Navigation – Plan du site
Articles

Représentations et usages sociaux de la musique metal

Le cas du festival Hellfest
Representations and Social Uses of Metal Music. The Case of the Hellfest
Christophe Guibert
p. 7-27

Résumés

Le festival Hellfest, organisé près de Nantes et dédié aux musiques metal (dans son acceptation large), est publiquement et politiquement catégorisé et stigmatisé à l’approche de chaque édition au mois de juin. Si les « entrepreneurs de morale » n’arrivent pas à faire aboutir leurs aspirations, c’est que les ressources sur lesquels s’appuient les organisateurs du festival (capital social et « paix sociale ») d’une part et que les usages sociaux des festivaliers d’autre part, contribuent à maintenir ce type de manifestation dans la sphère du socialement acceptable. L’absence de faits juridiquement déviants, les sens conférés au Hellfest – en particulier la caricature et la « désymbolisation » des symboles catholiques – par les festivaliers puis les propriétés sociales de ces derniers constituent des contre-arguments aux groupes opposés au festival.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Caricatures, symboles et stigmatisation
Un genre musical « à part » ou un espace de « désymbolisation » des formes symboliques ?
Les vaines tentatives des « entrepreneurs de morale »
Le festival Hellfest : un genre musical socialement acceptable ?
Jouer la carte du réseau local et de la « paix sociale »
Des pratiques différenciées pour un même espace physique
Une surreprésentation de professions et catégories sociales « supérieures » et de diplômés de l’enseignement supérieur
La territorialisation des normes sociales « acceptables »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Organisé depuis 2006, chaque mois de juin pendant trois jours à Clisson en Loire-Atlantique, à 25 km au sud-est de Nantes, le Hellfest est un de musiques qualifiées « d’extrêmes » par les organisateurs (une association d’une dizaine de salariés). Il s’agit en fait d’une manifestation de musiques metal et hard rock, punk et hardcore où plus d’une centaine de groupes, pour certains mondialement connus (Kiss, Scorpions, Motörhead, Alice Cooper, Slayer, Guns & Roses, Deep Purple, Black Sabbath, Iron Maiden pour les plus réputés d’entre eux), proposent des concerts du matin jusqu’à tard dans la nuit. De 20 000 spectateurs en 2006 à près de 145 000 en 2014 (dont environ 25 % d’étrangers selon les organisateurs), le Hellfest – dorénavant installé « dans la cour des grands » – est le festival de musique metal le plus important de France en termes de fréquentation et de nombre de groupes présents : « Longtemps obligés de s’exiler l’été en Belgique, en Angleterre ou en Allemagne, les fans fra...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Guibert, « Représentations et usages sociaux de la musique metal  », Volume !, 11 : 2 | 2015, 7-27.

Référence électronique

Christophe Guibert, « Représentations et usages sociaux de la musique metal  », Volume ! [En ligne], 11 : 2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://volume.revues.org/4427 ; DOI : 10.4000/volume.4427

Haut de page

Auteur

Christophe Guibert

Christophe Guibert est sociologue, maître de conférences, université d’Angers (UFR ITBS), Laboratoire ESO Angers (UMR CNRS 6590).
mail

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page