Navigation – Plan du site
Dossier

Composer avec le monde

Œuvres, auteurs et droits en tension : musiques et danses dans la globalisation
Arranging the World. Works, Authors and Rights: Musics and Dances in Globalization
Emmanuelle Olivier
p. 7-27

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’épaisseur du temps
Une nouvelle production du local
De l’auteur aux régimes d’autorité
« Les voies souterraines de la mondialisation culturelle »

Aperçu du début du texte

Le verbe « composer » apparaît pour la première fois en 1120 dans le Psautier d’Oxford, où il désigne l’action d’assembler divers éléments en un tout. Mais il faut attendre 1508 pour qu’Éloy d'Amerval, dans son Livre de la Deablerie, étende cette définition à une œuvre musicale. L’acte de composition est alors compris comme mise en forme de matériaux préexistants, manipulés, combinés, agencés par un artisan-démiurge, maître reconnu d’un savoir-faire hérité, qui fait littéralement œuvre de trans-formation. Cette fabrique de la musique relève là d’une logique de renouvellement, où les pièces composées s’inscrivent dans une continuité, quelle qu’en soit la forme, avec les précédentes : filiation vs confrontation. On est bien loin de l’idée de composition musicale conçue par un génie-créateur qui fait advenir un nouveau « monde », et pour qui les matériaux musicaux ne seraient « que des signes transparents et arbitraires de son intériorité » (Schaeffer, 1997 : 92). Si cette conception s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Olivier, « Composer avec le monde », Volume !, 10 : 2 | 2014, 7-27.

Référence électronique

Emmanuelle Olivier, « Composer avec le monde », Volume ! [En ligne], 10 : 2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://volume.revues.org/4153

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Olivier

Emmanuelle Olivier est ethnomusicologue, chargée de recherche au CNRS, membre du Centre de Recherche sur les Arts et le Langage (CRAL-CNRS-EHESS) et enseignante à l’EHESS. Ses recherches, menées en Afrique australe (1993-2003) puis en Afrique de l’ouest (depuis 2001), portent sur les musiques d’une part dans leurs liens avec la mémoire et les temporalités, d’autre part dans leurs aspects de création, de circulation et de patrimonialisation. Elle a coordonné le programme ANR « Création musicale, circulation et marché d’identités en contexte global » (GLOBAMUS, 2009-2013) et participe actuellement au programme ANR « De la discomorphose à la numérimorphose. Impact du virage numérique sur la formation des goûts et les usages de la musique au quotidien » (2013-2016, coord. P. Le Guern). Son dernier ouvrage s’intitule Musiques au monde. La tradition au prisme de la création, Sampzan, Delatour, 2012.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page