Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Quelle critique pour les musiques actuelles ? Pour une approche littéraire du discours critique : des années 1980 à nos jours »

Compte-rendu de la journée d’étude du 7 avril 2014 à l’Université Rennes 2
Conference Music Criticism and Literature: Report
Gaëlle Debeaux
p. 154-156

Texte intégral

  • 1 Journée d’étude organisée par Aurélien Bécue, Noëmie Vermoesen et Timothée Picard (CELLAM/IUF).
  • 2 Journée d’étude organisée par Aurélien Bécue, Noëmie Vermoesen et Timothée Picard (CELLAM/IUF), en (...)
  • 3 Programme déposé par Timothée Picard auprès de l’Institut Universitaire de France.

1Dans la droite ligne de la journée d’étude portant sur « La critique rock : formes, valeurs et représentations1 » organisée en avril 2013 à Rennes 2, Timothée Picard a proposé, le 7 avril 2014 à Rennes 2, une nouvelle journée d’étude intitulée « Quelle critique pour les musiques actuelles ? Pour une approche littéraire du discours critique : des années 1980 à nos jours2 ». Les musiques actuelles, qui recouvrent une grande variété de pratiques artistiques, sont à comprendre dans leur actualité même, dans leur contemporanéité. Dès lors, quelle approche cela suppose-t-il ? La critique ne court-elle pas le risque de la fragmentation propre à son objet ? Peut-on, au contraire, y lire une forme de continuité ? La journée avait pour objectif de répondre à ces interrogations. Comme l’a rappelé Timothée Picard en introduction, celle-ci s’inscrit, aux côtés de la journée sur la critique rock déjà mentionnée, au sein d’un vaste programme collectif, « La critique musicale au xxe siècle3 », qui vise à explorer la critique musicale en tant que fait littéraire : il s’agit d’interroger la façon dont une certaine conception de la musique entraîne un certain type de critique, mais aussi en quoi ces formes et pratiques sont évolutives à travers le temps.

  • 4 Nik Cohn, Triksta : Life and Death and New Orleans Rap, New York, Vintage Books/Random House, 2007 (...)

2La première session de la journée s’est intéressée aux musiques actuelles à l’aune du discours critique. Emmanuel Parent a inauguré la matinée en proposant un parcours du dernier ouvrage traduit en français du critique britannique Nik Cohn, Triksta : Un écrivain blanc chez les rappeurs de la Nouvelle-Orléans4. Nik Cohn est avant tout connu pour son implication dans le rock (son premier ouvrage, The Golden Age of Rock, fait référence) qui, comme le rappelle Emmanuel Parent, est un objet de réflexion permettant au critique de formuler sa philosophie et son rapport au monde. Or, le critique retrouve cette dimension métaphysique du rock dans le rap : comme le rock des origines, le rap fascine le critique parce qu’il résiste. Il représente une altérité, et cette altérité est profondément raciale : se joue dans cet ouvrage un véritable parcours initiatique, celui du critique blanc parmi les rappeurs noirs. La posture de Nik Cohn permet dès lors de mettre en relief l’altérité de la musique populaire : son histoire est l’histoire d’une dialectique entre les noirs et les blancs. Gérôme Guibert a ensuite évoqué le cas de la chronique musicale à travers l’exemple de la revue Magic créée en 1995 et à orientation Indie pop. Lui-même pigiste pour la revue (ce qui lui permet d’opérer par une méthode d’observation participante sur le long terme), il en a explicité la ligne éditoriale, ouvertement subjective, volontairement hermétique, qui revendique une forme de mauvaise foi mais s’impose une véritable discipline tant sur le fond que sur la forme. La revue, qui a su s’adapter à l’émergence puis au déclin du disque et à la naissance d’Internet, reste principalement connue pour ses chroniques : elles jouent à la fois un rôle de prescription et de caution pour des artistes en quête de légitimité dans le domaine des musiques actuelles. Enfin, Catherine Rudent a clos la matinée par une intervention portant sur les personnages du musicien et de la musicienne dans la presse musicale et interrogeant les stéréotypes de genre qu’ils véhiculent. Elle a pu constater, au sein de son corpus d’étude (composé des chroniques issues du numéro spécial des Inrockuptibles paru en 2010 intitulé « Les cent meilleurs albums des années 2000 »), un traitement différencié des artistes selon leur sexe, reposant sur l’usage de stéréotypes de genre tels que la fragilité, la captivité ou l’hystérie pour traiter des artistes féminines. Cette intervention a permis de montrer que la critique musicale dans ce type d’ouvrage s’appuie souvent sur des clichés (qui ne relèvent pas tous du genre) : la critique ne repose pas uniquement sur l’initiative d’un scripteur possédant son propre style, mais elle est bien aussi écriture du partage où l’on plonge dans le fond commun des stéréotypes. La discussion à l’issue de ces trois interventions a mis l’accent sur la dimension communautaire de la critique des musiques populaires : le lexique employé, le ton des chroniques ou les clichés utilisés s’ancrent dans un discours provenant d’une communauté et concourent à son renforcement.

