Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Compte-rendu de la première conférence internationale du réseau ACADPROG

ACADPROG Network: Conference Report
Sergio Pisfil
p. 157-158

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

10-12 décembre 2014, Université de Bourgogne, Maison des Sciences de l’Homme de Dijon / Centre d’art contemporain Le Consortium

1ACADPROG est un réseau international né en 2011 suite à l'initiative d’Allan Moore (University of Surrey) qui cherche étudier sous tous ses aspects et de façon pluridisciplinaire le rock progressif. Grâce aux laboratoires Georges Chevrier et CIMEOS et à l’Université de Bourgogne, la première conférence de ce réseau a vu le jour et a permis à 29 chercheurs venant du monde entier de faire le point sur l’état actuel de leurs recherches. Elle a été organisée par Philippe Gonin (Université de Bourgogne), François Ribac (Université de Bourgogne) et un comité d’organisation constitué par Allan Moore, Justin Williams (University of Bristol), Chris Atton (Edinburgh Napier University) et Christophe Pirenne (Université Catholique de Louvain). Pour l’occasion cinq keynote speakers ont été invités : Allan Moore, Bernard Gueffier (Musea), Franco Fabbri (Université de Turin), Bill Bruford (University of Surrey/Yes, King Crimson, Earthworks) et Simon Frith (University of Edinburgh). Deux concerts, par le Rolling Strings Quartet (un quatuor à cordes qui joue des standards de rock) et le groupe d'improvisation Gothul ont contribué à l’atmosphère amicale de ces trois journées.

2Outre une organisation impeccable, la conférence a eu un programme très intéressant qui a notamment privilégié deux aspects. D’un côté, une véritable pluralité d’approches, palpable autant par la diversité des méthodes utilisées : musicologiques, sociologiques, psychologiques, esthétiques, politiques et historiques, qu’au niveau des objets d’étude : des analyses de chansons spécifiques comme « Saucerful of Secrets » de Pink Floyd (par Philippe Gonin et Philippe Lalitte) ou « Knots » de Gentle Giant (Robert Sivy), aux analyses de groupes comme Queen (Nick Braae), Black Sabbath (Nolan Stolz), Yes (Megan Murph), King Crimson (Maxime Cottin) et les groupes de Rock in Opposition (Jacopo Costa). D'autres chercheurs ont questionné les liens de ce genre musical avec la scène psychédélique américaine et britannique : Grateful Dead et Moody Blues (Sarah Hill), Grateful Dead et Pink Floyd (David R. Shumway) ou ont encore présenté une approche perceptuelle pour repérer des traits « progressifs » (Nicolas Farrugia).

3L’autre caractéristique notable de cette conférence a été l’importance donnée aux scènes du rock progressif au-delà du canon classique anglo-saxon. Fut ainsi représenté le rock progressif italien (Jacopo Conti et Jacopo Tomatis), finlandais (Hannu Tolvanen), espagnol (par Eduardo García Salueña), portugais (Ricardo Andrade) et français (Marc Kaiser). De même, une table ronde a permis également de découvrir le prog de l’autre côté du rideau de fer. Kalina Sahova a commencé par une réflexion générale suivie par la présentation d’exemples précis en Pologne (Leonardo Masi), en République Tchèque (Jan Blüml) et dans l’ex Union Soviétique (Alexandra Grabarchuk).

4D’autres thématiques ont été aussi abordées comme l’utilisation de synthétiseurs analogiques (Laurent Pottier), des considérations méthodologiques pour l’étude du rock (Sergio Pisfil), l’utilisation du rock progressif dans l’éducation (Emerson Ferreira Gomes) ou encore l’analyse du néo prog (Chris Anderton). La dernière table ronde de la conférence intitulée « Politique, avant-garde et modernisme » a abordé l’étiquette « rock progressif » en mobilisant des théories et des conceptions sur la modernité. Des communications y furent présentées par Brian Robinson, Christophe Pirenne, François Ribac et Safa Canalp.

5Outre ces interventions, le déroulement général des trois jours a été marqué par la participation des conférenciers invités. Le colloque a été inauguré par Allan Moore qui a synthétisé 50 ans de rock progressif et s'est interrogé sur sa pérennité. La fin de cette première journée a été marquée par la présence d’un acteur important de l’industrie musicale française, Bernard Gueffier, qui nous a expliqué la contribution du label Musea pour le développement du rock progressif en France, dans une intéressante discussion menée par Christophe Pirenne.

6Franco Fabbri a ouvert la deuxième journée en faisant un bilan détaillé du rock progressif en Italie pendant les années soixante et soixante-dix, insistant principalement sur la variété des communautés et des styles qui composait le prog italien ainsi que les relations avec d’autres scènes et genres musicaux. Cette journée qui s'est achevée par une rencontre avec Bill Bruford, a été l'occasion d’évoquer, pour la deuxième fois, le rock progressif avec l'un de ses acteurs majeurs. Cette intervention a consisté en un entretien dans lequel Justin Williams puis le public ont interrogé Bruford sur son expérience au sein de Yes et King Crimson, sur ses souvenirs, ses appréciations sur la condition de musicien dans les années soixante-dix, les processus de création et sa carrière.

7Le troisième jour a commencé par une interview (filmée au préalable) de Simon Frith menée par François Ribac. Pendant cet entretien il a surtout été question de l’importance de la performance dans le rock progressif pour le public comme pour les artistes et de la naissance de l'étiquette « prog ».

Enfin, Allan Moore concluant la conférence qu’il avait lui-même ouverte s’est interrogé sur l’avenir du réseau Acadprog. Pour cela, il a incité les participants à proposer des idées afin que le réseau devienne la plateforme de recherche sur le rock progressif.

8En définitive, cette première rencontre a non seulement témoigné du grand intérêt que ce projet de recherche suscite dans le champ académique mais a également permis à de jeunes chercheur-es de s'exprimer. Nul doute que ce champ de recherche trouvera sa place dans les études sur les musiques populaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sergio Pisfil, « Compte-rendu de la première conférence internationale du réseau ACADPROG », Volume !, 11 : 2 | 2015, 157-158.

Référence électronique

Sergio Pisfil, « Compte-rendu de la première conférence internationale du réseau ACADPROG », Volume ! [En ligne], 11 : 2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 22 avril 2017. URL : http://volume.revues.org/4522

Haut de page

Auteur

Sergio Pisfil

Sergio Pisfil est doctorant à l’Université d’Edimbourg et travaille sur l’importance du live dans l’étude du rock pendant 1967-1973. Il a fait des études de musicologie et philosophie à Paris-Sorbonne (Paris 4) et à l’Université Catholique du Pérou.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page