Navigation – Plan du site
Appels à contributions

Appel à communications
Heavy metal et sciences sociales

Un état des lieux de la recherche en France et dans le monde francophone

Appel à communications pour un colloque international dédié à la recherche en France et dans le monde francophone, sur le metal, qui aura lieu à Angers les 18 et 19 décembre 2014.

Organisation

Organisé par le programme pluridisciplinaire Valeur(s) et Utilités de la culture (MSH Ange Guépin et Région Pays de la Loire) en partenariat avec l’ISMMS (International Society for Metal Music Studies), le GdR en sociologie de l’art OPuS (CNRS), la revue Volume !, l’Université d’Angers et l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle.

Argumentaire

Les recherches en sciences sociales sur les genres musicaux qu’on peut rassembler sous l’étiquette de hard rock, heavy metal ou metal sont restées marginales jusqu’au début des années 2000 bien qu’elles aient débuté dès les années 1980 (Brown, 2009). Cette institutionnalisation progressive des recherches sur le heavy metal s’est notamment appuyée sur plusieurs ouvrages structurants en provenance des États-Unis ou de la Grande-Bretagne, dont ceux des sociologues Deena Weinstein (2000) et Keith Kahn-Harris (2007) ou des musicologues Harris Berger (1999) ou Robert Walser (2003). Autour des prolifiques débats générés par ces travaux, au tournant de la dernière décennie, un ensemble de chercheurs, d’origines disciplinaires diverses (sociologie, anthropologie, économie, philosophie, musicologie, histoire, gestion…), se sont fédérés sous le vocable « metal studies », donnant lieu notamment à une série de colloques internationaux, plusieurs numéros de revues de recherche (Journal for Cultural studies, Popular Music History…) et la constitution d’une association internationale (ISMMS), entérinée lors du colloque de Bowling Green (Ohio, États-Unis) en avril 2013. Elle précède l’arrivée d’un journal à comité de lecture dédié au champ (Metal Music Studies, chez Intellect, premier numéro fin 2014).

Cependant, ces échanges se font en anglais et sont avant tout visibles dans le monde anglophone. C’est pourquoi l’idée de proposer, en relation avec l’ISMMS, un état des lieux de la recherche en langue française s’est peu à peu concrétisée. Contrairement à d’autres aires linguistiques, telle que celle de l’allemand en effet, il n’existe pas de rendez-vous réguliers en français traitant de la recherche sur le metal. Pourtant, depuis l’ouvrage séminal de Fabien Hein (2003), plusieurs travaux dont deux numéros de revues (Sociétés en 2005, Volume ! en 2006) ont été publiés en France, mais aussi au Québec et dans d’autres pays. Actuellement, si l’effectif des chercheurs impliqué reste peu élevé, les travaux deviennent significatifs. Ainsi, plusieurs doctorants préparent simultanément aujourd’hui des thèses sur le sujet en langue française. La dynamique de la recherche accompagne à cet égard depuis quelques années la structuration professionnelle du metal, notamment en termes de labels, de groupes et de festivals. Après la journée d’étude sur le Hellfest organisée en mars 2012 à la MSH Ange Guépin (Nantes), ce colloque se donne d’abord pour vocation de réaliser un panorama de la recherche en France sur le sujet afin de la faire connaitre à l’international mais aussi de permettre un dialogue entre chercheurs investis au sein du domaine.

Conférenciers

3 conférenciers, chercheurs de renom, ont d’ores et déjà accepté notre invitation :

  • Niall Scott (University of Central Lancashire), co-fondateur et president de l’ISMMS (International Society for Metal Music Studies), l’association internationale dédiée aux recherches sur la musique metal ;

  • Deena Weinstein, (University of Chicago), auteure en 1991 de l’ouvrage historique Heavy Metal: a cultural sociology. ;

  • Andy Brown (Bath University), à l’origine de nombreux travaux dont l’article « heavy genealogy » (2012) qui retrace l’évolution des publications sur le metal dans le domaine de la recherche.

Les propositions de communication

En fonction des terrains investis par les chercheurs – pourront notamment être proposées autour des axes suivants :

  • Hard rock, heavy metal, metal : définitions et marges

  • Les genres de musique metal

  • Histoire de la musique metal (en France et dans le monde Francophone notamment)

  • Le metal et la langue française, quelles spécificités ?

  • Production, commercialisation, promotion du metal

  • Les scènes metal

  • Impact économique, tourisme, marketing du metal

  • Les fans, la réception du metal

  • Âge et générations des amateurs de metal

  • Le metal et les médias

  • Metal et espace public

  • Metal, internet, réseaux sociaux

  • Metal et religion, « paniques morales », ésotérisme, croyances, cultes et représentations

  • Metal, légitimité et distinction

  • Metal, perspectives genrées, perspectives raciales et intersectionnalité

  • Théories et épistémologie des metal studies : quelles spécificités ?

Modalités de soumission

Les propositions de communication (en français) (5000 signes espaces compris au maximum) sont à envoyer au comité d'organisation aux adresses suivantes :

francemetalstudies@gmail.com et gerome.guibert@univ-paris3.fr

jusqu’au 15 septembre. Elles seront accompagnées d'un court CV (1500 signes maximum). Les réponses seront notifiées par email au plus tard le 10 octobre 2014.

Comité scientifique

  • Clàudia Azevedo (Universidade Federal do Rio de Janeiro)

  • Christophe Guibert (Université d’Angers)

  • Gérôme Guibert (Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle)

  • Joël William Guibert (Université de Nantes)

  • Fabien Hein (Université de Lorraine)

  • Serge Lacasse (Université Laval, Québec)

  • Emmanuel Parent (Université Rennes 2)

  • Will Straw (Mc Gill University, Montréal)

  • Florence Tamagne (Université Lille 3)

  • Marc Touché (CNRS & MuPop)

  • Meng Tze Chu (Université de Taïwan)

Comité d’organisation

Organisateur :

  • Gérôme Guibert (Université Paris 3)

Comité d’organisation :

  • Sandrine Emin (Université d’Angers)

  • Christophe Guibert (Université d’Angers)

  • Lucile Le Claire (Programme Valeur(s))

  • Marie Christine Passignat (Université Angers)

Soutiens

Avec le soutien des laboratoires de recherche CIM-MCPN (EA n°1484), GRANEM (UMR MA n°42) et ESO (UMR CNRS n°6590), des UFR ITBS et Droit Économie Gestion, de la licence Management de projets culturels (IUT d’Angers, département GEA), du lieux de musiques actuelles « le Chabada » à Angers et de la revue de recherche Volume ! la revue des musiques populaires, Éditions Mélanie Seteun, distribution IRMA.