujourd’hui largement implanté au Sénégal, surtout à Dakar, la capitale. Il a fait cependant l’objet d’un fort rejet, notamment de la part des adultes qui le considéraient comme une imitation ridicule de l’Occident. Si, depuis ses origines, le hip-hop sénégalais a été marqué par une prédilection pour des thèmes comme le hip-hop lui-même, la pauvreté, la politique, la débrouillardise des jeunes, etc., depuis quelques années, la religion y est plus présente. À partir d’une enquête que j’ai menée en 2008-2009 auprès de 175 rappeurs basés à Dakar, il apparaît qu’elle fait partie des 10 thèmes les plus évoqués (Niang, 2010b : 141-147). C’est l’emploi de cette thématique islamique dans les tracks (morceaux) de rap que je propose de désigner sous l’expression rap prédicateur. Hormis le fait que la dimension prédicatrice soit présente dans d’autres contextes nationaux, comme en France ou aux États-Unis, et en plus des interrogations habituell...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdoulaye Niang, « Le rap prédicateur islamique au Sénégal : une musique « missionnaire » », Volume !, 10 : 2 | 2014, 69-86.

Référence électronique

Abdoulaye Niang, « Le rap prédicateur islamique au Sénégal : une musique « missionnaire » », Volume ! [En ligne], 10 : 2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://volume.revues.org/4053 ; DOI : 10.4000/volume.4053

Haut de page

Auteur

Abdoulaye Niang

Le Pr. Abdoulaye Niang est enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal, UFR des Civilisations, Religions, Arts et Communication. Il y dirige le département des Métiers des Arts et de la Culture. Il s’intéresse entre autres aux cultures urbaines, aux usages sociaux des TIC, aux théories et méthodes en sciences sociales.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page