Navigation – Plan du site
Espace & lieu

Du déracinement à la commercialisation de la nostalgie du Sud par les race records

Le blues comme culture de survie
The Commercialization of Nostalgia for the South in Race Records: The Blues as a Culture of Survival
Keivan Djavadzadeh
p. 115-129

Résumés

Cet article porte sur la commercialisation de la nostalgie du Sud par les enregistrements de blues féminin des années 1920 (race records). Au tournant du siècle, un important mouvement de migration voit de nombreux Africains-Américains du Sud rural (en majorité des hommes) rejoindre le Nord urbain que la bourgeoisie noire présente comme un nouveau Jourdain. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale accentue le phénomène : le flux d’immigrés européens cesse et les industriels du Nord n’ont d’autre choix que de démarcher et d’embaucher des Noirs du Sud dans leurs usines. Les espoirs sont néanmoins vite déçus et une crise identitaire frappe les migrants, stigmatisés car jugés inadaptés à la vie urbaine. Dans le même temps des femmes noires vont enregistrer le blues, entretenir la nostalgie du Sud et transmettre le souvenir de la migration. Si l’intégration des Noirs au modèle fordiste permit l’émergence d’un marché noir et la commercialisation du blues, j’affirme que c’est un besoin identitaire qui a rendu nécessaire le développement des race records : contre le désespoir qu’aurait pu inspirer le déracinement, les migrants tirèrent un parti créatif de la nostalgie qui les aida à survivre dans un monde hostile.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le mythe du train dans la musique populaire américaine au prisme du genre et de la race
La vie itinérante des chanteuses de blues
Le fordisme et le déracinement comme facteurs d’émergence des race records
La nostalgie du Sud, une culture de survie
Conclusion

Aperçu du début du texte

À la fin du XIXe siècle, l’énorme majorité des Africains-Américains ne connaissait des États-Unis que le Sud, dans lequel 90 % de la population noire résidait en 1900. Mais au tournant du siècle, une migration massive de cette population rurale, principalement vers le Nord industrialisé du pays, change la donne : de 1910 à 1930, on estime qu’entre 1,6 et 2 millions de Noirs migrent vers le Nord et le Midwest, principalement dans les grandes villes industrielles comme New York, Chicago, Détroit ou Washington. La Première Guerre mondiale et les besoins accrus de main d’œuvre qu’elle engendre accélère encore ce mouvement de migration : sur la seule période 1916-1918, environ 400 000 Africains-Américains émigrent au Nord (Marks, 1989). Les promesses d’un emploi salarié et d’un traitement digne font miroiter aux Noirs des perspectives autrement plus attrayantes que le Sud. Le Nord devient pour les Noirs « la Terre promise, un autre Jourdain » (Jones, 1996 : 148) que ces derniers vont s’e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Keivan Djavadzadeh, « Du déracinement à la commercialisation de la nostalgie du Sud par les race records  », Volume !, 11 : 1 | 2014, 115-129.

Référence électronique

Keivan Djavadzadeh, « Du déracinement à la commercialisation de la nostalgie du Sud par les race records  », Volume ! [En ligne], 11 : 1 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://volume.revues.org/4329 ; DOI : 10.4000/volume.4329

Haut de page

Auteur

Keivan Djavadzadeh

Keivan Djavadzadeh est doctorant en science politique à l’Université Paris 8 et membre du comité de rédaction de la revue de philosophie féministe et de théorie queer Comment S’en Sortir ? Ses recherches portent sur les politiques de l’identité, les dynamiques hégémoniques dans la culture et la musique populaire noire.
mail

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page