Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Fabien Hein, Do It Yourself : Autodétermination et culture punk

Alain Mueller
p. 233-235
Référence(s) :

Fabien Hein, Do It Yourself : Autodétermination et culture punk, Congé-sur-Orne, Le Passager Clandestin, 2012

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Fabien Hein se propose d’aborder l’histoire de la « culture punk » par le biais de son mode privilégié de production, le Do It Yourself (DIY), littéralement « fais le toi-même », qui participe d’une forme d’autodétermination et de débrouillardise revendiquée visant à échapper au contrôle du système « dominant » de production des bien culturels, notamment à celui des majors. Et, symétriquement, d’aborder le DIY et les questions que ce mode entrepreneurial soulève d’un point de vue sociologique par le biais de la « culture punk » et de son histoire. Ni véritable enquête sociologique au sens strict du terme, ni approche exclusivement historique, la démarche de l’auteur consiste à retracer différents exemples en multipliant et en croisant habilement les sources et les différents témoignages de figures-clés dans la mouvance punk, et à les interroger dans une logique heuristique. À travers cette démarche se laisse ainsi dessiner, page après page, témoignage après témoignage, exemple après exemple, une forme de mouvement circulaire entre le punk tel qu’il se pense, c’est à dire une certaine vision du monde et de l’individu, et le punk tel qu’il se fait, au sens très matériel et pragmatique des techniques de production engagées pour créer les biens culturels punk – mouvement duquel participe ce que l’auteur nomme les « trois grands piliers originaux » du punk : refus du consumérisme, rébellion contre l’ordre établi et émancipation personnelle et collective (p. 152).

2Une telle démarche a pour premier mérite de porter son attention sur des formes et des pratiques culturelles qui sont longtemps restées dans l’angle mort de la recherche socio-anthropologique. Elle s’inscrit ainsi dans la tradition initiée par les cultural studies, non pas forcément par la posture théorique adoptée, mais assurément dans la poursuite d’un projet qui consiste à mettre fin à l’ethnocentrisme de classe qui laisserait croire que les « cultures populaires » et les « subcultures » ne méritent pas d’être prises au sérieux en tant qu’objets d’attention des sciences sociales à part entière, ou alors qu’elles ne puissent l’être que dans une posture misérabiliste. Dans le cas du punk, non seulement une telle démarche est rare – trop rare – dans le paysage socio-anthropologique francophone, mais le caractère hautement documenté de l’ouvrage de Hein lui permet de rivaliser sans peine avec les ouvrages anglophones sur le sujet, ce qui en fait une lecture qui passionnera aussi bien les insiders que les chercheur-e-s en sciences sociales qui s’intéressent au sujet, et même les curieux.

3La démarche de reconstruction socio-historique n’est cependant pas sans risque. Ian McKaye, chanteur du groupe de Washington DC Minor Threat et fondateur du label Dischord Records, témoin-clé dans l’ouvrage de Hein, souligne lui-même combien la production de cette histoire, ou de ces histoires, participe d’un processus de tri sélectif :

« Je ne prétends pas être un détenteur de l’histoire. […] Je ne lis pas beaucoup d’histoires du punk, car comme j’étais là, j’ai commencé à comprendre comment les gens qui écrivent ces historiques – ou à propos de l’histoire – tendent toujours à en faire des comptes rendus plus manœuvrables » (ndt : c’est à dire qui leur conviennent le mieux).
(Ian McKaye, interviewé dans Kuhn, 2010 : 22, ma traduction)

4N’y a-t-il pas un risque, dès lors, pour l’analyste, de reprendre à son compte ces récits historiques sans questionner leur caractère construit et partial et les enjeux qui participent de la construction d’une histoire présentée comme formelle et objective ? C’est une manœuvre à laquelle on assiste assez fréquemment dans les travaux sur les subcultures adoptant une perspective historique. Hein n’est pourtant pas dupe sur la question. Non seulement, dans cet ouvrage, sa volonté de multiplier les sources et les témoignages – en étant attentif aux voix qui portent moins, comme en témoigne le chapitre sur la scène punk queer – atteste de sa rigueur, mais ses autres recherches et publications s’intéressent aussi au punk tel qu’il se vit quotidiennement par ses « adeptes » ; l’ensemble de son travail participe ainsi d’une multiplication des points de vue – méthode fondamentale dans la construction d’une analyse socio-anthropologique réussie – sur le phénomène.

