Navigation – Plan du site
Dossier

Créativité, globalisation et musique

Creativity, Globalization and Music
Martin Stokes
p. 29-45
Cet article est une traduction de :
Creativity, Globalization and Music

Résumés

La théorie de la globalisation a été – bien qu’implicitement – fortement concernée par la question de savoir dans quelle mesure la globalisation accroît ou, à l’inverse, entrave la créativité culturelle. Les débats sur la world music relèvent de la même préoccupation. Ces débats – groupés ici autour des trois notions d’« Impérialisme culturel », d’« Hybridité » et d’« Authenticité » et des études de cas provenant d'Afrique du Nord et d’Afrique de l'ouest – montrent une anxiété persistante face à ce qui relèverait de « la vraie créativité » par opposition à « l'imitation », « la traduction », « la grisaille culturelle », ou « la bureaucratisation ». Ces catégories élaborées pour décrire les diverses sortes de transmission culturelle sont idéologiquement connotées, et reposent de manière assez évidente sur des valeurs esthétiques occidentales. Mais elles sont remises en question par de nombreuses nouvelles pratiques culturelles associées à la globalisation. Dans ce texte, je montre que la tâche du discours sur la world music consiste pour l’essentiel à exercer une contre-pression, dans le sens où il entretient certaines des caractéristiques essentielles de l’idéologie esthétique occidentale. Ma dernière étude de cas – une brève discussion de Charles Perrault dans le Parallèle des Anciens et des Modernes – nous rappelle que ce je décris ici comme « le discours de la world music » a une longue histoire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Première rencontre coloniale
World music
La distribution de la créativité
Hybridité, migration et fusion : une perspective critique
Conclusion : Pour penser la « créativité » dans une perspective globale

Aperçu du début du texte

L’emprise poststructuraliste sur la notion d’auteur d’un côté et le mythe romantique du génie de l’autre ont fortement freiné la discussion sur la « créativité » depuis quelques décennies. Celle-ci a été mise à l’écart des débats académiques, tout particulièrement dans les sciences sociales. Les hautes valeurs attachées à la « créativité » et aux « industries créatives » se sont pourtant maintenues au sein des économies occidentales, malgré la crise qu’elles connaissent (Hesmondhalgh & Baker, 2011). Dans ce texte, j’envisage la question de la « créativité » du point de vue de la globalisation et de la théorie post-coloniale.

Le concept de créativité a une histoire complexe. Largement issu des Lumières, il intègre les conceptions classiques de poesis et de mimesis, plus tard reprises par les théologies monothéistes. De fait, dans un grand nombre de traditions monothéistes, Dieu seul est considéré comme capable de « création », tandis que l’homme se contente d’imiter. Ces capacités ont...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Stokes, « Créativité, globalisation et musique », Volume !, 10 : 2 | 2014, 29-45.

Référence électronique

Martin Stokes, « Créativité, globalisation et musique », Volume ! [En ligne], 10 : 2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://volume.revues.org/4069 ; DOI : 10.4000/volume.4069

Haut de page

Auteur

Martin Stokes

Martin Stokes a enseigné à Queen's University de Belfast, à l’Université de Chicago et à l’Université d’Oxford. Il occupe actuellement la chaire de King Edward Professor of Music à King's College, London. Il a écrit de nombreux articles et ouvrages sur la théorie et l’histoire de l’ethnomusicologie, mais son terrain principal est la musique du Moyen Orient. Son ouvrage le plus récent, The Republic of Love: Cultural Intimacy in Turkish Popular Music, une étude sur la politique des affects et de la civilité, a été publié en 2010 par University of Chicago Press. Martin Stokes est membre de la British Academy.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page