3La deuxième session portait sur les supports critiques et a été ouverte par l’intervention de Nicolas Robette : il a été question du magazine musical anglais Pitchfork publié sur Internet, de sa trajectoire du webzine vers le média reconnu. Pitchfork est désormais un prescripteur important dans l’univers des musiques actuelles (rock, rap ou pop) tout en conservant un parti-pris avant-gardiste fort : comment dès lors conserver cette posture d’avant-garde, synonyme de liberté de ton, lorsque l’on devient un média dominant dont l’activité critique se professionnalise ? La deuxième intervention de l’après-midi, proposée par Laure Ferrand, était consacrée aux forums Internet et à la participation des amateurs, sorte de contrepoint de cette professionnalisation de la critique. Laure Ferrand a exploré deux forums, l’un consacré à Bruce Springsteen et l’autre au groupe U2, ce qui lui a permis de montrer que ces lieux, prolongements des lieux traditionnels de la critique, sont des espaces où les goûts et passions sont mis à l’épreuve. Ces forums participent à la diffusion de la culture musicale ainsi qu’à l’élaboration, à travers les joutes argumentatives entre « novices » et « érudits », de nouvelles catégories de perception et de réception : leur fréquentation devient une pratique rock à part entière. Enfin, Agnès Gayraud s’est penchée sur l’écriture critique des musiques actuelles à la marge en prenant l’exemple du vidéozine The Drone, qui porte une conception ouverte et postmoderne de la musique pop actuelle. Dans un perpétuel renversement, la critique qui s’y déploie vise l’intellectualisation et sa mise en échec, cherche à résister à la fascination de l’artiste pop tout en désirant succomber à l’expressivité pop contemporaine : The Drone, à la pointe, est à appréhender comme un laboratoire de la conscience pop actuelle, ultralucide et réflexive. Cet après-midi a ainsi permis de confronter plusieurs lieux de la critique, et la discussion qui a suivi a mis en lumière la difficulté de tenir un discours critique sur un objet, la musique actuelle (pop en particulier), qui n’est pas rationalisable a priori et qui pourrait donner lieu à un sentiment de cacophonie.

4La journée s’est achevée par une table ronde modérée par Noëmie Vermoesen et réunissant Samuel Etienne et Emmanuel Parent, impliqués dans la revue universitaire Volume !, ainsi qu’Etienne Menu pour la revue Audimat et Olivier Lamm pour The Drone. Chacun a pu évoquer son parcours ainsi que celui de sa revue, et il a été question de la dimension littéraire de cette critique musicale, du désir de trouver le mot juste afin de toucher le son. C’est sur cet échange fructueux qu’a pris fin cette journée riche en discussions : elle a permis de dresser un panorama de la critique portant sur les musiques actuelles en interrogeant les pratiques et leurs lieux d’expression. Cette journée d’étude a été suivie d’une rencontre le 7 novembre 2014 à Besançon, qui portait sur les « Genres et formes de la critique musicale au xxe siècle ».

Haut de page

Notes

1 Journée d’étude organisée par Aurélien Bécue, Noëmie Vermoesen et Timothée Picard (CELLAM/IUF).

2 Journée d’étude organisée par Aurélien Bécue, Noëmie Vermoesen et Timothée Picard (CELLAM/IUF), en partenariat avec Volume ! La revue des musiques populaires (depuis 2002).

3 Programme déposé par Timothée Picard auprès de l’Institut Universitaire de France.

4 Nik Cohn, Triksta : Life and Death and New Orleans Rap, New York, Vintage Books/Random House, 2007 (2e édition). L’édition française est parue en 2006 chez l’Olivier : Triksta. Un écrivain blanc chez les rappeurs de la Nouvelle-Orléans (traduction Bernard Hoepffner et Catherine Goffaux).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle Debeaux, « « Quelle critique pour les musiques actuelles ? Pour une approche littéraire du discours critique : des années 1980 à nos jours » », Volume !, 11 : 2 | 2015, 154-156.

Référence électronique

Gaëlle Debeaux, « « Quelle critique pour les musiques actuelles ? Pour une approche littéraire du discours critique : des années 1980 à nos jours » », Volume ! [En ligne], 11 : 2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://volume.revues.org/4507

Haut de page

Auteur

Gaëlle Debeaux

Agrégée de Lettres Modernes (2012), Gaëlle Debeaux est doctorante à l’université de Rennes 2 en littérature comparée sous la direction de M. Emmanuel Bouju. Son travail de recherche s’intéresse aux récits modernes et contemporains (y compris numériques) faisant du principe borgésien de la bifurcation un moteur de l’écriture et de l’intrigue, et s’interroge sur la figuration du temps qu’ils proposent.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page