Navigation – Plan du site
Rock & chanson

« Le train qui siffle ». Nostalgie et modernité dans la chanson country-western au Québec

“The Whistling Train”. Nostalgia and Modernity in Quebec Country-Western Songs
Catherine Lefrançois
p. 69-81

Résumés

La chanson country-western, qui fait son apparition au Québec en 1942 avec les chansons de guerre de Roland Lebrun, a toujours exploité la nostalgie. Il s’agit d’un èthos fermement ancré dans ce répertoire et il est signalé, dans les enregistrements du country-western émergent des années 1940 et 1950, par plusieurs marqueurs sonores qui font notamment appel à un usage particulier du second mode de phonation et de la réverbération. Il s’agit alors d’une nostalgie typique de la modernité populaire, axée sur les souvenirs personnels et les récits individuels. Ce premier country-western s’inscrit par ailleurs dans la modernité de plusieurs manières, notamment par son succès médiatique. Cette modernité semble aujourd’hui complètement occultée et si la nostalgie demeure un élément clé de la chanson country-western, celle-ci est devenue une nostalgie plus traditionnelle et conservatrice, orientée vers une idéalisation du passé.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

« L’adieu du soldat »
Les marqueurs sonores de la nostalgie
Le second mode de phonation
La réverbération
« Le train qui siffle » : Intimité, distance et nostalgie
La nostalgie country-western : de la modernité à la tradition

Aperçu du début du texte

La chanson country-western occupe une place particulière dans l’univers culturel québécois. À la fois objet de honte et de fascination, elle suscite périodiquement un intérêt curieux dans les médias. Elle a longtemps été traitée comme une manifestation culturelle marginale et ses adeptes et ses artistes ont souvent fait l’objet d’une observation de type anthropologique visant à percer les mystères de ce qui est le plus souvent présenté comme un « phénomène ». Il circule d’ailleurs plusieurs idées reçues sur ce genre musical. Le country-western serait le genre musical qui vendrait le plus de phonogrammes au Québec, bien plus que la musique populaire de grande consommation. Le country-western serait « quétaine », à la fois à cause de ses chansons naïves et de son code vestimentaire importé des États-Unis, souvent clinquant et sans racines historiques québécoises. Il serait aussi conservateur, moralisateur, et représenterait une vision traditionnaliste et passéiste de la société québéc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Lefrançois, « « Le train qui siffle ». Nostalgie et modernité dans la chanson country-western au Québec », Volume !, 11 : 1 | 2014, 69-81.

Référence électronique

Catherine Lefrançois, « « Le train qui siffle ». Nostalgie et modernité dans la chanson country-western au Québec », Volume ! [En ligne], 11 : 1 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://volume.revues.org/4380 ; DOI : 10.4000/volume.4380

Haut de page

Auteur

Catherine Lefrançois

Catherine Lefrançois est musicienne et musicologue et elle est titulaire d’un doctorat en musique de l’Université Laval. Sa thèse porte sur les liens entre la chanson country-western et la modernité culturelle au Québec dans les années 1940 et 1950. Elle est actuellement stagiaire postdoctorale à la Faculté de musique de l’Université de Montréal où elle poursuit des recherches sur les phonostyles vocaux dans la musique populaire de la première moitié du xxe siècle et sur leur description dans la presse musicale.
mail

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page