Navigation – Plan du site
Recensions

Gabriel Segré, Fans de… Sociologie des nouveaux cultes contemporains

Laetitia Biscarrat
p. 186-188
Référence(s) :

Gabriel Segré (2014), Fans de… Sociologie des nouveaux cultes contemporains, Paris, Armand Colin, 310 p.

Entrées d'index

Mots clés :

fans / amateurs

Keywords :

fans / fandom
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Gabriel Segré propose d’étudier le phénomène de célébration des vedettes tant du côté des fans que de la patrimonialisation des stars défuntes. Dès l’introduction, l’auteur prend soin de clarifier son positionnement au regard des métaphores religieuses qui imprègnent la notion de fan. Il propose, à la suite de Nathalie Heinich (2012), de se saisir du champ notionnel du culte comme « outil méthodologique » (12). Ce déplacement permet d’analyser l’attachement individuel et collectif aux vedettes au regard de la notion de mythe, qui pose la question de la construction du récit et de l’idéologie. Elle permet à l’auteur de mettre au jour des invariants mais aussi de porter un regard politique sur ces cultes contemporains.

2Le premier chapitre constitue un historique des termes et des travaux académiques sur les stars et les fans. Le chapitre 2 traite du processus de patrimonialisation à l’œuvre au décès de la vedette. L’auteur identifie les acteurs et les lieux de mémoire. L’étude de cette mobilisation contre l’oubli conduit à l’observation d’un principe narratif récurrent. La patrimonialisation des vedettes s’accompagne d’une hagiographisation, soit une mise en récit de la vie des vedettes à « fonction célébrative » (72) dont traite le chapitre 3. Les caractéristiques communes à ces vedettes célébrées s’organisent selon l’auteur autour de trois dimensions : vocationnelle, sacrificielle et christique. Par ailleurs, « le récit biographique de ces grandes vedettes disparues est un récit ascensionnel » (94), inspiré par La légende dorée, hagiographie moyenâgeuse de la vie des saints. Il est structuré par le motif de la revanche sur le destin. Puis, le « récit hagiographique devient récit mythique » (117). Il prend une fonction étiologique analysée dans le chapitre 4. La vedette devient le héros d’une histoire vraie, exemplaire et significative. Elle porte les valeurs et les représentations collectives d’une époque. Après avoir décrit ces phénomènes de patrimonialisation et de mythification des vedettes, Gabriel Segré s’attache à en identifier les raisons dans le chapitre 5. Il en dénombre huit : économique, politique/idéologique, communautaire, anthropologique, psychique/psychologique, nostalgique, particulariste. Si les stars défuntes sont fédératrices, ce consensus est le fruit d’un travail de dépolitisation qui tend à convertir des célébrités contestataires en héros policés. « Le mythe est une parole dépolitisée » écrivait Barthes (1957 : 216). La neutralisation du poids politique de la vedette témoigne de la capacité du système capitaliste à convertir la parole contestataire en un produit de consommation.

3Les trois derniers chapitres de l’ouvrage sont consacrés aux fans. Le chapitre 6 traite des profils de fans. L’auteur rappelle que nous ne disposons pas de données précises sur l’appartenance socioprofessionnelle, démographique et culturelle des fans. De fait, il a recours à des idéaux-types et à une description de parcours et trajectoires de fans. Cette description se poursuit dans le chapitre 7 où l’auteur propose de catégoriser les fans en fonction de leurs rites et croyances. Le chapitre 8 prend en charge la question des jugements sociétaux portés sur les fans. L’auteur souligne que la critique des fans témoigne d’un mépris de classe pour la culture populaire. Il argumente que le fan est aussi un créateur. John Fiske (1992) a identifié trois types de productivité des fans : sémiotique, énonciative et textuelle. Gabriel Segré propose d’enrichir cette typologie avec la production notoriétale, c’est-à-dire la lutte pour la reconnaissance de la vedette. Les fans travaillent dès lors pour et avec l’industrie culturelle en tant qu’ils participent à la production de « leur propre capital culturel, sinon de leur propre culture » (253). Le dernier chapitre se penche sur l’investissement temporel, économique et affectif des fans dans leur passion. Les sacrifices et renoncements qu’implique l’activité des fans sont rétribués à l’aune des satisfactions que ces derniers en retirent. Suivant la logique du don contre-don (Mauss), la relation à la vedette permet aux fans de surmonter des difficultés. Elle participe de la construction identitaire et peut parfois conduire à une inscription professionnelle. Quant aux rivalités acerbes dans le monde des fans, elles témoignent des fortes hiérarchies qui le structurent. La légitimité du fan obéit à des critères précis en termes de savoirs, collections et investissement. Leur capital culturel opère comme un outil de distinction sociale.

4Si le lecteur peut regretter quelques lenteurs, du fait d’un raisonnement très progressif et d’exemples répétés à plusieurs reprises, l’ouvrage de Gabriel Segré présente l’intérêt de fournir un vaste panorama du monde des fans. Les nombreuses références aux travaux académiques du champ en font une bonne entrée en matière. Enfin, l’explicitation du phénomène de patrimonialisation des vedettes offre un point de vue renouvelé sur le fandom.

Haut de page

Bibliographie

Barthes Roland (1957), Mythologies, Paris, Seuil.

Fiske John (1992), « The cultural economy of fandom », in Lewis L. A. (dir.), The Adoring Audience: Fan Culture and Popular Media, Londres, Routledge, p. 30-49.

Heinich Nathalie (2012), De la célébrité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimard.

Mauss Marcel (2012) [1925], Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés primitives, Paris, PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Biscarrat, « Gabriel Segré, Fans de… Sociologie des nouveaux cultes contemporains », Volume !, 11 : 2 | 2015, 186-188.

Référence électronique

Laetitia Biscarrat, « Gabriel Segré, Fans de… Sociologie des nouveaux cultes contemporains », Volume ! [En ligne], 11 : 2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://volume.revues.org/4464

Haut de page

Auteur

Laetitia Biscarrat

Laetitia Biscarrat est docteure en Sciences de l’Information et de la Communication, membre associée de l’EA MICA – Médiation, Information, Communication, Arts, Université Bordeaux Montaigne. Ses travaux portent sur la fabrique du genre dans la fiction télévisuelle.
mail

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page