Navigation – Plan du site
Espace & lieu

Displacing the Past. Mediated Nostalgia and Recorded Sound

Remplacer le passé. La nostalgie médiée et l’enregistrement sonore
Elodie Roy
p. 145-158

Résumés

Le patrimoine musical du xxe siècle, archivé de manière physique et numérique, est largement et facilement accessible aux publics contemporains. Le recyclage ou retour de formes musicales passées semble être une réalité indiscutable (Reynolds, 2011). Mobilisant deux exemples issus de la culture musicale britannique contemporaine, je détermine comment la nostalgie informe les productions des maisons de disques indépendantes contemporaines. La première étude de cas est consacrée à Ghost Box Records et examine la pratique hantologique du label. La deuxième étude de cas s’attache au label de réédition hyper-spécialisé Finders Keepers, qui aide à préserver et réhabiliter des enregistrements à demi oubliés issus de la vaste culture matérielle du passé. À travers cet article, la nostalgie est abordée comme une dimension essentielle des cultures musicales contemporaines plutôt que comme un corrélatif superficiel et éphémère. Les liens unissant les débuts de la phonographie (conçue comme technologie de téléprésence) et la nostalgie sont également explorés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Is nostalgia a technological condition?
Phonography, or the art of materialising ghosts
Ghost Box Records: the hauntological moment
Finders Keepers: the “desire for desire”
Nostalgia for an imagined past: naming and mapping the past
Authenticating and consuming the marvel
Conclusion: the unfinished past

Aperçu du début du texte

In Retromania (2011), music critic Simon Reynolds describes ordinary, everyday encounters with the recorded past in the form of obsolete music formats. Surplus or discarded “dead media”, such as tapes or vinyl records, now effortlessly saturate offline and online second-hand markets. These innumerable traces of the (commodified) aural past may slowly sink into oblivion, or acquire a new status, benefiting for instance from a collector’s gesture of redemption. Reynolds is concerned that today’s culture of recycling may signify the demise of creation, and ultimately impede the future of music. His concept of nostalgia is mainly that of an empty and compulsive retro-consumerism, plaguing both contemporary listeners and producers of recorded sound. He asks: “Are we heading towards a sort of cultural-ecological catastrophe, when the seam of pop history is exhausted?” (Reynolds, 2011: xiv), suggesting that, with the internet, “[w]e’re becoming victims of our ever-increasing capacity to st...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elodie Roy, « Displacing the Past. Mediated Nostalgia and Recorded Sound », Volume !, 11 : 1 | 2014, 145-158.

Référence électronique

Elodie Roy, « Displacing the Past. Mediated Nostalgia and Recorded Sound », Volume ! [En ligne], 11 : 1 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/4238 ; DOI : 10.4000/volume.4238

Haut de page

Auteur

Elodie Roy

Elodie A. Roy a effectué sa thèse de doctorat au sein de l’International Centre for Music Studies (ICMus, Newcastle University). Son travail examine la culture matérielle de la musique et en particulier les relations entre supports enregistrés et pratiques mémorielles, en particulier dans un contexte numérique dématérialisé. Elle est spécialiste de l’histoire des maisons de disque indépendantes britanniques. Elle a publié dans les domaines de la musique populaire et de la littérature française (chapitre dans l’ouvrage collectif Le Cœur dans tous ses Etats – Essais sur la Littérature et l’Art français, Peter Lang, 2013). Ses publications en cours comprennent un chapitre de livre sur Sarah Records dans l’ouvrage collectif LitPop – Literature and Pop Music (Ashgate) et un article traitant de l’archivage numérique de la musique (pour Networking Knowledge). Elle est la co-organisatrice, avec Dr Richard Elliott, du colloque ‘Musical Materialities in the Digital Age’ (University of Sussex).
———
Elodie A. Roy has a doctorate from the International Centre for Music Studies (ICMuS, Newcastle University). Her work examines the material culture of music and the relationship between music objects and memorial practices, particularly in the wake of digitisation. She is a specialist in the history of British independent record labels. She has published in the field of popular music and French literature (with a book chapter in Le Cœur dans tous ses Etats – Essais sur la Littérature et l’Art français, Peter Lang, 2013). Her forthcoming publications include a book chapter on Sarah Records in LitPop – Literature and Pop Music (Ashgate) and an article about the online archiving of music (Networking Knowledge). She is the co-organiser, with Dr Richard Elliott, of the ‘Musical Materialities in the Digital Age’ Conference (University of Sussex, 2014).
mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page