Navigation – Plan du site
Dossier

Droits d’auteur vs usages locaux de l’autorité

Réflexion à partir d’une K7 de louanges islamiques au Mali.
Copyright vs. Local Uses of Authority. Thoughts Based upon an Islamic Praise Tape in Mali
Emmanuelle Olivier
p. 151-171

Résumés

En 2009, Konou Drambé, cadet d’une grande famille maraboutique de Djenné (Mali) sort une première K7 audio de louanges islamiques maduhu. À Djenné, cette K7 crée immédiatement une polémique : Drambé est accusé d’usurpation d’autorité et de déni de filiation. Mais que révèle vraiment cette K7 et la polémique qu’elle a suscitée ? Ce texte pose la question des différents régimes d’autorité exercés sur ces louanges religieuses, usages locaux (anciens ou récents) vs législation nationale, en montrant toutes les tensions, mais aussi les accommodements et même les innovations, que la coexistence de ces différents régimes génère.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Une première K7 de maduhu de Djenné et une polémique
La genèse d’Ulamahi
Du domaine privé à la « chose publique »
Usages locaux de représentation et de reproduction
Auteur vs « régimes d’autorité »
Retour à la K7 litigieuse

Aperçu du début du texte

Une première K7 de maduhu de Djenné et une polémique

En 2009, Konou Drambé, cadet d’une grande famille maraboutique de Djenné (Mali) sort une première K7 audio de louanges islamiques maduhu, intitulée Djenné Karamôkô-ou (« Les maîtres coraniques de Djenné »).

Au préalable, rappelons que les maduhu (de l’ar. madh ou madih) constituent un vaste répertoire de louanges islamiques adressées au prophète Muhammad et à ses médiateurs (saints, cheikhs), mais aussi aux souverains et autres gens de pouvoir. Genre très répandu dans le monde musulman soufi depuis plus d’un millénaire, au Mali il est considéré comme la marque du savoir poétique et musical des villes bénies, Djenné et Tombouctou. Anciens ou plus récents, canoniques ou circonscrits à une famille maraboutique particulière, les maduhu portent chacun le sceau d’un maître ou d’un élève coranique, qui a « écrit » (wallafi) le poème et/ou « fabriqué » (hinsa) la « voix » (jinde). Peu de maduhu sont donc anonymes. Aux noms des maîtres et de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Olivier, « Droits d’auteur vs usages locaux de l’autorité », Volume !, 10 : 2 | 2014, 151-171.

Référence électronique

Emmanuelle Olivier, « Droits d’auteur vs usages locaux de l’autorité », Volume ! [En ligne], 10 : 2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://volume.revues.org/4060 ; DOI : 10.4000/volume.4060

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Olivier

Emmanuelle Olivier est ethnomusicologue, chargée de recherche au CNRS, membre du Centre de Recherche sur les Arts et le Langage (CRAL-CNRS-EHESS) et enseignante à l’EHESS. Ses recherches, menées en Afrique australe (1993-2003) puis en Afrique de l’ouest (depuis 2001), portent sur les musiques d’une part dans leurs liens avec la mémoire et les temporalités, d’autre part dans leurs aspects de création, de circulation et de patrimonialisation. Elle a coordonné le programme ANR « Création musicale, circulation et marché d’identités en contexte global » (GLOBAMUS, 2009-2013) et participe actuellement au programme ANR « De la discomorphose à la numérimorphose. Impact du virage numérique sur la formation des goûts et les usages de la musique au quotidien » (2013-2016, coord. P. Le Guern). Son dernier ouvrage s’intitule Musiques au monde. La tradition au prisme de la création, Sampzan, Delatour, 2012.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page