Navigation – Plan du site
Dossier

Yves Montand, Serge Reggiani, c’est nous… les Italiens ?

Yves Montand, Serge Reggiani, here come… the Italians?
Stéphane Mourlane
p. 23-32

Résumés

Les itinéraires d’Yves Montand (Ivo Livi) et de Serge Reggiani s’inscrivent dans l’important courant migratoire en provenance d’Italie vers la France au cours des années 1920. Dans leurs singularités, ils éclairent, en particulier dans leur jeunesse, certains aspects généraux de cette migration. Leur carrière artistique, qui se déploie après la Seconde Guerre mondiale, témoigne d’un lien maintenu avec le pays d’origine selon des modes différenciés. Ils peuvent néanmoins être considérés tous les deux comme des vecteurs d’italianité en France à un moment où la mémoire de la migration tend à se diluer dans l’espace public.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le temps de la migration
Jeunesses italo-françaises
Mémoires d’Italie
Conclusion

Aperçu du début du texte

Yves Montand et Serge Reggiani sont deux artistes d'une même génération, nés en Italie et venus en France à l’âge de l’enfance avec leurs parents dans les années 1920. Ils participent d'un vaste mouvement migratoire transalpin engagé à la fin du XIXe siècle qui entre, au lendemain de la Première Guerre mondiale, dans une deuxième phase de croissance importante. Entre 1921 et 1931, la population italienne se multiplie quasiment par deux, passant de 420 000 à 808 000 personnes (Milza, 1995 : 75).

Au-delà de leur appartenance à la plus importante communauté étrangère dans l’Hexagone jusqu'au recensement de 1968, les deux hommes ont en commun d'être des artistes complets, à la fois chanteurs et comédiens, et engagés. Ils se connaissent, s’apprécient grâce à l’entremise de Simone Signoret, l’amie indéfectible de l’un, la compagne de l’autre. Ils se retrouvent fréquemment dans le Sud de la France, à Saint-Paul-de-Vence. S’ils n’ont jamais mêlé leurs voix dans un duo, leur carrière artistiq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Mourlane, « Yves Montand, Serge Reggiani, c’est nous… les Italiens ? », Volume !, 12 : 1 | 2015, 23-32.

Référence électronique

Stéphane Mourlane, « Yves Montand, Serge Reggiani, c’est nous… les Italiens ? », Volume ! [En ligne], 12 : 1 | 2015, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/4583 ; DOI : 10.4000/volume.4583

Haut de page

Auteur

Stéphane Mourlane

Stéphane Mourlane, agrégé et docteur en histoire, ancien membre de l’École française de Rome, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille et chercheur au sein de l’UMR 7303 TELEMMe à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence. Il y coordonne avec Virginie Baby-Collin l’équipe de recherche « Migrations, circulations et territoires en Méditerranée xixe-xxie siècle ». Il a publié récemment Nice cosmopolite, 1860-1960 (Autrement, 2010 en collaboration avec Ralph Schor et Yvan Gastaut), Atlas de l'Italie contemporaine (Autrement, 2011 en collaboration avec Aurélien Delpirou), Empreintes italiennes. Marseille et sa région (Lieux-dits, 2013 en collaboration avec Céline Regnard). Il a dirigé récemment le dossier « Les Italiens dans le Sud-Est de la France : nouvelles perspectives » paru dans la revue Archivio Storico dell’Emigrazione Italiana (11, 2015).
Liste complète des travaux : http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/membres/Stéphane_Mourlane.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page