Navigation – Plan du site
Tribune

Écouter les Shadows, quarante-huit ans plus tard et pour la première fois

Franco Fabbri et Marta García Quiñones
Traduction de Michael Spanu
p. 207-223
Cet article est une traduction de :
Listening to The Shadows, Forty-Eight Years Later, and for the First Time

Résumés

Comme beaucoup de guitaristes des années 1960, Franco Fabbri a commencé sa carrière en essayant de copier le style de Hank B. Marvin, guitare solo des Shadows. Marta García Quiñones ne joue pas de la guitare et jusqu'à une date récente avait eu peu d’occasions d'écouter les disques des Shadows. Les deux auteurs s’intéressent aux modèles d'écoute, à l’analyse musicale, et aux réponses cognitives et émotionnelles à la musique. À l’origine de cet essai, une expérience d'écoute faite par Fabbri, qui, une nuit d’insomnie en voyage, a écouté pendant trois heures (en mode aléatoire, avec casque) une grande partie de sa collection de fichiers mp3 d'enregistrements des Shadows. Probablement en raison de son état semi-hypnotique, l'expérience l’a profondément frappé, lorsqu’il s'est mentalement déplacé à l’époque de son adolescence, quand il a écouté les Shadows pour la première fois et a commencé à jouer leurs morceaux instrumentaux. Fabbri a envoyé ensuite un bref rapport sur cette expérience à Marta García Quiñones, qui lui a posé des questions sur la façon dont cette musique était normalement écoutée dans les années 1960, et elle a décidé d'écouter le groupe (presque) pour la première fois. Cet essai est une version élargie de la correspondance initiée par cet acte d'écoute. Il tente de démontrer que la compréhension de tout événement musical exige de reconnaître et de reconstruire multiples strates d’expériences diverses : perceptives, émotionnelles, analytiques et performatives, présentes et passées, qui semblent être inscrites à la fois dans nos corps et dans nos esprits.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Franco Fabbri : Je ne pouvais pas dormir : j’avais peut-être trop mangé. L’excitation de ma première nuit de vacances d’été, sur un ferry entre l’Italie et la Grèce, jouait sans doute. Le lit en cabine était étroit et légèrement trop court. J’ai donc allumé mon Mac, sorti et branché mon casque, lancé iTunes en sélectionnant toutes les chansons des Shadows, puis j’ai cliqué sur « play », en mode aléatoire. Pourquoi les Shadows ? J’avais probablement envie de quelque chose de familier, mais aussi quelque chose que je n’avais pas écouté depuis longtemps. Peut-être même que j’avais besoin d’une musique régulière, homogène en termes de son et de durée. Je cherchais à exclure une certaine forme de variété. Et pourquoi le mode aléatoire ? Je voulais quand même être surpris. Juste un peu. Car je connais par cœur les enchainements de chaque chanson des Shadows que je possède.

Il est évident que je m’apprêtais à savourer cette expérience : c’était là mon but. Comme lorsque je prépare un petit-...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franco Fabbri et Marta García Quiñones, « Écouter les Shadows, quarante-huit ans plus tard et pour la première fois », Volume !, 11 : 1 | 2014, 207-223.

Référence électronique

Franco Fabbri et Marta García Quiñones, « Écouter les Shadows, quarante-huit ans plus tard et pour la première fois », Volume ! [En ligne], 11 : 1 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://volume.revues.org/4218

Haut de page

Auteurs

Franco Fabbri

Franco Fabbri, musicien et musicologue, enseigne Popular music et Cultures et technologies du son et la musique à l’Université de Turin. Ses intérêts principaux sont dans les domaines des théories du genre et les typologies de la musique, l’impact des médias et de la technologie sur les différents genres et les cultures musicales, et l’histoire de la popular music. Il a été élu deux fois président de l’International Association for the Study of Popular Music (IASPM). Fabbri a publié sur le rapport entre la musique et la technologie (Elettronica e musica, Fabbri Editori, 1984), sur la confrontation des cultures musicales dans le monde contemporain (L’ascolto tabù, Il Saggiatore, 2005) et sur le tissu complexe des influences dans l’histoire de la popular music (Around the clock, UTET, 2008). Son livre le plus lu (Il suono in cui viviamo, Il Saggiatore, trois éditions depuis 1996) contient des articles sur des sujets divers, y compris les genres musicaux, l’analyse des musiques populaires et l’esthétique du son. Il a été membre du réseau international de recherche « Sound in Media Culture. Aspects of a Cultural History of Sound » (2010-2013), financé par la Fondation allemande pour la recherche. Il co-dirige (avec Goffredo Plastino) la nouvelle collection « Routledge Global Popular Music ».

Articles du même auteur

Marta García Quiñones

Marta García Quiñones est doctorante à l’Université de Barcelone, où elle prépare une thèse sur l’écoute musical supervisée par le Dr. Josep Martí (CSIC-IMF, Barcelone). Elle a dirigé l’ouvrage La música que no se escucha. Aproximaciones à la escucha ambiental (« La musique qui ne s’écoute pas. Approches à l’écoute ambiante », l’Orquestra del Caos, 2008). Elle a également co-dirigé (avec Anahid Kassabian et Elena Boschi) le livre Ubiquitous Musics. The Everyday Sounds That We Don’t Always Notice (Ashgate, 2013). Elle a été membre du réseau international de recherche « Sound in Media Culture. Aspects of a Cultural History of Sound » (2010-2013), financé par la Fondation allemande pour la recherche.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page