Navigation – Plan du site
Dossier

Chanson et immigration portugaise en France : une musique du retour ?

Portuguese Song and Immigration in France: a Musical Journey Home?
Victor Pereira
p. 101-121

Résumés

Si la chanson française est, en partie, un « art de métèques » (Yves Borowice), force est de constater que rares sont les interprètes portugais ou d’origine portugaise, alors qu’autour de 1,2 million de Portugais ou de descendants de Portugais vivent en France. L’expérience des migrants portugais a été tardivement évoquée dans la chanson française. De plus, dans le champ musical, les Portugais et leurs descendants ont principalement investi une « scène à part » constituée par la musique folklorique et des chansons populaires interprétées en portugais. Cet article décrit comment la chanson française, interprétée par des chanteurs d’origine portugaise ou non, a évoqué les migrants portugais en France et quelles formes musicales ont développé et consommé une partie non négligeable des Portugais et de leurs descendants en France. Loin d’illustrer la soi-disant « intégration » des Portugais en France, ces chansons et ces pratiques musicales illustrent le fort attachement d’une partie de cette population au Portugal et alimentent l’idée du retour, réel ou fantasmé.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

« D’avril au Portugal » au 25 avril 1974, de la méconnaissance à la reconnaissance
Le moment Linda de Suza
Une scène à part

Aperçu du début du texte

Parmi les interprètes de chansons françaises d’origine étrangère repérés par Yves Borowice en 2007 (Borowice, 2007), ceux provenant du Portugal sont beaucoup moins nombreux que ceux originaires d’Italie, d’Espagne, de Grèce, de Pologne, d’Algérie ou de l’ancienne Union des républiques socialistes soviétiques. Yves Borowice n’en recense que six, dont un seul homme dont les origines portugaises sont d’ailleurs rarement mises en avant : Kool Shen, l’un des deux membres du groupe de rap NTM, de son vrai nom Bruno Lopes. Parmi les cinq chanteuses, une seule, Linda de Suza, a évoqué dans certaines de ses chansons l’expérience migratoire des Portugais venus en France dans les années 1960 et 1970. Les autres – Lio, Marie Myriam, Helena Noguerra et Catherine Ribeiro – ont interprété un répertoire constitué principalement de chansons d’amour ou de textes engagés (pour Catherine Ribeiro), n’évoquant jamais leurs origines portugaises ni leur parcours migratoire.

La relative rareté d’interprètes ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victor Pereira, « Chanson et immigration portugaise en France : une musique du retour ? », Volume !, 12 : 1 | 2015, 101-121.

Référence électronique

Victor Pereira, « Chanson et immigration portugaise en France : une musique du retour ? », Volume ! [En ligne], 12 : 1 | 2015, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://volume.revues.org/4601 ; DOI : 10.4000/volume.4601

Haut de page

Auteur

Victor Pereira

Victor Pereira, docteur en histoire à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, est actuellement maître de conférences en histoire à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page