Navigation – Plan du site
Rock & chanson

Aznavour ou le drame nostalgique populaire

Aznavour, or the Popular Nostalgic Drama
Isabelle Marc
p. 55-67

Résumés

Charles Aznavour, le chanteur français vivant le plus connu dans le monde à ce jour, situé dans l’entre-deux de la variété et de la chanson « de qualité », a cultivé un style sentimental réaliste imprégné de nostalgie. L’article a pour objectif d’analyser la présence du sentiment nostalgique dans son œuvre comme motif thématique et esthétique ayant contribué à construire sa popularité. Dans ce but, nous analyserons premièrement ses grands succès nostalgiques, puis nous étudierons comment la nostalgie constitue un des piliers du style aznavourien, que nous définirons comme essentiellement dramatique. Ainsi, par le biais d’un mimétisme réaliste dépourvu de visée sociale, Aznavour trouve dans la nostalgie un motif populaire auquel son public modèle peut facilement s’identifier. Finalement, nous explorerons les enjeux de la chanson nostalgique française comme signe mémoratif sur le plan esthétique et culturel.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Aznavour nostalgique
Le succès du drame nostalgique
La chanson nostalgique, signe mémoratif

Aperçu du début du texte

Qui n’a pas entendu parler d’Aznavour, qui n’a pas un jour fredonné « La Bohème » ou « For me, formidable » ? Aznavour est aujourd’hui un artiste patrimonial qui continue à vendre des disques et à remplir les salles. Pourtant, en dépit de son incontestable succès national et international depuis plus de 50 ans, Charles Aznavour, « le dernier des grands chanteurs français à l'échelle mondiale » (Mortaigne, 2004) semble ne pas avoir retenu l’attention des spécialistes en musique populaire française. Contrairement à l’intérêt porté au trio « sacré » Brel-Brassens-Ferré (Cordier, 2008 ; Tinker, 2005), jusqu’à présent, aucune recherche n’a été exclusivement consacrée à Aznavour, à l’exception de l’étude préliminaire au volume 121 de la collection « Poètes d’aujourd’hui » signée par Yves Salgues (1964), et qui relève en réalité plus de l’hagiographie que de la critique. Il s’agit à mon sens d’un oubli auquel il faudrait remédier si l’on considère l’étendue de son œuvre et de sa popularité...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Marc, « Aznavour ou le drame nostalgique populaire », Volume !, 11 : 1 | 2014, 55-67.

Référence électronique

Isabelle Marc, « Aznavour ou le drame nostalgique populaire », Volume ! [En ligne], 11 : 1 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://volume.revues.org/4319 ; DOI : 10.4000/volume.4319

Haut de page

Auteur

Isabelle Marc

Docteur en Philologie française et traductrice éditoriale, Isabelle Marc enseigne au Département de Français de l’Université Complutense de Madrid. Elle collabore également avec la School of Modern Languages and Cultures de l’Université de Leeds (Royaume Uni) en tant que Visiting Research Fellow, où elle codirige, avec le Dr. Stuart Green, l’European Popular Musics Research Group. Sa recherche s’organise autour de deux axes principaux : d’une part, la France contemporaine, notamment la musique et la culture populaires et, d’autre part, les transferts et les politiques culturelles. Elle a travaillé sur la musique populaire française (hip hop, chanson, ACI, dont notamment Brassens et Dominique A) dans ses dimensions esthétiques, identitaires et genrées. Par ailleurs, elle travaillé sur l’influence de la culture française dans la scène musicale espagnole. En ce qui concerne le sujet de la nostalgie, elle publié un article sur la pulsion nostalgique chez Brassens dans French Cultural Studies. Ses derniers travaux sont notamment consacrés à l’écoute des musiques populaires et aux phénomènes de transculturalité dans le contexte européen.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page