Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sophy Smith, Hip-Hop Turntablism, Creativity and Collaboration

Karim Hammou
p. fr
Référence(s) :

Sophy Smith, Hip-Hop Turntablism, Creativity and Collaboration, Farnham, Ashgate, 2013

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage de Sophy Smith examine le processus collaboratif et créatif qui permet la réalisation pratique d’œuvres de turntablism, soit l'art d'utiliser des platines pour manipuler des sons et créer de la musique. S'appuyant sur l'analyse fine des routines créées dans le cadre de la préparation d'une performance publique par trois groupes de DJs britanniques, Sophy Smith défend de façon convaincante l'intérêt et la fécondité d'une approche musicologique du hip-hop.

2Les premiers chapitres offrent des éléments de contextualisation, introduisant brièvement aux enjeux historiques et esthétiques de la culture hip-hop, présentée comme fondamentalement collaborative. Ils mettent également en perspective la pratique du turntablism, en rappelant les précédents, au fil du XXe siècle, d'usages de tourne-disques comme outils de création musicale. L'auteur met en parallèle les expérimentations menées dans le cadre des musiques expérimentales, de l'art contemporain, et des pratiques de DJing en boîte de nuit. Elle est ainsi en mesure de souligner l'originalité esthétique qui caractérise l'émergence dans les années 1970 du DJing hip-hop, puis du turntablism dans les années 1990. Enfin, Sophy Smith propose un exposé didactique des techniques fondamentales du DJing contemporain – depuis les méthodes de productions de structures musicales (breakbeat, mixage, répétition d'une section sonore...) jusqu’aux jeux rythmiques de scratching et de beat juggling. L'ouvrage introduit ainsi au vocabulaire minimal permettant de décrire les performances de turntablism hip-hop.

  • 1 Processus d'improvisation et non improvisation complète : le devised theatre se distingue du improv (...)

3Dans un deuxième temps, l'auteure présente les outils conceptuels par lesquels rendre compte des créations des groupes étudiés. Il s'agit tout d'abord du processus collaboratif entre DJs. La formation des groupes de turntablism hip-hop et le développement de leur potentiel créatif sont décrits à l'aide des travaux de Michael Farrel sur les cercles collaboratifs. Le processus créatif lui-même est saisi par une analogie avec le « devising process » pratiqué dans le milieu théâtral, et que l'on pourrait imparfaitement traduire comme une élaboration improvisée1. En confrontant le récit des DJs étudiés, recueilli par entretien, aux manuels proposant des modes d'emploi pour mener l'élaboration improvisée d'une pièce de théâtre, Sophy Smith montre que les groupes de turntablism créent selon un processus homologue, bien que non formalisé.

Il s'agit ensuite des œuvres elles-mêmes. Ici, l'auteure examine plusieurs outils musicologiques susceptibles de décrire une performance de turntablism. Elle confronte leurs atouts respectifs, et explicite les enjeux multiples qui sous-tendent l'arbitrage pour telle ou telle méthode : objectifs de communication, de documentation, de composition, de légitimation, d'analyse et d'apprentissage. Elle conclut sur l'opportunité de développer une nouvelle méthode descriptive, dont la finalité est prioritairement analytique.

  • 2 On trouvera les transcriptions intégrales des trois performances étudiées à partir de la méthodolog (...)

4Dans un troisième et dernier temps, l'ouvrage applique les outils élaborés dans les précédents chapitres pour comparer un exemple de processus créatif et son aboutissement pour chacun des trois groupes étudiés2. En jouant sur les points communs et les différences entre ces trois performances, l'auteure montre à la fois la similarité du processus créatif des trois collectifs de DJs étudiés, et la façon dont les deux groupes les plus expérimentés tendent à utiliser des samples plus courts et plus nombreux, ainsi qu'à faire circuler les techniques de DJing utilisées entre les différentes membres des groupes.

5La focalisation de l'auteure sur l'enjeu de la collaboration la conduit à accorder une attention faible aux dynamiques de conflit ou de rivalité au sein des groupes, dynamiques dont on peut supposer qu'elles ont également des effets sur les œuvres et le processus de création. Sur le plan méthodologique, on peut regretter la faible place accordée aux comptes rendus d'observation des processus de création collective, négligés au profit des propos recueillis en entretien auprès des artistes.

Quoi qu'il en soit, Hip-Hop Turntablism, Creativity and Collaboration offre des outils descriptifs précis, adéquats et novateurs pour rendre compte de façon musicologique non seulement d’œuvres de DJing hip-hop, mais aussi du processus créatif leur donnant forme. De ce point de vue, l'auteure répond à l'objectif qu'elle s'était fixée : prendre au sérieux la démarche esthétique des DJs, et montrer l'intérêt d'une analyse de la musique hip-hop pour elle-même.

Haut de page

Notes

1 Processus d'improvisation et non improvisation complète : le devised theatre se distingue du improvisational theatre ou théâtre d'improvisation en ce que seul le processus de création est collaboratif et improvisé, tandis que la représentation finale elle-même reste stable et soumise à répétitions préalables. De même, les performances des DJs sont consciencieusement répétées et ne laissent pas place à l'improvisation au moment de la performance finale.

2 On trouvera les transcriptions intégrales des trois performances étudiées à partir de la méthodologie élaborée par Sophy Smith sur le site web du livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karim Hammou, « Sophy Smith, Hip-Hop Turntablism, Creativity and Collaboration », Volume !, 10 : 2 | 2014, fr.

Référence électronique

Karim Hammou, « Sophy Smith, Hip-Hop Turntablism, Creativity and Collaboration », Volume ! [En ligne], 10 : 2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://volume.revues.org/4109

Haut de page

Auteur

Karim Hammou

Karim Hammou est sociologue, chargé de recherche au CNRS (CRESPPA-CSU). Il travaille sur les rapports de pouvoir dans les industries musicales, et a publié en 2012 aux éditions La Découverte Une histoire du rap en France, recherche issue de sa thèse de doctorat. Il est également l'animateur du carnet de recherche Sur un son rap.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page