Navigation – Plan du site
Temps

« But we remember when we were young »

Joy Division et les « ordres nouveaux » de la nostalgie
Catherine Strong et Alastair Greig
Traduction de Raphael Costambeys-Kempczynski et Gérôme Guibert
p. 191-205
Cet article est une traduction de :
“But we remember when we were young”

Résumés

Les universitaires accordent une attention croissante à la compréhension, la catégorisation et l’évaluation du concept de nostalgie. Cependant, « de manière surprenante, on cherche peu à discuter les types de représentations associées aux communications autour de la nostalgie » (Pickering and Keightley, 2006 : 930), particulièrement dans le contexte médiatique. Cet article tente de combler ce déficit en examinant le travail sur la mémoire mené à partir de la carrière du groupe post-punk de Manchester, Joy Division. Depuis le milieu des années 2000, on a assisté à une importante production de discours et de contenus sur le groupe, parmi lesquels on peut compter la sortie de films, la réalisation de documentaires, la publication d’autobiographies et d’autres livres, ainsi que des campagnes de marketing ambitieuses dédiées à la réédition de chansons. Cet article examine à quel point nous pouvons considérer cette production comme nostalgique, ainsi que les niveaux de nostalgie auxquels elle fait référence. Plutôt que le reflet d’un « caractère » nostalgique, nous suggérons que les contenus produits par les « témoins » présents dans les années 1970 peuvent être interprétés comme des éléments de contestation concernant la légitimité à s’exprimer sur le sujet, plutôt qu’un état d’esprit nostalgique. Quelques contenus produits récemment et qui mettent en avant un « ton » où des stylisations s’inspirant du passé sont utilisés pour accroître l’audience du groupe. Ensemble, ces efforts construisent la base d’une « nostalgie ersatz » de ceux qui n’ont pas été des témoins directs de Joy Division à l’époque où le groupe existait. En étudiant la relation qui existe entre la nostalgie et les témoins légitimes, cet article tend à offrir une plus grande compréhension de comment la culture populaire crée et recrée son propre passé.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La consécration de Joy Division – Decades
Nostalgie et culture populaire
Redécouvrir Joy Division – Shadowplay

Aperçu du début du texte

La consécration de Joy Division – Decades

Bien que le groupe de Manchester, Joy Division, n’ait existé que pendant quatre ans, il est aujourd’hui consacré comme un des groupes phares de la scène britannique indépendante et alternative, et la production d’objets culturels associés au groupe connaît une croissance progressive depuis le milieu des années 2000. Formé en 1977, Joy Division est alors influencé par la scène musicale britannique dominante de l’époque, le punk, mais développe très rapidement une atmosphère sonore plus sombre et plombée que le punk. Travaillant avec le label indépendant Factory Records, le groupe produit un EP (autoproduit), deux albums et une poignée de singles, comme le très emblématique « Love Will Tear Us Apart », avant le suicide du chanteur Ian Curtis en mai 1980. Le reste du groupe continue sous le nom de New Order et atteint une notoriété internationale avec un son davantage orienté dance.

Au fur et à mesure des années, le capital culturel associé à Joy...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Strong et Alastair Greig, « « But we remember when we were young » », Volume !, 11 : 1 | 2014, 191-205.

Référence électronique

Catherine Strong et Alastair Greig, « « But we remember when we were young » », Volume ! [En ligne], 11 : 1 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://volume.revues.org/4390 ; DOI : 10.4000/volume.4390

Haut de page

Auteurs

Catherine Strong

Catherine Strong est Lecturer en sociologie à la Monash University de Melbourne. Elle a publié Grunge : Music and Memory (2011, Ashgate), ainsi que de nombreux travaux sur les musiques populaires, le genre et le canon rock.
mail

Alastair Greig

Alastair Greig est Reader en sociologie à l’Australian National University. Il a publié The Stuff Dreams are Made of (1995, Melbourne University Press), Inequality in Australia (2003, Cambridge University Press), Challenging Global Inequality (2007, Palgrave) et The Australian Way of Life (Palgrave, 2013).
mail

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page