Navigation – Plan du site
Temps

Les Sixties psyché-reliques

Nostalgie de substitution et pouvoir évocateur du son dans le rock rétro de Tame Impala
Nicholas Russo
p. 161-173
Cet article est une traduction de :
Psycherelic Rock

Résumés

En se concentrant sur le rock psychédélique du groupe de rock australien Tame Impala, cet article s'intéresse à la façon dont une expérience de nostalgie de substitution (Appadurai, 1996) peut être suggérée par la mise en scène phonographique dans la musique rétro contemporaine. Là où la nostalgie traditionnelle concerne le passé effectif d'une personne, cette musique permet de concevoir une nostalgie s'attachant à un passé situé hors de l'expérience vécue. Cette possibilité d'évoquer le sentiment nostalgique au sein de la production musicale récente est en grande partie liée à l'utilisation d'éléments sonores identifiables par les musiciens et le public comme des marqueurs culturels des années 1960, déclenchant une vaste mémoire collective de cette période.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Nostalgie de substitution, mémoire collective et le son du rock rétro contemporain
Le pouvoir évocateur de la mise en scène du son
Mise en scène phonographique
Faire sonner le passé dans la musique de Tame Impala
Conclusion

Aperçu du début du texte

« C'est comme si nous n'allions qu'à rebours »
(Tame Impala, 2012)

Introduction

Bien que les phénomènes de revival soient assez répandus dans les musiques populaires, un processus singulier a lieu dans la musique rock rétro, qui cherche à reproduire le style et le son du passé : cette affection qui se manifeste dans la génération actuelle de musiciens et d'auditeurs, correspond à l'émergence d'un sentiment nostalgique à l'égard du rock classique, dont l'origine est généralement située dans les années 1960. Contrairement à une nostalgie plus commune, de l'enfance par exemple, cette tendance à la reconstruction du passé dans la musique rock semble nous orienter vers une nostalgie de substitution satisfaisante – le regret d'un passé qui n'a jamais été vécu et qui ne se manifeste que par des artefacts culturels et une mémoire construite socialement. De fait, s'il est commun que les artistes s'inspirent de ce qui les précède pour créer quelque chose de neuf – comme en atteste l'influence d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicholas Russo, « Les Sixties psyché-reliques », Volume !, 11 : 1 | 2014, 161-173.

Référence électronique

Nicholas Russo, « Les Sixties psyché-reliques », Volume ! [En ligne], 11 : 1 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://volume.revues.org/4352 ; DOI : 10.4000/volume.4352

Haut de page

Auteur

Nicholas Russo

Nicholas Russo est doctorant en Media and Cultural Studies à l'université de Wollogong, en Australie. Sa thèse est consacrée à la production de la nostalgie dans le rock rétro contemporain. Ses thèmes de recherchent incluent la nostalgie, la représentation des classes sociales dans les films hollywoodiens et la culture visuel des bandes dessinées.
mail

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page