5La question des différents points de vue m’amène aussi à un passage de l’ouvrage qui m’a paru tout particulièrement intéressant. Hein cite en effet Joseph Heath et Andrew Potter (p. 113-114) selon qui « la rébellion culturelle ne constitue pas une menace pour le système […] mais […] est le système » et qu’« en conséquence, la théorie de la société sur laquelle repose l’idée contre-culturelle est fausse ». La question, selon moi, n’est pas forcément celle du vrai et du faux. Mais cette citation pointe vers un élément essentiel : l’ensemble de la mythologie punk repose effectivement sur une certaine représentation de la société. Or celle-ci est imprégnée d’une forme de substantialisme (au sens de Bourdieu & Wacquant 1992 : 228) voyant aussi bien dans le « système dominant » que dans le groupe « punk » des entités aux frontières clairement identifiables. Là encore, le risque, pour l’analyste, est de reprendre cette croyance substantialiste à son compte et de rester aveugle au caractère beaucoup plus diffus et hétérogène de l’ensemble des médiations qui permettent à ces constructions d’être pensées comme des entités homogènes. Sur ce point, je dois m’avouer plus critique à l’encontre des conclusions sociologiques tirées par l’auteur à propos de ce qu’il nomme le « capitalisme punk ». Fidèle à la tradition des cultural studies, il avance en effet, sans véritablement reprendre l’idée de Heath et Andrew pourtant cités plus haut, la thèse du punk « repris », « commercialisé » et « annihilé » par le « capitalisme dominant ». Une telle analyse, selon moi, participe elle-même d’une forme de croyance en la mythologie punk et du substantialisme dont celle-ci est imprégnée, et peine à mettre à jour la nature résolument plus hétérogène, diffuse, fluide et « rhizomique » – pour mobiliser une idée guattaro-deleuzienne –, des modes de faire et de penser qu’elle cherche à mettre à jour.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu Pierre & Wacquant Loïc (1992), Réponses : Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil.

Kuhn Gabriel (2010), Sober Living for the Revolution. Hardcore Punk, Straight Edge and Radical Politics, Oakland, PM Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Mueller, « Fabien Hein, Do It Yourself : Autodétermination et culture punk », Volume !, 10 : 2 | 2014, 233-235.

Référence électronique

Alain Mueller, « Fabien Hein, Do It Yourself : Autodétermination et culture punk », Volume ! [En ligne], 10 : 2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://volume.revues.org/4099

Haut de page

Auteur

Alain Mueller

Alain Müller est doctorant et assistant d’enseignement à l’institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel depuis avril 2005. Sa thèse porte sur la circulation translocale de la sous-culture hardcore-punk. Dans le cadre de ce travail, il a effectué une recherche de terrain "multisituée" au Japon, aux Etats-Unis et dans différents pays d’Europe. Ses domaines d’intérêt sont l’anthropologie des phénomènes transnationaux et translocaux, l’étude des cultures et des musiques populaires, la sociologie de l’école de Chicago, l’ethnométhodologie, la sociologie de l’acteur-réseau, les Cultural Studies et l’anthropologie réflexive. Actuellement, il prépare, en collaboration avec Marion Schulze de l’Université de Bâle, un ouvrage qui réunira différentes études de cas traitant des "sous-cultures jeunes" et qui proposera de nouvelles perspectives pour l’étude de ces phénomènes.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page