Navigation – Plan du site
Rock & chanson

La nostalgie construite

L’Âge d’or du rock ou « I Believe in Yesterday »
Deena Weinstein
Traduction de Alexandre Tanase
p. 19-36
Cet article est une traduction de :
Constructed Nostalgia for Rock’s Golden Age: “I Believe in Yesterday”

Résumés

Le passé du rock en est venu à étouffer son présent. Cet article examine l’intentionnalité qui, culturellement, fonde ce phénomène. Il montre que la néo-nostalgie étudiée par Jameson, avec d’autres éléments postmodernes (ceux de simulation et de construction), dirige cette intentionnalité, et que les facteurs structurels de celle-ci sont, d’une part, les intérêts mercantiles de l’industrie musicale et, d’autre part, le pouvoir de deux générations, celle des baby-boomers et de la « Génération X » – les facteurs structurels qui la déterminent. La néo-nostalgie pour le rock passé ne vise pas une transcendance supposément éternelle, comme dans la religion, ou un passé réellement vécu par les individus, comme dans le mal du pays. À la place, cette néo-nostalgie porte sur un imaginaire esthétisé, construit autour d’un âge d’or du rock qui n’est en fait qu’un mythe, une époque qui n’a jamais existé. Avoir la nostalgie d’une construction fabriquée en vue du profit, qui sert le pouvoir des parents, de la génération à laquelle ils appartiennent, n’offre actuellement aux jeunes, limités dans leur capacité à accomplir l’idéal moderne/moderniste d’authenticité et de nouveauté, qu’une aventure superficielle et sans danger.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les zombies du rock envahissent les vivants
Nostalgie construite
Marchandisation de la nostalgie
Des jeunes sans jeunesse
Conclusion

Aperçu du début du texte

La nostalgie n’est plus ce qu’elle était. Le rock non plus. Celui-ci est même devenu, en un sens, plus fidèle à son passé que la nostalgie. Car la nostalgie, en particulier quand il s’agit du rock, s’est tellement transformée qu’il faudrait l’appeler autrement. Auparavant, la nostalgie renvoyait à une expérience directe. Elle n’est plus maintenant qu’une construction culturelle, si bien qu’il serait plus exact de parler à son sujet de « nostalgie culturelle ». Rock et nostalgie ont chacun une histoire : la seconde commence avec l’humanité elle-même, la première au milieu du siècle dernier.

La relation entre rock et nostalgie s’est inversée. À l’origine, la nostalgie était souvent sous l’influence du rock, tandis qu’aujourd’hui c’est le rock qui suit la nostalgie, sous sa forme la plus récente. Cet article retrace les rapports entre rock et nostalgie en termes d’analyse culturelle globale (postmoderne), ainsi que l’assise socio-structurelle de ces rapports.

Les zombies du rock envahiss...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Deena Weinstein, « La nostalgie construite », Volume !, 11 : 1 | 2014, 19-36.

Référence électronique

Deena Weinstein, « La nostalgie construite », Volume ! [En ligne], 11 : 1 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/4310 ; DOI : 10.4000/volume.4310

Haut de page

Auteur

Deena Weinstein

Deena Weinstein is Professor of Sociology at DePaul University in Chicago specializing in popular culture with a focus on rock music, and social and cultural theory. Her rock publications include Heavy Metal: The Music and Its Culture (New York: DaCapo, 2000) and a few dozen scholarly articles and book chapters on various dimensions of rock music. Beyond academic discourses, she is a rock journalist, concentrating in metal. Her theory interests center on Georg Simmel's cultural and formal sociologies that resulted in the book (Post)-Modernized Simmel (London: Routledge, 1993) and other publications.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page