Navigation – Plan du site
Dossier

Luis Mariano, passeur de frontières et Esparisien

Luis Mariano, Cultural Smuggler and Esparisien
Philippe Tétart
p. 53-67

Résumés

Selon le mot d’Yves Borowice, Luis Mariano fait partie des métèques de la chanson française : des interprètes d’origine étrangère mais totalement intégrés au patrimoine national. Reste que son espagnolité a été l’outil de sa distinction dans le paysage musical et le principal ressort de son adoption par le public français à partir de la fin des années 1940. Entre 1945 et le début des années 1970, le chanteur et les médias instrumentalisent son identité espagnolisante – plutôt que proprement espagnole. Elle constitue le socle de son succès. Cependant, loin des représentations réductrices et stéréotypées, Luis Mariano entretient ce succès en jouant d’une identité toujours plus métissée, façonnée par la référence à l’Espagne, mais aussi à Paris et à des horizons plus exotiques (latino-américain en particulier). Citoyen du monde par goût et par stratégie, il devient une figure d’autant plus fuyante. On doit alors le voir, avant tout, comme un passeur de frontières qui, au final, appartient de la façon la plus complète qui soit aux différentes communautés auxquelles il s’adresse – ce en quoi, en définitive, il est bien aussi français qu’espagnol et personnifie pleinement l’image positive d’un exilé d’adoption, d’un Esparisien.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Itinéraire d’un transfrontalier
Basque, Espagnol et Français d’adoption
Mariano invente « Luis »
Cadix plutôt que Budapest
Le faux Andalou éclipse le transfrontalier
L’héritier et l’après-guerre
Deux traditions
Sortie de guerre et horizons exotiques
Tropisme espagnol vs brouillages identitaires
L’Espagne au cœur : double langage
Valse identitaire et internationalisme
Paris je t’aime
Conclusion : un Esparisien

Aperçu du début du texte

Le Panthéon de la chanson française comprend nombre d’interprètes d’origine étrangère, ces chanteurs et chanteuses métèques – selon le mot d’Yves Borowice – « qui ont dessiné et continuent de bâtir le patrimoine chansonnier français » et qui se définissent à la fois dans le rappel de leurs origines et par leur appartenance au patrimoine français (Borowice, 2007). Parmi eux, Luis Mariano. Certains de ses plus grands succès – La Belle de Cadix, Prince de Madrid, España… – et des dizaines d’autres chansons et airs d’opérette mettent l’Espagne en scène. Ils constituent un pan essentiel de son répertoire et c’est souvent ceux que les médias privilégient pour rappeler la mémoire du chanteur et/ou incarner la tradition espagnolisante de la chanson française. Réflexe commémoratif aidant, l’image de Luis Mariano est donc d’abord celle d’un chanteur espagnol ou d’un chanteur de l’Espagne. La réalité est bien plus complexe. Non seulement son hispanité était multipolaire – entre grandes et peti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Tétart, « Luis Mariano, passeur de frontières et Esparisien », Volume !, 12 : 1 | 2015, 53-67.

Référence électronique

Philippe Tétart, « Luis Mariano, passeur de frontières et Esparisien », Volume ! [En ligne], 12 : 1 | 2015, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://volume.revues.org/4590 ; DOI : 10.4000/volume.4590

Haut de page

Auteur

Philippe Tétart

Maître de conférence en histoire à l’université du Maine et chercheur au VIPS2 (Université Rennes 2), Philippe Tétart est historien des médias et du sport. Il prête également attention à l’histoire de la chanson et a été coproducteur de l’émission « Les Greniers de la Mémoire » sur France Musique. Il a notamment coécrit Cent ans d’histoire en chansons avec Serge Berstein (2000), Ray Ventura ou les enfants de la marquise avec Alain Teircinet (2005) et travaillé sur les rapports entre musique savante et sport (« Les chants du sport, 1888-1939 » in J-F. Diana (dir.), Les dispositifs d’écriture du spectacle sportif, 2013).

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page