Navigation – Plan du site
Dossier

“Je suis rital et je le reste…” Expertise de l’inclusion italienne (en)chantée ou la transformation spectaculaire d’un monstre

“I'm a Wop and I'll Stay that Way…” Italian Inclusion Through Singing or the Spectacular Transformation of a Monster
Piero-D. Galloro
p. 35-53

Résumés

L’arrivée de flux migratoires massifs d’Italiens en France s’est accompagnée dès la fin du xixe siècle d’une production d’images stéréotypées véhiculées tant par la presse, la littérature, que par les chansons. Après des décennies d’italophobie, la perception des Cisalpins s’est améliorée au sein de la société française et ce processus d’inversion sociale des regards transparait dans les thématiques et les postures d’artistes qui – tels Claude Barzotti et Frédéric François – n’hésitent pas, dès les années 1970, à brandir fièrement leurs origines italiennes. L’analyse et la contextualisation de leurs œuvres musicales permettent de comprendre une partie des mécanismes qui ont favorisé le passage d’une monstration excluante des Italiens à une mise en scène spectaculaire de leurs identités par ces derniers dans un retournement de stigmates valorisant.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La stéréotypisation sur les Italiens comme monstration excluante
L’Italianité spectaculaire
Claude Barzotti et la Ritalité assumée
Frédéric François ou la Ritalité flamboyante

Aperçu du début du texte

Les stéréotypes sur les Italiens et les représentations qui les ont affectés ont évolué dans le temps et suivant les espaces de production. Le matériau d’analyse principalement utilisé par la recherche s’appuie le plus souvent sur la littérature, le théâtre (Dubost, 1999) et le cinéma (Bertin-Maghit, 1991), riches en images construites sur les Transalpins. Il existe un support encore peu exploité par la recherche comme les chansons. Dans celles-ci, les figures de la narration appartiennent à l’œuvre littéraire (Lintvelt, 1989) en lien avec les narrateurs et les « êtres de papier » (Barthes, 1966 : 13) qui participent à l’élaboration de discours contextualisables, reflets des regards portés sur les migrations. Il convient de ne pas se laisser abuser par la trompeuse légèreté (Borowice, 2005) du répertoire de la variété qui constitue à sa manière un moyen de communication et d’engagement à part entière.

De ce point de vue, le succès de chansons portées par des chanteurs d’origine itali...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Piero-D. Galloro, « “Je suis rital et je le reste…” Expertise de l’inclusion italienne (en)chantée ou la transformation spectaculaire d’un monstre », Volume !, 12 : 1 | 2015, 35-53.

Référence électronique

Piero-D. Galloro, « “Je suis rital et je le reste…” Expertise de l’inclusion italienne (en)chantée ou la transformation spectaculaire d’un monstre », Volume ! [En ligne], 12 : 1 | 2015, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://volume.revues.org/4578 ; DOI : 10.4000/volume.4578

Haut de page

Auteur

Piero-D. Galloro

Piero Galloro est historien et maître de conférences HDR en sociologie des migrations, Docteur en Histoire, membre et responsable de l’axe « Culture(s) » du Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S) – Université de Lorraine. Il est l’auteur de travaux sur l’histoire et la mémoire des immigrations, sur les discriminations, le racisme, l’expertise des processus d’exclusion/inclusion sociale.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page